Publié

La Chine réplique après l'annonce de Donald Trump sur des nouvelles taxes

Donald Trump et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Osaka. [Susan Walsh - AP/Keystone]
La guerre commerciale Chine - Etats-Unis est repartie / Le Journal horaire / 23 sec. / le 2 août 2019
La Chine a répliqué vendredi à Donald Trump, qui a relancé la guerre commerciale contre Pékin en annonçant l'extension de droits de douane à toutes les importations. Elle a menacé de prendre des mesures de représailles contre Washington.

Le gouvernement chinois a averti qu'il n'aurait pas d'autre choix que de répliquer si Donald Trump mettait sa menace à exécution. Il n'a cependant pas précisé la nature de ces éventuelles mesures de rétorsion.

>> Lire également: Donald Trump surprend avec de nouvelles taxes sur les produits chinois

Dans un communiqué, le ministère chinois du Commerce a accusé les Etats-Unis d'avoir gravement enfreint le "consensus" auquel Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping étaient parvenus en juin en vue d'une relance des négociations.

Deux engagements

Dans une série de tweets, le président américain a précisé jeudi que son administration allait infliger, à compter du 1er septembre, "de petits droits de douane supplémentaires de 10% sur les 300 milliards de dollars" d'importations chinoises jusque-là épargnées.

Le président américain justifie sa décision par le fait que Pékin n'a pas tenu à ses yeux deux engagements très importants: l'achat massif de produits agricoles américains et l'arrêt des ventes de fentanyl, un opiacé très puissant qui fait des ravages aux Etats-Unis.

Chute des marchés

L'annonce du président américain a fait l'effet d'une bombe sur les marchés: les places européennes dévissaient vendredi matin, tandis que le pétrole a terminé en recul de près de 8% jeudi à New York. La réaction des marchés asiatiques a été identique.

Si ces futures taxes étaient effectivement mises en oeuvre, c'est la totalité des importations venant du géant asiatique qui serait alors surtaxée. Pour autant, Donald Trump affirme que les discussions vont se poursuivre comme prévu "début septembre".

ats/gma

Publié