Publié

La Russie fustige la "course aux armements" des Etats-Unis

Sergueï Lavrov devant la Conférence du désarmement au Palais des Nations à Genève [Martial Trezzini - Keystone]
La Russie dénonce la course à l'armement américaine / Le Journal horaire / 1 min. / le 20 mars 2019
Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a dénoncé mercredi à Genève, à l'occasion de la Conférence du désarmement, la volonté américaine de pouvoir augmenter son armement dans certaines régions du monde.

Sergueï Lavrov a répondu aux virulentes attaques formulées mardi par la secrétaire d'Etat américaine adjointe, en critiquant le manque de "dialogue constructif" des Etats-Unis. Selon lui, cette attitude a abouti à la "destruction" du Traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire (INF).

La position américaine "peut donner lieu à une course aux armements sans précédent", a-t-il même avancé, arguant que contrairement à la Guerre froide où les stocks stratégiques n'étaient accumulés que par deux acteurs, de nombreux Etats pourraient considérer aujourd'hui que leur puissance militaire constitue la seule garantie réelle de leur sécurité nationale. Le ministre russe évalue ces pays à une dizaine.

Sergueï Lavrov laisse même entendre que les Occidentaux seraient prêts à une "guerre nucléaire limitée", scénario "inacceptable" pour la Russie mais qui, selon elle, n'est pas à exclure sans avancée des discussions multilatérales.

"Dommage d'être venu d'aussi loin pour de telles déclarations"

Russie et Etats-Unis s'accusent mutuellement de violer le Traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire (INF), un arrangement entré en vigueur entre les deux pays en 1988 et que les Etats-Unis ont formellement suspendu en février dernier. Un jour plus tôt, toujours devant la Conférence du désarmement, la secrétaire d'Etat américaine adjointe Yleem Poblete avait accusé la Russie de constituer une "menace directe pour la sécurité de l'Europe, des Etats-Unis, de l'Est de l'Asie et du monde".

La tension avec les Etats-Unis porte sur quasiment l'ensemble des questions discutées sur le désarmement. Washington reproche également à Moscou, notamment, de "mentir" sur la situation d'un nouveau missile.

Plus tard dans la matinée de mercredi, l'ambassadeur américain Robert Wood a estimé "dommage que le ministre soit venu d'aussi loin" pour de telles déclarations. Selon lui, ces accusations montrent que la Russie veut détourner l'attention de ses propres violations des accords sur le désarmement.

ats / vic

Publié