Modifié le 10 août 2018

Comment un discounter suisse a été victime d'une arnaque au grand cru

Le discounter a été trompé par un importateur tessinois.
Comment un négociant de Thoune découvre l'arnaque au vin dont a été victime Otto's Le 12h30 / 2 min. / le 10 août 2018
De nombreux consommateurs suisses ont profité de l’action du distributeur Otto's, qui proposait des bouteilles de Sito Moresco à prix cassé. Mais les flacons de ce grand cru italien contenaient de la piquette.

Le célèbre discounter a été victime d'importateurs tessinois indélicats, qui ont été placés en détention préventive. Cette arnaque au vin avait été dénoncée à fin juillet, mais la Berner Zeitung a révélé jeudi comment le négociant Weibel Weine à Thoune a découvert le pot aux roses.

Celui-ci est l'importateur exclusif du Sito Moresco, l'un des grands crus piémontais du vigneron Angelo Gaja, sans doute le plus prestigieux des producteurs en Italie. Tout a commencé en avril, lorsque le patron de l'entreprise Adrian Weibel a constaté que le discounter bradait le précieux nectar pour 31,90 francs la bouteille.

Le négociant bernois a mené l'enquête

Or la même bouteille vaut déjà 8 francs de plus chez l'importateur officiel, qui s'est donc mis à enquêter. Il s'est rendu chez le soldeur pour relever les numéros de lot de quelques bouteilles, qu'il a ensuite communiqués à Angelo Gaja en Italie. Résultat: ces numéros étaient fantaisistes. Le Bernois a alors acheté un carton de vin qu'il a expédié chez le producteur, dont le verdict a été immédiat: c'était de la piquette.

L'arnaque vient de l'importateur tessinois, dont deux responsables ont été mis sous les verrous. Le soldeur, lui, n'y a vu que du feu même si l'importateur officiel de Thoune relève qu'il était bien naïf de commander 17'000 bouteilles, soit presque le sixième de la production globale du précieux breuvage.

Les clients peuvent rapporter les bouteilles

Otto's invite ses clients, via un communiqué, à lui rapporter les fausses bouteilles. Mais il précise que le vin qu'elles contiennent ne représente aucun danger pour la santé. Il ajoute que ce rouge, même s'il y a tromperie, est d'une qualité étonnamment bonne - ce que contestent Angelo Gaja et l'importateur officiel.

Ce type d'arnaque n'est pas nouveau, mais il concernait jusqu'ici surtout les Bourgogne ou les Bordeaux très hauts de gamme. Pour un vin italien à moins de 40 francs la bouteille, c'est en revanche du jamais vu.

Alain Arnaud/oang

Publié le 10 août 2018 - Modifié le 10 août 2018