Modifié le 08 septembre 2017 à 09:27

Les contrefaçons fleurissent sur les sites web de vente entre particuliers

Les contrefaçons ne se vendent plus uniquement dans la rue, désormais.
La contrefaçon s'épanouit désormais sur les sites de vente en ligne La Matinale / 1 min. / le 28 novembre 2016
Toujours plus de contrefaçons se retrouvent sur des plateformes de vente entre particuliers, y compris suisse. Le phénomène existe depuis une quinzaine d’années, mais il explose aujourd’hui.

Après les aéroports et les douanes, la lutte contre la contrebande s’attaque désormais à la prolifération de contrefaçons sur internet. Les sites de vente en ligne foisonnent, et avec eux, les copies de grandes marques.

Des risques aussi pour le consommateur

"Cela a pris une dimension globale avec l'e-commerce qui devient de plus en plus important, ça prend de l'ampleur", constate la présidente de l'association contre le piratage Stop Piracy Anastasia Li Treyer. "Et le consommateur a aussi plus d'occasions d'être confronté à des contrefaçons."

Et pour ne pas mettre en jeu leur réputation, les plateformes ont tout intérêt à dénoncer ces pratiques. En Suisse, Tutti.ch - qui publie 20'000 annonces par jour - a ainsi mis en place une équipe dédiée tout spécialement à la prévention de la contrefaçon. Elle travaille en collaboration avec les branches concernées, et Stop Piracy.

"Nous connaissons les trucs utilisés par les contrebandiers et nous les enseignons à nos collaborateurs", explique Jonathan Landau. "Nous sommes capables par exemple de repérer si les logos des marques ne sont pas à la bonne place sur les produits et nous pouvons ainsi sortir les annonces de la circulation."

Moyens légaux peu efficaces

Cet auto-contrôle des plateformes est absolument nécessaire, car la voie légale n’est pas une option. En Suisse, une plateforme ou un acheteur ne sont pas condamnables. Seul le vendeur professionnel l’est, mais la filière est souvent trop difficile à remonter.

Cynthia Racine/oang

Publié le 08 septembre 2017 à 08:43 - Modifié le 08 septembre 2017 à 09:27