Modifié

Nestlé ambitionne de réduire drastiquement son empreinte carbone

Nestlé dit vouloir opérer un virage vert et ambitionne de réduire drastiquement ses empreintes carbone [RTS]
Nestlé dit vouloir opérer un virage vert et ambitionne de réduire drastiquement ses empreintes carbone / 12h45 / 2 min. / le 4 janvier 2022
Les multinationales sont souvent pointées du doigt lorsqu'il est question de réduction d'empreinte carbone. Si Nestlé n'y échappe pas, bien au contraire, elle a commencé à opérer un virage vert et ambitionne de réduire drastiquement ses émissions de CO2.

Nestlé est certainement l'entreprise suisse la plus connue au monde, mais probablement aussi la plus critiquée. Il faut dire qu'elle a traversé plusieurs scandales au cours des dernières décennies, que ce soit concernant le lait en poudre, la déforestation ou encore son usage excessif de plastique.

92 millions de tonnes de CO2

Et aujourd'hui, c'est son empreinte carbone énorme, soit 92 millions de tonnes de CO2, provenant surtout de la culture et de l'élevage, qui est pointée du doigt.

Mais tout ceci pourrait bientôt changer, comme l'explique dans le 12h45 Benjamin Ware, responsable approvisionnement durable et climat chez Nestlé. "L'ambition est de renverser la tendance, de passer d'une agriculture qui émet du carbone, à une agriculture qui capture des millions de tonnes de carbone par année."

1700 mesures décidées

Nestlé a déjà commencé à replanter 200 millions d’arbres, à stopper la monoculture du cacao, ou encore à changer l’alimentation des bovins. Au total, l'entreprise, dont le siège est à Vevey, a pris près de 1700 mesures pour tenter de réduire son empreinte carbone.

Par exemple, Nestlé promet que, dans quatre ans, une marque comme Kit Kat, associée à la déforestation et à la mort des orangs-outans, sera responsable et climatiquement neutre.

"En premier, on s'est engagé à arrêter toute activité de déforestation dans toutes les chaînes d'approvisionnement à l'horizon 2022. Deuxièmement, on aura toutes les activités d'emballage qui seront à base de matières recyclées. Et on continue à travailler sur l'huile de palme qui sera entièrement certifiée à l'horizon 2023."

"Greenwashing" ou virage vert?

Mais ces annonces chocs sont-elles du simple "greenwashing" ou signifie-t-elle qu'une révolution verte est véritablement en marche?

South Pole, leader mondial en solutions climatiques et développement de projets carbone, a décortiqué les plans carbone de 200 multinationales pour proposer des améliorations. Son verdict: Nestlé fait partie des meilleurs élèves.

"Personnellement, je dois dire que je n'ai vu aucune entreprise qui soit allée aussi loin dans les détails et qui ait une stratégie si avancée en matière de réduction de CO2", souligne Franziska Sinner, responsable du développement durable chez South Pole.

"Ne pas penser à court terme"

Du côté du WWF, on insiste sur le fait que replanter 200 millions d'arbres, c'est bien. Mais ça ne suffit pas.

"On voit beaucoup de forêts qui ont été nouvellement plantées et qui malheureusement disparaissent au premier incendie ou au premier gros coup de vent, et qui ne sont pas adaptées au changement climatique. Il faut être très vigilant sur la gestion et ne pas penser à court terme", insiste Romain Deveze, expert en matières premières pour WWF Suisse.

Au delà des clichés qui collent à la peau des multinationales, Nestlé est en route vers un objectif très ambitieux, soit la réduction de l'empreinte carbone de moitié d'ici 2030 et en totalité d'ici 2050. De quoi faire du leader mondial de l'alimentation un élève modèle des politiques de réduction de CO2.

Nicolas Rossé/fgn

Publié Modifié