Banner pour le Minute de dimanche 31 octobre. [Keystone]
Publié Modifié

Plus de neuf médecins sur dix sont vaccinés contre le Covid-19

- Un peu plus de neuf médecins sur dix sont vaccinés contre le Covid-19, soit bien plus que la moyenne suisse, selon une étude. Ils ont aussi été plus infectés par le virus que le reste de la population.

- La validité des certificats Covid des personnes vaccinées en premier expire dans les prochains mois. Actuellement, le certificat est valable pendant 12 mois après la seconde injection. Dans une interview à la presse alémanique, Alain Berset évoque la possibilité d'étendre cette durée à 18 mois. "Un prolongement justifié scientifiquement", selon Alessandro Diana, expert à Infovac et médecin à la clinique des Grangettes.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 4541 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 15 décès supplémentaires et 76 malades ont été hospitalisés.

- A Zermatt (VS), la police a arrêté dimanche trois exploitants d'un restaurant. L'établissement a été fermé vendredi sur décision du Conseil d'Etat parce que les patrons ne contrôlaient pas le pass Covid de leurs clients. Depuis, ils ont continué à servir.

Suivi assuré par RTSinfo

20h30

Les trois restaurateurs de Zermatt toujours en garde à vue

Un restaurant de Zermatt (VS) est devenu l'épicentre du lourd débat politique sur le certificat Covid. Les trois patrons de la Walliserkanne ont été arrêtés dimanche par la police car ils refusaient ouvertement d'exiger le passeport sanitaire.

Cette arrestation est sans doute une première depuis l'instauration des mesures sanitaires.

Avant dimanche, la police était déjà intervenue. Plusieurs avertissements sans résultat ont conduit vendredi à la fermeture forcée de l'établissement. Malgré tout, des clients ni testés ni vaccinés continuaient d'être servis à table.

Les trois tenanciers du restaurant sont toujours en garde à vue. Le Ministère public devra se prononcer sur leur sort ces prochains jours.

>> Le reportage du 19h30:

Des restaurateurs de Zermatt sont en garde à vue pour avoir refusé de demander le pass sanitaire [RTS]
Des restaurateurs de Zermatt sont en garde à vue pour avoir refusé de demander le pass sanitaire / 19h30 / 2 min. / le 1 novembre 2021

17h45

Plus de neuf médecins sur dix vaccinés

Un peu plus de neuf médecins sur dix sont vaccinés contre le Covid-19, soit bien plus que la moyenne suisse. Ils ont aussi été plus infectés par le virus que le reste de la population, selon une étude de la Fédération des médecins suisses (FMH).

Ils sont 91% à avoir affirmé entre juin et juillet être déjà vaccinés et 4% d'entre eux comptaient le faire prochainement, a indiqué lundi la FMH à l'agence Keystone-ATS. Le taux de vaccination dans la branche médicale est donc bien plus élevé que la moyenne nationale qui s'élève à 63,7%.

Les médecins étant particulièrement exposés au virus, leur taux d'infection reste cependant élevé. Alors qu'il atteignait 8% chez la population totale sur la période entre février et juillet, il s'élevait à 15% chez les médecins, soit près du double. Ces résultats doivent toutefois être pondérés, le dépistage étant beaucoup plus fréquent dans le corps médical, précise l'étude.

Malgré un nombre de cas Covid plus élevé dans la branche, la majorité des médecins restent convaincus que seule la vaccination contre le coronavirus permettra de maîtriser la pandémie. Ils sont 88% à le penser en soins aigus et 80% chez les médecins exerçant en cabinet médical.

14h50

Le rythme de vaccination en baisse de plus de 30%

Du 25 octobre au 31 octobre, 100'216 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse. Cela signifie qu'en moyenne 14'317 vaccinations ont été effectuées par jour. Comparé à la semaine précédente, le rythme des injections a ralenti de 31%.

Au total, 63,7% de la population est donc entièrement vaccinée, selon les données publiées lundi sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 72,5%.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 11'126'460 doses de vaccin ont été administrées, 5'549'849 personnes ont reçu deux doses de sérum, et 26'762 n'ont reçu jusqu'à présent une seule piqûre.

13h30

La Suisse compte 4541 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 4541 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 15 décès supplémentaires et 76 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 69'537 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,53%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 19'715, soit 226,37 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,24. Les patients Covid-19 occupent 12,1% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 71,2%.

Depuis le début de la pandémie, 877'095 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'718'380 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'875 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'788.

Le pays dénombre par ailleurs 10'173 personnes en isolement et 7435 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

12h00

La validité du certificat Covid pourrait être prolongée, selon Alain Berset

La validité des certificats Covid des personnes vaccinées en premier expire dans les prochains mois. Actuellement, le certificat est valable pendant 12 mois après la seconde injection. Alain Berset évoque la possibilité d'entendre cette durée à 18 mois.

La Suisse est libre de prolonger la validité des certificats pour un usage domestique, indique le conseiller fédéral en charge de la Santé dans une interview publiée lundi dans les journaux alémaniques de Tamedia. Ce qui n'est pas encore clair, c'est si les autres pays accepteraient une telle extension, ajoute-t-il.

Chaque pays décide de manière autonome de la durée de validité des certificats, mais si la Suisse dispose de preuves d'un bon niveau de protection, le Conseil fédéral s'engagera au niveau international pour une durée de validité plus longue, précise le Fribourgeois.

L'exception d'Israël

Il indique que, pour le moment, seul Israël exige une troisième dose de vaccin pour entrer dans le pays si la seconde injection ou la guérison remonte à plus de six mois.

Interrogé sur un possible assouplissement des mesures de lutte contre la pandémie, Alain Berset répond que cela ne sera possible que lorsque le nombre de cas sera clairement découplé de celui des hospitalisations. Il ajoute que jusqu'à présent, un tel "découplage" n'est pas encore visible. La dernière fois qu'il y a eu une augmentation du nombre de cas, une hausse des hospitalisations a également été constatée.

Le Conseil fédéral ne maintiendra pas le certificat Covid plus longtemps que nécessaire, assure Alain Berset. C'est pourquoi il est si important que davantage de personnes se fassent vacciner, rappelle-t-il.

"Peu de complications en cas d'infection"

Alessandro Diana, expert à Infovac et médecin à la clinique des Grangettes, estime lundi dans le 12h30 que ce serait tout à fait justifié scientifiquement de prolonger la validité des certificats, même après la diffusion du variant Delta.

"Les personnes qui ont été vaccinées et celles qui ont fait la maladie ont très peu de complications en cas de réinfection au Delta. On peut compter sur l'immunité cellulaire pour neutraliser le virus", précise-t-il.

Quant à la question de savoir pour combien de temps, Alessandro Diana se montre prudent. "On ne sait pas. Mais actuellement, on a des évidences que tôt ou tard, on aura tous besoin d'une troisième dose."

>> Ecouter son interview dans le 12h30:

Alessandro Diana. [avisdexperts.ch/RTS]avisdexperts.ch/RTS
Prolonger la validité du pass Covid serait justifié scientifiquement / Le 12h30 / 1 min. / le 1 novembre 2021

10h00

L'emploi en nette croissance dans l'hôtellerie-restauration

Le centre d'études conjoncturelles (KOF) indique lundi que son indicateur de l'emploi a atteint sa valeur la plus élevée depuis la crise financière de 2008/2009, à 9,4 points pour le quatrième trimestre.

"Cette nouvelle hausse est principalement due à un plus grand nombre d'entreprises qui considèrent que leur nombre actuel d'employés est trop faible", précise le KOF.

Dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration, tout particulièrement touché par les mesures sanitaires durant la pandémie, une "grande majorité des entreprises interrogées" prévoient une croissance de l'emploi dans les mois à venir. "Cela permet d'espérer que les importantes pertes d'emplois causées par la crise du Covid-19 (...) sont enfin terminées", écrit le KOF.

Les perspectives d'emploi sont également positives dans la construction, le commerce de gros, les prestataires de services et l'industrie manufacturière.

09h45

Des voix s'élèvent aussi à gauche contre Une loi Covid "liberticide"

La loi Covid soumise à votation le 28 novembre ne suscite pas des oppositions qu'à droite.

Les principaux adversaires déclarés au texte sont regroupés autour des "Amis de la Constitution" et de l’UDC, seul grand parti à combattre cette loi. Mais à gauche, un petit quart des voix est aussi critique selon le sondage publié en fin de semaine dernière par la SSR. Et certaines d'entre elles appellent à voter non.

>> Les précisions de Julien Bangerter et Muriel Ballaman:

La loi Covid suscite également les craintes d'une partie de la gauche. [Freie Linke Schweiz]Freie Linke Schweiz
La loi Covid suscite également les craintes d'une partie de la gauche / La Matinale / 1 min. / le 1 novembre 2021

>> Lire aussi: La loi Covid suscite également les craintes d'une partie de la gauche

LUNDI 1er NOVEMBRE

Les Verts combattent les réticences à la loi Covid dans leurs rangs

Les Verts lancent une offensive pour convaincre celles et ceux de leurs membres et sympathisants qui restent sceptiques face à la loi Covid, à moins d'un mois de la votation.

Depuis la semaine dernière, les écologistes ont mis en place une campagne d'information qui cible particulièrement les personnes qui jugent le texte liberticide.

>> L'interview d'Isabelle Pasquier, vice-présidente des Verts suisses:

La conseillère nationale Isabelle Pasquier-Eichenberger (Verts/GE). [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Loi Covid, Interview d'Isabelle Pasquier (Verts suisses) / La Matinale / 1 min. / le 1 novembre 2021

18h45

Le risque de pandémie ne peut pas être pris en compte par les assurances

Malgré la pandémie, le secteur des assurances se porte bien. La société de réassurances Swiss Re a fait état vendredi d'un bénéfice supérieur aux attentes pour les neuf premiers mois de l'année, qui s'élève à 1,2 milliard de francs, malgré toutes les indemnisations qui ont dû être versées.

Vincent Brülhart, professeur du droit des assurances à l'Université de Lausanne et ancien dirigeant de compagnie d'assurance privée, rappelle néanmoins que toutes les compagnies ne sont pas logées à la même enseigne. "Mais à l'heure où on nous prédit toujours plus de catastrophes de grande ampleur, il est rassurant de voir que les institutions d'assurance ne sont pas prêtes de rendre les armes", estime-t-il.

"Une pandémie est un événement qui n'est pas assurable sur la base des critères traditionnels", souligne-t-il. Il est donc logique que certains restaurateurs ou indépendants, par exemple, se sentent déçus par le manque de prestations. "Une compagnie d'assurance ne fait pas de philanthropie", rappelle-t-il.

>> L'interview complète de Vincent Brülhart dans Forum:

Le logo du réassureur Swiss Re, pris à Zurich le jeudi 24 avril 2014. [Steffen Schmidt - Keystone]Steffen Schmidt - Keystone
Bénéfice de 1,2 milliard de francs pour Swiss RE malgré les intempéries: interview de Vincent Brulhart / Forum / 5 min. / le 31 octobre 2021

16h30

Genève: EMS cherche résidents désespérément

Le taux d'occupation peine à remonter dans certains EMS de l'Arc lémanique. A Chêne-Bougeries (GE), Florian Hübner, directeur de l'établissement Eynard-Fatio, lance un cri d'alarme et cherche activement des résidents. Dans le canton de Vaud, la situation se normalise.

Dans un message publié récemment sur un réseau social professionnel, Florian Hübner explique faire un peu de publicité pour son institution. "De manière générale, la situation s'est améliorée. Nous avons un bon rythme, mais nous partons de tellement loin que nous n'arrivons pas à remonter la pente", déclare-t-il à Keystone-ATS, soulignant la difficulté à rattraper le déficit d'occupation provoqué par la deuxième vague du Covid-19.

10% de lits vides

L'établissement compte une centaine de lits, dont une dizaine sont actuellement disponibles. "A 10'000 francs par mois la place, cela provoque des manques à gagner que nous n'arrivons pas à compenser", déplore-t-il. Pour l'instant, l'institution a pu maintenir le cap grâce à des départs naturels et des réallocations de ressources internes. "Mais ce fragile équilibre n'est ni confortable, ni pérenne".

Un panneau indiquant la direction de l'EMS Eynard-Fatio à Chêne-Bougeries (GE). [Martial Trezzini - Keystone]Un panneau indiquant la direction de l'EMS Eynard-Fatio à Chêne-Bougeries (GE). [Martial Trezzini - Keystone]

Pour Florian Hübner, il est impératif d'éviter de toucher au personnel, "le coeur et la substance de l'institution". Sans compter les difficultés actuelles à recruter du personnel de soins. Il reste donc l'augmentation du nombre de résidents. Le post lancé sur un réseau social est l'une des nombreuses démarches entreprises pour augmenter la visibilité et l'attractivité de l'institution.

Pas une exception

Soumis à une forte concurrence dans son quartier, Eynard-Fatio n'est pas le seul à se trouver dans cette situation délicate: une dizaine d'EMS sont sur la corde raide sur les 54 (4125 lits) que compte le canton, relate Florian Hübner.

Des chiffres confirmés par Nicolas Walder, président de la Fegems, la faîtière des EMS genevois. "La situation n'est pas équilibrée", relève-t-il. Sont à la peine des établissements moins bien situés ou plus anciens ou avec des chambres à deux lits qui ne sont plus souhaitées par les résidents, explique-t-il.

Effort du canton

Alors que les secteurs d'activité ayant subi des pertes pendant la crise sanitaire ont reçu un soutien du canton, la Fegems attend un effort de sa part. "L'Etat s'était engagé en début d'année à traiter en bilatéral avec les établissements en souffrance", rappelle Nicolas Walder. Et de relever que les cantons de Valais et de Vaud ont eux accordé de l'aide à leurs EMS.

Dans ce dernier canton justement, la situation retourne à la normale. "Le phénomène des lits vides n'a plus la même acuité qu'en début d'année. Nous redoutions alors de devoir fermer des établissements", relève François Sénéchaud, secrétaire général d'Héviva, l'association faîtière des EMS vaudois.

A ce jour, 91 lits sont libres sur les 7000 que compte le réseau. A mi-janvier, il y en avait 352, compare-t-il, rappelant que pour être économiquement viable, les EMS doivent être remplis à 98% sur l'année.

>> L'interview de Nicolas Walder, président de la fédération genevoise des EMS:

Le conseiller national genevois Nicolas Walder. [RTS]RTS
Les EMS genevois sont en manque de résidents avec la pandémie / La Matinale / 1 min. / le 1 novembre 2021

16h15

L'effet Covid pourrait donner des ailes aux soins infirmiers

Poussés par le coronavirus, les citoyens pourraient bien apporter leur soutien à l'initiative "pour des soins infirmiers forts" lors de la votation du 28 novembre. Plus qu'une offensive sur la formation, le texte demande une amélioration des conditions de travail.

Même si un "non" sort des urnes, la profession sera revalorisée. Le Parlement a concocté un contre-projet indirect qui reprend les demandes essentielles des initiants et entrerait en vigueur en cas de rejet de l'initiative. A quelques semaines de la votation, plus de trois quarts de la population soutient cette dernière.

Soignants indispensables

La pénurie de personnel hospitalier n'est pas nouvelle. Les initiants ont déposé leur texte pour renforcer les soins infirmiers en 2017 déjà. Depuis, la pandémie a braqué les projecteurs sur la situation difficile du personnel soignant que toute la Suisse a applaudi pour le travail fourni.

Les soignants, toutes catégories confondues, représentent un maillon indispensable du système de santé. Or ce secteur fait face à une pénurie de main-d'oeuvre toujours plus importante. Il affiche près de 12'000 postes vacants, dont 6300 concerne le personnel infirmier.

Un soignante à proximité d'un patient Covid au CHUV. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Un soignante à proximité d'un patient Covid au CHUV. [Jean-Christophe Bott - Keystone]

Le manque de personnel influence négativement la qualité des soins alors même que les besoins sont croissants. La population vieillit, nécessitant toujours davantage de soins, les maladies chroniques sont en constante augmentation.

Meilleures conditions

Cette situation inquiète les initiants, soutenus par la gauche. Une revalorisation des conditions de travail des soignants est indispensable pour inverser la tendance, selon eux. Il faut aussi veiller à ce que le personnel formé reste dans la profession.

Selon les chiffres avancés par le comité "oui aux soins infirmiers", 40% des infirmiers quittent leur emploi prématurément, un tiers peu après la fin de leur formation, soit entre 20 et 24 ans. Depuis le début de la pandémie, 15% du personnel a démissionné, selon la présidente de l'Association suisse des infirmiers Sophie Ley.

>> Lire aussi: La loi Covid et l'initiative sur les soins infirmiers partent du bon pied, selon le premier sondage SSR

16h00

Les trois patrons d'un restaurant réfractaire arrêtés à Zermatt (VS)

A Zermatt (VS), la police a arrêté dimanche trois exploitants d'un restaurant. L'établissement a été fermé vendredi sur décision du Conseil d'Etat parce que les patrons ne contrôlaient pas le pass Covid de leurs clients. Depuis, ils ont continué à servir.

Depuis l'entrée en vigueur de la prolongation du certificat Covid, la police cantonale valaisanne, en collaboration avec la police régionale de Zermatt, a inspecté le restaurant à plusieurs reprises et l'a déjà dénoncé au Ministère public pour des violations avérées de l'ordonnance Covid, rappelle la police dans un communiqué.

Bar sur les blocs de béton

Vendredi, la police cantonale a notifié aux restaurateurs la décision du Conseil d'État de fermer l'établissement. La décision a été rendue publique au moyen d'affiches et les entrées du restaurant ont été officiellement scellées. Des blocs de béton ont été déposés devant l'entrée.

Au cours du week-end, la police a effectué des contrôles répétés. Les exploitants du restaurant ont continué de servir des clients, improvisant un bar sur les blocs de béton, comme on peut le voir sur les sites de certains médias.

Le dimanche matin, le restaurant était à nouveau ouvert. Deux clients se trouvaient sur la terrasse. La police a alors arrêté les trois patrons. Le Ministère public a ouvert une instruction pénale.

>> Les explications de Célia Bertholet dans La Matinale:

La police valaisanne est finalement interveue dimanche à Zermatt. [Police cantonale valaisanne]Police cantonale valaisanne
Restaurateurs arrêtés à Zermatt pour non-respect des règles sanitaires / La Matinale / 1 min. / le 1 novembre 2021

15h45

Les livres coronasceptiques ont aussi la cote

Qui dit fake news, dit internet. Or, on parle beaucoup moins de celles qui sont propagées par les livres. Pourtant, les ouvrages coronasceptiques existent et se vendent par milliers. En Allemagne, certains figurent même parmi les best-sellers.

Les librairies suisses profitent aussi de ce boom. Le SonntagsBlick cite les exemples d'Ex-Libris ou d'Orell Füssli, qui vendent de nombreux écrits manifestement destinés aux coronasceptiques.

>> Les précisions dans le 12h30:

Des personnes manifestent lors d'un rassemblement "Non au pass sanitaire et a la restriction de nos libertes" le samedi 16 octobre 2021 a Lausanne.  [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]Jean-Christophe Bott - KEYSTONE
Les livres corona-sceptiques connaissent un succès en librairie / Le 12h30 / 2 min. / le 31 octobre 2021

Dans les libraires ayant pignons sur rue en Suisse romande, on trouve aussi des livres complotistes. Interrogée dans le 12h30, Françoise Berclaz, de La Liseuse à Sion, n'a pas l'impression qu'ils rencontrent un succès particulier. Quoi qu'il en soit, il n'est pas question de renoncer à commercialiser ce type d'ouvrages.

Chez d'autres marchands comme à la librairie du Boulevard à Genève, un commerce ouvertement marqué à gauche, le patron assume sa politique de renoncer à exposer certains livres. Cela n'empêche pas des ouvrages remplis de fake news de venir garnir ses rayons.

15h30

Les Automnales de retour à Palexpo dans 15 jours

Annulées l'année dernière à cause de la crise sanitaire, les Automnales réinvestissent Palexpo du 12 au 21 novembre prochain. La foire accueillera 18 événements parallèles ainsi qu'une foule d'animations visant à satisfaire tous les publics, indiquent dimanche les organisateurs de la manifestation.

La programmation des Automnales sera axée autour de trois invités d'honneur. Dans le cadre de la Genève numérique, l'administration genevoise présentera en avant-première l'espace "e-administration" du canton qui sera lancé officiellement au printemps prochain. Le public pourra se sensibiliser à différents outils digitaux.

Eclosion de poussins

Les poules seront également sur le devant de la scène, avec une exposition proposée par les producteurs d'oeufs suisses. Un grand poulailler sera accessible au public avec la possibilité pour les visiteurs d'approcher les poules et d'assister à l'éclosion quotidienne des poussins.

Enfin, le département du Var mettra sur pied une immense serre fleurie. Le stand du premier département français producteur de fleurs coupées promet au public "une escapade olfactive et visuelle envoûtante" selon les mots des organisateurs. Les visiteurs pourront également découvrir l'offre touristique du Var.

15h15

Des centaines d'opposants aux mesures Covid à Zurich

Des centaines d'opposants aux mesures contre le Covid-19 ont défilé samedi à Zurich. Une centaine de contre-manifestants de gauche ont voulu empêcher la marche et se sont mobilisés pour une manifestation à vélo. Aucune des deux manifestations n'était autorisée.

Les manifestations des détracteurs des mesures et celle des cyclistes ont été tolérées dans le sens de la proportionnalité, a indiqué samedi soir la police zurichoise. Celle-ci a empêché un affrontement entre les deux groupes.

Deux personnes ont été arrêtées pour entrave à un acte officiel et une cinquantaine d'expulsions ont été prononcées.

Important contingent policier

La police était sur place avec un important contingent. Des véhicules munis de barrières ont partiellement bloqué l'accès au hall de la gare et des canons à eau étaient en attente.

Des opposants aux mesures contre la pandémie de tous âges ont scandé "Liberté" à tue-tête et appelé à dire "Non à la loi et au certificat Covid-19", "Oui à la liberté et à l'autodétermination" et "Non à la vaccination".

Des personnes manifestent contre les mesures anti-Covid, le 30 octobre 2021 à Zurich. [Ennio Leanza - Keystone]Des personnes manifestent contre les mesures anti-Covid, le 30 octobre 2021 à Zurich. [Ennio Leanza - Keystone]

Dans un premier temps, la police a encerclé les manifestants, mais peu après 15h30 le cortège a commencé à se diriger vers le centre-ville, accompagné par les agents. Vers 17h30, la manifestation s'est lentement dispersée dans le quartier du Platzspitz.

Les contre-manifestants se sont eux réunis en début d'après-midi et ont fait plusieurs fois le tour de la gare à vélo. Ils voulaient "bloquer les théoriciens du complot à l'intérieur", indiquait un tract. Ils portaient une grande banderole avec l'inscription: "Qui marche avec les nazis n'a rien". Leur action s'est terminée dans le courant de l'après-midi.

DIMANCHE 31 OCTOBRE

Les derniers chiffres

L'Office fédéral de la santé publique a fait état vendredi de 1721 cas supplémentaires de Covid-19 par rapport au chiffre enregistré la veille à la même heure. On déplorait huit décès supplémentaires et 54 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 29'488 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 5,84%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 17'553, soit 1254 nouvelles infections par jour en moyenne, le nombre d'hospitalisations de 269 (19 par jour en moyenne) et le nombre de décès de 56 (4 par jour en moyenne).

Plus de 11 millions de doses de vaccin administrées

Le taux de reproduction de la maladie, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,21. Les patients Covid-19 occupent 13,1% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation (tous malades confondus) est de 75,8%.

Au total, 11'096'701 doses de vaccin ont été administrées et 63,47% de la population suisse a déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (soit l'âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 72,22%.

>> Retour sur la journée de vendredi: Au retour des vacances, la vérification des documents sanitaires est souvent lacunaire

15h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus