Le suivi de la situation le 15 avril [Keystone]
Publié Modifié

La Suisse dans l'attente des décisions du Conseil fédéral pour assouplir le confinement du pays

- La Suisse a vraisemblablement passé le pic de l'épidémie de Covid-19, a fait savoir l'Office fédéral de la santé publique. Selon les chiffres de l'OFSP mercredi, 26'336 cas positifs ont été testés, soit 260 de plus en un jour, contre plus de 1300 au plus fort de la crise. Selon les données cantonales mercredi en fin de soirée, le pays déplore également 1239 décès.

- Alors que certains pays commencent à sortir progressivement du confinement, comme le Danemark qui a rouvert une partie de ses écoles mercredi, la Suisse attend de savoir quelle est la position du Conseil fédéral, qui communiquera ce jeudi.

- De plus en plus de partis et d'organisations économiques et syndicales proposent leurs mesures et leurs scénarios pour sortir de la crise. C'est le cas par exemple mercredi du PLR et de l'Union syndicale suisse.

- Pour rappel, le Conseil fédéral n'a pas imposé de confinement général en Suisse, mais continue de recommander de rester à la maison, en particulier lorsqu'on est malade ou âgé de 65 ans ou plus. Il appelle à ne sortir que pour aller travailler (si le télétravail n'est pas possible), pour aller chez le médecin ou à la pharmacie, faire ses courses ou aider un proche. Les rassemblements de plus de cinq personnes restent interdits.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo.

22h35

Soutien supplémentaire pour les crèches, le sport et la culture demandé en commission

La commission de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national veut soutenir les crèches et autres structures d'accueil extra-familiales touchées par l'épidémie de Covid-19. Des aides supplémentaires d'un montant de 100 millions de francs devraient être versées en compensation des contributions que les parents ne versent plus. Les cantons et la Confédération devraient se partagent les coûts. La commission homologue du Conseil des Etats se penchera sur la question vendredi.

La commission propose également deux crédits de 50 millions de francs chacun pour le sport professionnel et populaire. Elle réclame que les subventions J+S budgétisées pour 2020 puissent être versées aux associations de jeunesse et aux clubs de sport malgré les annulations de cours et des autres offres à cause de la crise du coronavirus.

Dans le domaine de la culture, elle propose de prolonger de quatre mois, soit jusqu'à fin septembre, les mesures du Conseil fédéral en faveur du secteur. Elle invite enfin le gouvernement à examiner comment lutter contre une éventuelle pénurie de places d'apprentissage liée aux mesures d'exception prises contre la pandémie.

22h10

Les festivals de l'été ne savent pas encore sur quel pied danser

En Suisse, les acteurs culturels majeurs attendent avec impatience les décisions des autorités, notamment les festivals de musique estivaux. Le Montreux Jazz et le Paléo Festival plaident déjà pour une annulation.

"Plus vite la décision sera prise, idéalement par le Conseil fédéral, d’interdire les grands rassemblements, plus vite ça clarifiera les choses", précise Daniel Rossellat, président et fondateur du Paléo.

Alors que certains groupes mènent des tournées coûtant des dizaines, voire des centaines de millions de dollars, la crise du Covid-19 sonne peut-être le glas d’un modèle économique dépassé. Pour le directeur général Montreux Jazz Festival, Mathieu Jaton, cette crise offre une opportunité de repenser un modèle qui devenait de plus en plus fragile.

>> Plus de détails dans notre article: Le modèle économique des festivals de musique à l'épreuve du coronavirus

>> Le reportage du 19h30:

Les festivals d'été risquent une annulation. [RTS]
Les festivals d'été risquent une annulation. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

22h00

Questions-réponses sur la crise sanitaire du Covid-19

Etat actuel de la situation? Efficacité des mesures? Retrouvez l'intégrale de l'émission en direct avec les réponses de la conseillère d’Etat vaudoise Nuria Gorrite et du conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia.

21h55

Tribunaux et administration doivent redémarrer, estime la commission de l'économie du National

La commission de l'économie du National soutient les mesures prises par le Conseil fédéral pour atténuer les conséquences économiques du coronavirus, mais lui demande un plan de sortie de crise pour relancer, notamment, le travail dans les tribunaux et l'administration. Elle souligne que "la fermeture totale ou partielle des tribunaux ou administrations au niveau cantonal et communal bloque de nombreuses procédures et décisions dont les entreprises ont ardemment besoin pour poursuivre leurs activités".

Le gouvernement devrait également se pencher sur les branches qui, comme l'horticulture, dépendent des saisons et risquent de perdre la majeure partie de leur chiffre d’affaires, estime la commission. Pour elle, même si les aspects sanitaires priment, le marché du travail suisse "doit être remodelé afin qu’il puisse s’adapter, de façon souple et moderne, aux situations de crise". Des chômeurs doivent pouvoir être engagés dans les domaines souffrant d'une pénurie de main-d’œuvre, par exemple auprès de la Poste ou dans l’agriculture.

21h40

Le Covid-19 a coupé le lien entre les artistes et leur public

La culture fait partie des nombreux secteurs frappés de plein fouet par la crise, avec la disparition des canaux qui lui permettaient d’ordinaire d’atteindre son public. Librairies, magasins de disques, théâtres, salles de concerts et de cinéma sont fermés depuis un mois, et un deuxième s'écoulera probablement avant qu'ils puissent ouvrir à nouveau.

Le lien entre les artistes et leur public est rompu, même si certains tentent de nouveaux modes de distribution. Des musiciens se produisent en vidéo, des bibliothécaires lisent des livres par téléphone, des festivals de cinéma se déroulent sur internet. Ces modèles alternatifs ne suffiront largement pas à combler le manque à gagner pour le secteur culturel, mais devraient permettre d’entretenir la relation entre celles et ceux qui créent et leur public.

>> Regarder le reportage du 19h30 consacré au cinéma en temps de coronavirus:

Toute la chaîne du 7ème art est à l'arrêt. [RTS]
Toute la chaîne du 7ème art est à l'arrêt. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

21h05

Les cantons romands ont débloqué près d'un milliard de francs pour aider les entreprises

Pour venir en aide à l'économie, la Confédération a déjà avancé 40 milliards de francs. Mais les cantons participent eux aussi à l'effort commun. Au total, les cantons romands ont déjà promis près d'un milliard d'aide, Vaud en tête (424 millions). La plus grande partie de ces fonds prolongent les mesures de la Confédération. Il s'agit notamment de garantir des liquidités aux entreprises via des cautionnements ou des prêts. Mais d'autres mesures servent à combler l'absence d'aides fédérales. C'est le cas du Valais, qui a consacré 40 millions de francs pour les indépendants.

Dans le Jura, qui a déjà débloqué 11 millions, les commerçants qui doivent remplir des formulaires pour bénéficier de l'aide de la Confédération sont dédommagés pour le temps nécessaire à ces démarches.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Aides financières: les cantons participent eux aussi à l'effort commun. [RTS]
Aides financières: les cantons participent eux aussi à l'effort commun. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

20h50

A Zurich, un robot logiciel s'occupe des demandes de chômage partiel

En mars, l'office zurichois de l'économie et du travail a reçu environ 30'000 demandes de passage au chômage partiel, soit 18% de l'ensemble des demandes recensées dans le pays. En temps normal, le canton ne reçoit la demande que d'une dizaine d'entreprises par mois.

Pour faire face à cette vague sans précédent, les autorités cantonales n'ont pas seulement mobilisé du personnel affecté d'habitude à d'autres tâches. Un robot logiciel développé par le service informatique zurichois y contribue également. Il enregistre et envoie directement les données des entreprises concernées à la Confédération, améliorant la rapidité de leur traitement de 85%.

Dès vendredi, les entreprises zurichoises pourront en outre adresser leurs demandes de passage au chômage partiel sur Internet. Cette manière de faire permettra de recevoir plus rapidement les paiements demandés. "La crise du coronavirus aura au moins permis de faire avancer la numérisation de l'administration", remarque la ministre zurichoise de l'économie Carmen Walker-Späh.

20h35

Un photographe témoin du confinement

À Neuchâtel, le photographe Guillaume Perret a décidé de témoigner du confinement. Muni de son appareil, il documente le quotidien de sa famille grâce à ses clichés.

Essayer de "garder une trace des émotions qu’on ressent, ce sentiment d’être un peu perdu face à un ennemi invisible, ces doutes permanents", voilà ce qui l’intéresse, et qu’il partage sur son site ainsi que sur les réseaux sociaux.

>> Retrouvez Guillaume Perret et sa famille dans le 19h30:

Le photographe Guillaume Perret a illustré le confinement de sa famille. [RTS]
Le photographe Guillaume Perret a illustré le confinement de sa famille. / 19h30 / 1 min. / le 15 avril 2020

20h20

L'approvisionnement en masques, enjeu du déconfinement

Alors que la Suisse devrait mettre en place un déconfinement dans les prochaines semaines, le pays a besoin de masques pour le mener à bien. L’OFSP recommande à toute la population de se constituer une réserve individuelle de 50 masques d'hygiène par personne, soit 400 millions de masques au total, en théorie. Or, le pays est loin du compte.

>> Le sujet complet du 19h30:

Le masque sera sans doute un des enjeux majeurs du déconfinement. [RTS]
Le masque sera sans doute un des enjeux majeurs du déconfinement. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

Des solutions doivent donc se mettre en place. Une production indigène à grande échelle est désormais opérationnelle à St-Gall, mais les chaînes d’approvisionnement en matières premières ont été totalement bouleversées, ce qui a conduit à prendre beaucoup de retard: seuls 70'000 masques sont disponibles aujourd’hui, et 200'000 sortiront bientôt de l’usine st-galloise chaque semaine. Une goutte d’eau dans l’océan de masques nécessaires au quotidien.

Des solutions complémentaires doivent donc être trouvées, et un pont aérien a été mis en place pour relier la Chine à Genève, et apporter par millions des masques chirurgicaux.

Si pour l’heure, la Confédération ne recommande pas le port généralisé, le masque sera sans doute une pièce maîtresse de la phase de déconfinement.

>> Voir les précisions de Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs aux HUG:

Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "Le masque risque de faire partie de cette stratégie de déconfinement." [RTS]
Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "Le masque risque de faire partie de cette stratégie de déconfinement." / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

19h50

La Suisse serait très loin d'avoir atteint un taux d'immunité de 50%

En matière de taux d'immunité atteint par une population, un chiffre est souvent évoqué: 50%. A partir de cette limite, le nombre de contaminations commencerait à baisser tout seul, même sans confinement. C'est aussi la limite théorique à partir de laquelle, si le virus disparaissait, il ne pourrait plus faire son retour, sous la même forme du moins.

Les tests sérologiques qui commencent à peine permettront de savoir si ce taux est atteint en Suisse, mais la chose semble très peu probable. En effet, même en admettant qu'il y ait eu, en réalité, dix fois plus de personnes contaminées par le Covid-19 que celles qui ont été dépistées (environ 26'000 mercredi), seule 3% de la population suisse serait aujourd'hui immunisée.

>> Plus de détails dans la rubrique "Au-delà des chiffres" de Forum mercredi soir:

Au-delà des chiffres (vidéo) - A 50% d’immunité le déconfinement sera facilité [RTS]
Au-delà des chiffres (vidéo) - A 50% d’immunité le déconfinement sera facilité / Forum (vidéo) / 2 min. / le 15 avril 2020

Dès lors, peut-on, sans avoir atteint ce taux, se risquer à abolir les mesures d'exception anti-Covid-19? "Nous sommes plutôt du côté de la prudence, parce que le confinement protège le personnel soignant d'un afflux massif de malades. Si on repart avec la vie exactement comme elle était avant, il y a toutes les chances pour que l'épidémie reparte", a estimé le chef du service des soins intensifs des HUG Jérôme Pugin dans le 19h30 de la RTS.

>> Ecouter son interview:

Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "On est prudent parce que le confinement protège l'hôpital d'un afflux massif." [RTS]
Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "On est prudent parce que le confinement protège l'hôpital d'un afflux massif." / 19h30 / 1 min. / le 15 avril 2020

19h35

Retour en grâce de la collaboration entre la Suisse et l'UE durant la crise

En cette période de crise, la Suisse est "quasiment traitée comme un Etat membre de l'Union européenne", analyse un haut diplomate helvétique. Le pays a été rapidement associée à l'ordonnance européenne concernant les exportations d'équipements de protection, ainsi qu’aux discussions regroupant des ministres européens de la Santé.

Si les négociations brûlantes entre Berne et Bruxelles sur l'accord-cadre institutionnel sont actuellement gelées, la coopération entre voisins a visiblement retrouvé des couleurs, en témoignent les remerciements à la Suisse du président français ou du ministre italien des Affaires étrangères. Mais personne n'est dupe : même si la pandémie contribue à améliorer les relations entre la Suisse et l'UE, une fois la crise passée, les obstacles rencontrés jusqu’alors ne vont pas miraculeusement s’envoler.

>> Écoutez l'analyse complète des relations Suisse-UE dans Forum:

La Suisse et l’Europe ont collaboré étroitement pendant la crise du coronavirus (vidéo) [RTS]
La Suisse et l’Europe ont collaboré étroitement pendant la crise du coronavirus (vidéo) / Forum (vidéo) / 2 min. / le 15 avril 2020

19h25

Les tests d'immunité au Covid-19 foisonnent, mais leur efficacité inquiète les autorités sanitaires

L'un des enjeux du déconfinement sera de savoir quelle part de la population est immunisée contre le coronavirus, au moyen de tests sérologiques. Un véritable marché est en train de naître autour de ces analyses médicales, montre une enquête de la RTS.

Il y a deux familles distinctes de tests sérologiques: les premiers, de vrais examens de laboratoire, sont des tests immunologiques qui quantifient le nombre d’anticorps dans le sang. Les seconds, dits tests rapides, ressemblent par exemple au test de grossesse ou au test d’anémie que l’on peut trouver à la pharmacie. Une piqûre dans le doigt et quelques minutes plus tard, un trait apparaît pour confirmer ou infirmer la présence d’anticorps.

Ce genre de tests rapides foisonnent désormais, mais les autorités sanitaires s'inquiètent de leur fiabilité. Le médecin cantonal genevois a ainsi envoyé, la semaine dernière, une lettre à tous les laboratoires du canton pour leur rappeler qu’aucun test sérologique pour mettre en évidence des anticorps au Covid-19 n'est à ce jour approuvé par l’Office fédéral de la santé publique. Ce sont, toutefois, bel et bien les laboratoires cantonaux eux-mêmes qui sont chargés de valider ou non les tests sérologiques...

>> Ecouter le sujet de Forum mercredi soir:

Un marché des tests sérologiques est en train de naître, interview d'Yves Gisiger (vidéo) [RTS]
Un marché des tests sérologiques est en train de naître, interview d'Yves Gisiger (vidéo) / Forum (vidéo) / 7 min. / le 15 avril 2020

19h10

Les interrogations liées à la fin de l'année scolaire sont encore nombreuses

Quand les écoles pourront-elles rouvrir? Les examens seront-ils maintenus? Quel impact sur les bulletins de notes? A la veille d'une conférence de presse du Conseil fédéral qui pourrait apporter un début de réponse, les interrogations sont nombreuses. Aucun établissement ne pourra rouvrir d'ici au 26 avril, date minimale jusqu'à laquelle ils sont obligatoirement fermés en raison des mesures exceptionnelles de lutte anti-Covid-19. La suite n'est pas encore claire.

Pour faire le point, la RTS a contacté les services de l'enseignement des cantons romands. Pour l'instant, tous les cantons contactés s'en tiennent à cette date encore provisoire, sauf le Valais, qui ne prévoit pas une réouverture avant le 1er mai.

Une chose est sûre: l’année scolaire 2019/2020 sera validée intégralement dans tous les cantons et ne sera pas prolongée, a tranché la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique. L’année scolaire en cours et les calendriers scolaires établis par les cantons restent valables. Les vacances ne seront pas utilisées pour l’enseignement.

>> Plus de détails dans notre article: Les points d'interrogation sur la suite de l'année scolaire restent nombreux

18h55

Le tourisme suisse souffrira pendant des mois, voire des années

Frappé de plein fouet par la crise sanitaire, le tourisme est littéralement à l'arrêt en raison de la crise du Covid-19. Pour ce secteur, la perte globale se chiffre à ce jour en milliards de francs.

Les premiers scénarios imaginés pour l'après-crise par les spécialistes du tourisme ne sont pas roses. On peut s’attendre à un fort recul de l’activité jusqu’à la fin du mois de juin, et ce coup de frein devrait laisser des traces jusqu’en 2022, au moins. C’est seulement d’ici 2 à 3 ans que le nombre de visiteurs pourrait retrouver les niveaux de 2019.

Tourisme domestique favorisé?

C'est le tourisme d’affaires et de congrès qui pourrait souffrir le plus longtemps, alors que les destinations de loisirs en plein air pourraient déjà avoir quelques opportunités pour la saison d’été. Comme les consommateurs devraient favoriser le tourisme domestique tant que la confiance ne sera pas retrouvée, les destinations avec beaucoup de résidences secondaires en profiteront, estime l'Observatoire valaisan du tourisme.

"Les stations sont vides depuis l'adoption des mesures exceptionnelles", a rappelé l'ex-judoka et Directeur de l'association touristique Porte des Alpes Sergei Aschwanden. Lui aussi compte, cet été, sur les propriétaires de résidences secondaires pour que les stations ne soient pas à nouveau privées de touristes, comme durant les vacances de Pâques.

>> Ecouter le sujet de Forum mercredi soir, avec l'interview du Directeur de l'association touristique Porte des Alpes Sergei Aschwanden:

Le tourisme est frappé par la crise sanitaire, l’interview de Sergei Aschwanden (vidéo) [RTS]
Le tourisme est frappé par la crise sanitaire, l’interview de Sergei Aschwanden (vidéo) / Forum (vidéo) / 7 min. / le 15 avril 2020

18h25

Verts et PLR présentent leurs revendications de sortie de crise

Un jour avant que le Conseil fédéral ne présente son plan d'assouplissement des mesures d'exception, le PLR et les Verts dégainent leurs revendications. Entre protection des personnes vulnérables et redémarrage rapide de l'économie, le curseur bouge selon la sensibilité politique.

La sortie de crise doit passer par une réduction rapide des restrictions, un concept pour protéger les personnes vulnérables et un retour à la normale du processus démocratique, a souligné mercredi Petra Gössi, la présidente du PLR. Les mesures de protection devraient se concentrer sur les groupes à risque afin de limiter au maximum les restrictions pour le reste de la population. Le PLR demande d'étendre dès que possible les tests de dépistage à l'ensemble de la population. Un pistage efficace doit également être mis en place pour interrompre rapidement les chaînes d'infection.

Tournant écologique réclamé par les Verts

Le groupe parlementaire des Verts soutient un programme d'impulsion pour un tournant écologique. Les Verts veulent affecter plusieurs milliards de francs à des mesures qui doivent permettre aux secteurs touchés par la pandémie de devenir plus résilients. Ce programme vise à renforcer les circuits économiques régionaux ainsi que la protection du climat et de l'environnement. Cela créerait des emplois et une valeur ajoutée au niveau local, soulignent les écologistes. De leur côté, les Jeunes Verts défendent l'introduction d'un revenu de base inconditionnel. Ils ont remis mercredi au Conseil fédéral une pétition allant dans ce sens, signée par 33'000 personnes.

>> Plus de détails sur les plans des diverses forces politiques suisses dans notre article: Un retour rapide à la normale? Bataille idéologique autour de la sortie de crise

18h05

Patrons satisfaits de la sécurité dans les chantiers, syndicats moins

Selon la Société suisse des entrepreneurs, les mesures de protection contre le Covid-19 sont bien respectées sur les chantiers. Sur plus de 1900 contrôles depuis le 25 mars, la Suva n'a transmis que 45 dénonciations aux cantons. Dans plus de 97% des cas, les mesures de protection étaient appliquées. A certaines places, les contrôleurs ont exigé quelques aménagements, mais les travaux ont pu être poursuivis.

"Ces chiffres appuient la stratégie différenciée du Conseil fédéral, qui permet la poursuite des travaux de construction à condition que les mesures de protection soient respectées", a indiqué mercredi la Société suisse des entrepreneurs, satisfaite de ces chiffres.

Le syndicat Unia, de son côté, ne partage pas du tout cet optimisme. Il conteste à la fois la quantité et la qualité des contrôle de la Suva. "Au total, ce sont peut-être 5% seulement des chantiers de toute la Suisse qui ont fait l'objet d'une visite", a estimé Nico Lutz, responsable du secteur construction chez Unia. Les contrôles, souvent avec préavis, ciblent les entreprises et non un chantier dans sa globalité. Sachant qu'il y en a plusieurs sur un même site et qu'environ 30'000 chantiers sont en cours en Suisse, cela relativise passablement les 1900 contrôles menés jusqu'à ce jour, estime le responsable syndical, pour qui ce bilan intermédiaire ne fait que révéler le manque de moyens de l'organe de contrôle qui fonctionne avec seulement 28 inspecteurs pour tout le pays.

17h50

Mesures assouplies en Valais pour les marchés alimentaires et les véhicules

Les stands vendant des denrées alimentaires dans les marchés valaisans pourront partiellement rouvrir dès lundi prochain. Ils devront toutefois être éloignés d'au moins 30 mètres les uns des autres, a annoncé mercredi le Conseil d'Etat. Les responsables des stands devront s'assurer du respect des directives sanitaires de l'Office fédéral de la santé publique. Toute consommation sur place sera interdite.

Les communes devront organiser le flux des personnes et fixer le ou les jour(s) où les stands peuvent être installés. Elles pourront élargir les horaires et jours habituels de marché pour diminuer l'afflux de clients, précise le communiqué.

Expertise des véhicules autorisée

Autre assouplissement décidé par les autorités valaisannes, les activités de ramonage pourront reprendre dès lundi. Il sera aussi possible de faire expertiser son véhicule sous certaines conditions, en particulier les véhicules professionnels ou dans les cas de vente d'un véhicule.

17h35

Fribourg libère 6 millions pour sauver son tourisme

Le Conseil d'Etat fribourgeois va libérer un montant de 6 millions de francs pour venir en aide au secteur du tourisme, littéralement à l'arrêt en raison de la crise du Covid-19. La mesure vise à diminuer les charges fixes des établissements touristiques, avec pour objectif d'assurer leur pérennité et d'éviter des licenciements.

Des centaines d'hôtels, d'hébergements collectifs, de prestataires touristiques et d'offices du tourisme sont totalement à l'arrêt. Le Conseil d'Etat estime qu'il faudra des mois, voire des années, pour que la situation se rétablisse en termes de taux de fréquentation.

Les pertes économiques en raison de l'épidémie du coronavirus sont estimées à plus de 80 millions de francs par mois dans le secteur touristique. Sa contribution au PIB fribourgeois est chiffrée, selon certaines études, à près d'un milliard de francs par année.

17h25

Genève veut investir 700'000 fr. dans une machine à masques

L’Etat de Genève est prêt à acheter une machine à fabriquer des masques à hauteur de 700'000 francs, en partenariat avec le secteur privé, a indiqué mercredi le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia.

La production devrait permettre de répondre à la demande massive de masques liée aux prochaines mesures de déconfinement. Selon le conseiller d’Etat, cette machine à masque sera "très rapidement rentable et sera un bon investissement, dans l’immédiat et dans la perspective des stocks à maintenir, comme la crise actuelle le montre".

>> Plus de détails dans notre article: Genève prêt à acheter une machine à masques pour 700'000 francs

Mauro Poggia répondra ce soir aux questions des internautes lors d'un Facebook live après 20h sur RTSinfo et sur la page Facebook RTSinfo.

17h10

Les vacances sont-elles fichues ?

Des millions de Suisses passent actuellement des vacances de Pâques confinées et l’avenir des voyages, à court et moyen terme, reste largement flou. Alors doit-on craindre que les vacances d’été soient fichues elles aussi ? Pas du tout, rassure Diane Hostettler, guide en cheffe de buissonnier.ch, spécialisée dans les "micro-aventures" et basée à Romainmôtier (VD).

Interrogée dans Le Point J, Diane Hostettler estime qu’"il y a beaucoup de choses à imaginer", que les déplacements soient à nouveau possibles ou non cet été. Et de s’interroger: "Peut-être, au lieu de partir à l’autre bout de la planète, retrouver de l’exotisme dans nos propres contrées. Pourquoi pas juste à côté de notre maison ?"

"Quand on part en voyage, on a une manière de modifier son regard. On regarde le monde différemment et on va s’extasier devant des choses qui peuvent être pareilles chez nous", observe-t-elle.

Logo Le point J [RTS]RTS
COVID19: nos vacances d’été sont-elles fichues ? / Le point J / 60 sec. / le 15 avril 2020

17h05

Le Covid-19 tue plus que les deux dernières grandes épidémies de grippe

Le Covid-19 entraîne un nombre de décès plus élevé que d'ordinaire à la même période en Suisse. Durant la première semaine d'avril, 43% de décès de plus que la normale ont été enregistrés. Ce pic de surmortalité dépasse ceux survenus lors des deux dernières importantes épidémies de grippe (en 2015 et 2017), alors que celles-ci n'avaient pas fait l'objet de mesures extraordinaires.

La Suisse semble toutefois éviter le pire. Ainsi, dans le nord de l'Italie, environ 260 décès par jour étaient enregistrés fin mars, soit plus du double des 120 décès habituellement relevés à cette période.

En revanche, le Covid-19 n’influence pas fortement la courbe des décès des personnes de moins de 65 ans en Suisse, qui reste dans la norme des années précédentes.

>> Plus de détails dans notre article: Le coronavirus provoque un pic record de mortalité en Suisse

16h50

Un parloir pour voir ses proches dans un EMS st-gallois

Un parloir improvisé permet aux pensionnaires d'un EMS st-gallois de recevoir les visites de leurs proches, malgré l'épidémie de Covid-19. Installée début avril, la "Bsuechsbox" ("boîte aux visites") a fait beaucoup parler d'elle en Suisse alémanique. Les échos sont très positifs et d'autres EMS ont signalé leur intérêt, jusque dans le Vorarlberg autrichien voisin, avance le directeur d'un home pour personnes âgées à Wattwil (SG), Georg Raguth.

Accolée au bâtiment, la structure en bois permet à la centaine de pensionnaires de ce home de recevoir leurs proches malgré l'interdiction liée à la crise du coronavirus. Une paroi et une vitre en plexiglas séparent l'hôte et son visiteur, qui communiquent grâce un téléphone.

Directement inspiré des prisons

"Je m'étais demandé comment permettre aux pensionnaires de voir leurs proches", explique Georg Raguth. Etrangement, ce sont les visites dans les prisons montrées dans des films policiers qui lui ont rapidement donné cette idée: "C'est ce que je voulais: une installation équipée d'une vitre et d'un téléphone".

Le "parloir" du home est si fréquenté que les visites ont dû être limitées à 45 minutes. Avant l'installation de cette boîte à visites, les pensionnaires avaient uniquement la possibilité de communiquer avec leurs proches par Skype. "Je me suis rendu compte que cette technologie n'est pas optimale pour tout le monde. Certains n'étaient pas à l'aise en communiquant par écran interposé", a constaté le directeur du home.

Le parloir improvisé de l'EMS Risi à Wattwil (SG) [Gian Ehrenzeller - Keystone]Le parloir improvisé de l'EMS Risi à Wattwil (SG) [Gian Ehrenzeller - Keystone]

16h25

Moins d'entrées que de sorties dans les hôpitaux genevois

Le canton de Genève comptait mercredi 352 personnes hospitalisées après avoir été contaminées par le Covid-19, soit 13 de moins que la veille. Le nombre de patients aux soins intensifs a aussi reculé, passant d'un jour à l'autre de 46 à 41, ont annoncé les autorités genevoises mercredi après-midi.

4438 personnes ont été à ce jour testées positives au Covid-19. Quatre nouveaux décès ont été enregistrés, portant à 172 le total des personnes mortes à cause du virus depuis le début de l'épidémie. La courbe du nombre de cas semble se tasser petit à petit. Dans les EMS, le canton compte pour l'instant 191 résidents atteints par le SRAS-CoV-2. Un peu plus de la moitié des établissements n'a pas de cas à déplorer.

16h15

Douches gratuites à Genève pour les personnes dans la précarité

La Ville de Genève a annoncé mercredi qu'elle allait offrir aux personnes en situation de grande précarité un accès aux douches et aux vestiaires du stade de Varembé pour leur permettre de se laver durant la période de crise sanitaire provoquée par le Covid-19. Ces infrastructures seront ouvertes de 8h30 à 16h00 du lundi au vendredi.

Destinée à une population extrêmement fragile, cette ouverture intervient alors que Le Point d'Eau, un lieu dédié aux sans-abris situé à proximité du stade de Varembé et qui est géré par l'association Carrefour-Rue, a dû fermer ses portes à cause de l'épidémie.

La municipalité a déjà ouvert en faveur des plus démunis un foyer d'hébergement à l'avenue Frank-Thomas et leur a aussi mis à disposition une partie de l'ancienne caserne des Vernets. Ce dernier endroit a notamment des places pour les personnes atteintes du Covid-19.

16h00

260 nouveaux cas en 24 heures et 14'700 malades désormais guéris

La Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont jusqu'à présent enregistré un total de 26'336 cas confirmés en laboratoire, ce qui signifie 260 cas supplémentaires en un jour, a indiqué mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Mardi, ce nombre s'élevait à 254, ce qui montre que la courbe se stabilise à des niveaux beaucoup plus bas que les 1300 nouveaux cas quotidiens enregistrés fin mars.

Selon l'addition des chiffres communiqués par les cantons, le nombre de décès s'élève à 1221 mercredi à 16h. Obwald et Appenzell Rhodes-Intérieures sont les seuls cantons où il n'y a pas eu de cas mortels. 14'700 personnes, enfin, sont considérées comme guéries.

>> Regarder le bilan du 19h30 sur la situation en Suisse mercredi:

Le pic de l'épidémie a sans doute été dépassé. [RTS]
Le pic de l'épidémie a sans doute été dépassé. / 19h30 / 1 min. / le 15 avril 2020

Plus de 200'000 tests

Avec 3,08 cas pour 1000 habitants, la Suisse a toujours l'un des taux de contamination les plus élevées en Europe, mais celui-ci s'explique en partie par le nombre de tests effectués par habitant. Parmi les pays de plus d'un million d'habitants, la Suisse fait partie des trois pays qui testent le plus, avec l'Estonie et la Norvège.

Au total, 202'633 tests ont été effectués pour le SARS-CoV-2, dont 15% étaient positifs. Durant la semaine du 4 au 10 avril, le taux de consultation chez le médecin pour le coronavirus a cependant diminué, indiquent les données enregistrées par le système de déclaration Sentinella. Cela confirme ce qu'a dit mardi Patrick Mathys, le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP, pour qui le pic de l'épidémie est vraisemblablement dépassé.

15h35

Neuchâtel réorganise son dispositif de soin anti-Covid-19

Neuchâtel va adapter dès lundi prochain l'offre médicale du canton afin de prendre soin des patients souffrant de maladies qui nécessitent un suivi régulier. Selon leur état, ils seront pris en charge dans trois filières distinctes de cabinets médicaux afin d'éviter qu'ils ne soient contaminés par des malades atteints du SRAS-CoV-2, a expliqué la Chancellerie d'Etat dans un communiqué publié mercredi.

La première sera exclusivement dédiée aux patients sans Covid-19 souffrant de maladies chroniques. La deuxième a été séparée en deux voies: l'une prendra en charge les patients sans Covid-19 mais avec d’importants problèmes de santé, l'autre les personnes atteintes du coronavirus ou suspectées de l’avoir. La troisième accueillera les patients atteints du Covid-19 qui présentent une aggravation des symptômes.

Moins de centres de tri infirmier

Les patients sont priés de se renseigner auprès de leur médecin-traitant ainsi que sur le site www.ne.ch/coronavirus pour connaître la filière qui les prendra en charge. Par ailleurs, le nombre de centres de tri infirmier passe de sept à cinq dès ce mercredi. Ils sont localisés dans les quatre régions du canton de Neuchâtel, soit à La Chaux-de-Fonds, à Malvilliers, à Travers ainsi qu'à Marin et Perreux.

Le canton de Neuchâtel a enregistré jusqu'ici 590 cas positifs qui ont donné lieu à 60 hospitalisations. Dix patients sont actuellement intubés en soins intensifs. Depuis le début de l'épidémie, 45 personnes ont par ailleurs perdu la vie, selon les données publiées par le service de la santé publique du canton.

15h15

La Suisse loue le "rôle-clé" de l'OMS

La Suisse défend le "rôle-clé" de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la réponse à la pandémie liée au Covid-19.

"L'OMS est l'organisation internationale-clé dans cette pandémie", a affirmé mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). "Le multilatéralisme et la collaboration internationale sont centrales pour lutter ensemble avec succès contre le covid-19".

Un contre-pied par rapport au président américain qui accuse l'entité dirigée par l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, établie à Genève, de "mauvaise gestion" de la crise. Pour la Suisse, il est toutefois prématuré de prendre un quelconque engagement sur un financement additionnel pour combler le manque à gagner après l'annonce américaine.

L'enveloppe suisse est alimentée surtout par l'OFSP et la Direction du développement et de la collaboration (DDC). La seconde a débloqué récemment 18 millions de francs pour assister plusieurs acteurs internationaux face à la pandémie, dont l'OMS.

>> Lire aussi: Donald Trump suspend la contribution américaine à l'OMS

15h05

Réouverture des déchetteries dans le canton de Neuchâtel

Les habitants du canton de Neuchâtel pourront à nouveau se rendre dans les déchetteries dès lundi. Mais des contrôles seront effectués pour garantir le respect des mesures sanitaires.

Les autorités communales concernées ont annoncé mercredi avoir décidé de rouvrir de façon coordonnée les déchetteries dès le 20 avril. Le nombre de véhicules qui pourra accéder en même temps au site sera réglementé pour respecter les règles sanitaires. Le nombre de personnes autorisées à sortir du véhicule sera lui aussi contrôlé.

Les ménages neuchâtelois sont toutefois encouragés à ne recourir aux déchetteries qu'en cas de nécessité pour les objets encombrants et pour les déchets qui ne trouvent pas leur place dans les écopoints des centres commerciaux, a souligné le canton.

15h00

775 millions libérés en urgence pour du matériel sanitaire

La Confédération peut acquérir en urgence du matériel sanitaire et des médicaments, et faire avancer le développement de vaccins contre le COVID-19. La Délégation des finances a libéré mercredi de nouveaux crédits urgents à hauteur de 775 millions de francs.

Ces crédits provisoires sont à disposition avec effet immédiat. Le Parlement se prononcera ultérieurement au début du mois de mai lors de la session extraordinaire sur le dossier.

L'argent libéré doit permettre principalement de garantir à la population et aux hôpitaux un approvisionnement en masques, désinfectant et tests puisque "la disponibilité de ces produits constitue une condition décisive pour un assouplissement progressif des mesures de protection actuelles". Il doit aussi servir à soutenir des équipes de recherche internationales dans le développement rapide d'un vaccin contre la coronavirus.

14h50

L'usam présente ses propositions pour déconfiner le pays

La Suisse doit retrouver un équilibre entre les objectifs légitimes de la politique de santé et les intérêts tout aussi légitimes de la population et de l'économie, écrit l'Union suisse des arts et métiers (usam).

Les interdictions et les règles de confinement doivent être progressivement assouplies. L'usam demande que les branches ayant un contact accru avec la clientèle puissent elles-mêmes définir les mesures appropriées, dans le sens d'une approche "du bas vers le haut". Ces mesures devraient leur permettre de reprendre leurs activités tout en assurant la protection de la santé des clients et des employés.

Mesures par secteurs

Le commerce de détail, les détaillants d'articles de sport et de chaussures misent sur un accès contrôlé, sur des systèmes de guidage visuel, sur la définition de zones locales de responsabilité pour chaque employé et sur la numérisation. Un catalogue de mesures est appliqué de manière similaire à celui qui est déjà en place aujourd'hui chez les grands distributeurs et dans les pharmacies.

Le secteur automobile entend développer les services basés sur l'internet et le téléphone. Le véhicule n'est manipulé que pendant l'entretien de vente et après désinfection.

Les coiffeurs prévoient de minimiser les contacts avec leur clientèle, de renforcer les mesures de désinfection et de porter des masques. Les marchands de photos et les moniteurs de conduite proposent également de porter des gants et des masques de protection.

Le secteur de la remise en forme et de la culture physique recommande de respecter strictement la distance de deux mètres et, au besoin, de mettre hors service certains équipements ainsi que les douches.

14h30

Au Noirmont (JU), une boucherie s'adapte à la crise

De nombreux patrons luttent pour sauver leur commerce et les postes de leurs employés. C’est notamment le cas à la boucherie St-Hubert au Noirmont (JU), où Francis Sauser doit concocter avec 40% de chiffre d’affaires en moins, de nouveaux modes de consommation, notamment des personnes âgées, et de nouveaux clients.

>> Ecouter le reportage du 12h30 au Noirmont:

Francis Sauser, patron de la boucherie St-Hubert au Noirmont. [Gaël Klein - RTS]Gaël Klein - RTS
Les patrons de PME inquiets (3/10): témoignage de Francis Sauser, patron de la boucherie St-Hubert au Noirmont / Le 12h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

14h25

17 décès dans le canton de Vaud

Vaud déplore 17 nouveaux décès liés au Covid-19, selon le pointage publié mercredi par les autorités sanitaires. Avec 254 morts en tout, le canton talonne toujours le Tessin (263).

Bonne nouvelle en revanche, les hospitalisations sont passées sous la barre des 300 (297, -20 en un jour). Il faut remonter au 24 mars pour trouver moins de 300 patients liés au Covid-19 dans les hôpitaux vaudois.

Du côté des soins intensifs, aucune évolution significative n'a été notée au cours des 24 dernières heures (73, -2). Pour les cas testés positifs, le total s'établit désormais à 4741 (+57).

14h15

Gérer l'angoisse des détenus

Le milieu carcéral a lui aussi dû s’adapter à l’épidémie de Covid-19. La sécurité sanitaire y a été revue, mais il faut aussi gérer les inquiétudes et les angoisses des détenus. A la prison des Iles à Sion (VS), les 140 prisonniers et le personnel ont dû apprendre à vivre avec la menace du coronavirus.

>> Voir le reportage du 12h45 à la prison des Iles à Sion:

Gérer l'angoisse des détenus face au COVID-19: immersion à la prison de Sion. [RTS]
Gérer l'angoisse des détenus face au COVID-19: immersion à la prison de Sion. / 12h45 / 2 min. / le 15 avril 2020

14h00

Après le désinfectant à base d'eau-de-vie de poire, voici celui à la bière

Face aux conséquences brutales de la crise sur l'économie, certains entrepreneurs parviennent à se réinventer. C'est le cas d'un brasseur à Interlaken (BE) et d'une productrice de savon à Berne. Ensemble, ils ont créé un désinfectant pour les mains au parfum de houblon et de malt.

>> Voir le reportage du 12h45:

Nouvelles innovations face au Covid-19: une bière désinfectante pour les mains. [RTS]
Nouvelles innovations face au Covid-19: une bière désinfectante pour les mains. / 12h45 / 1 min. / le 15 avril 2020

13h45

Masques, murs, frontières: les nouvelles barrières du Covid 19

Confinement, masques, murs, frontières… quel est le prix à payer pour notre protection? Les personnes qui portent des masques sont de plus en plus nombreuses dans la rue, dans les magasins. Ces bouts de tissus sont censés nous protéger du virus, comme les murs des maisons lors du semi-confinement, comme les frontières que les Etats ont décidé de fermer. Mais établir une frontière n’est pas un acte neutre.

Daniel Meier, enseignant à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, explique dans ce 12 épisode de la vie aux temps du coronavirus que si le Covid-19 ne connaît pas les frontières, il en crée de nombreuses.

>> Ecouter le nouvel épisode du podcast "La vie aux temps du coronavirus":

Logo La vie aux temps du coronavirus [RTS]RTS
Episode 12 : masques, murs, frontières, les nouvelles barrières du Covid-19 / La vie aux temps du coronavirus / 25 min. / le 15 avril 2020

Disponible aussi sur Apple podcast, Spotify et Deezer.

13h30

Un Röstigraben des comportements durant le confinement?

Les polices cantonales ont dressé un bilan positif du respect des consignes durant le week-end pascal. Pourtant, certaines voix outre-Sarine estiment que si les cantons latins sont plus touchés que les cantons alémaniques, cela est dû aux différences culturelles. Un constat que ne partage pas Stefan Blättler, président de la Conférence des Commandants des polices cantonales, pour qui il n’y a pas de Röstigraben des comportements.

>> Ecouter l’interview complète de Stefan Blättler dans le 12h30 :

Une patrouille de police au bord du lac à Ascona. [Alessandro Crinari - Keystone/Ti-Press]Alessandro Crinari - Keystone/Ti-Press
Les Suisses latins ne sont pas moins disciplinés que les Alémaniques pendant ce confinement / Le 12h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

13h15

L'USS pose ses conditions à une reprise de l'activité économique

Alors que le Conseil fédéral doit annoncer jeudi son plan de reprise de l'économie, les syndicats font valoir leurs revendications. Pour l'USS, le maintien des emplois et du pouvoir d'achat est la condition nécessaire à toute sortie de crise.

>> Lire: L'USS pose ses conditions à une reprise de l'activité économique

>> Ecouter aussi le sujet du 12h30:

Le président de l'USS Pierre-Yves Maillard. [Marcel Bieri - Keystone]Marcel Bieri - Keystone
L'USS pose ses conditions à une reprise de l'activité économique / Le 12h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

12h45

Le PLR propose ses mesures pour sortir de la crise

Le PLR a salué la gestion de la pandémie de coronavirus par le Conseil fédéral, mais demande désormais une stratégie de sortie de crise. Il a proposé mercredi une série de mesures pour que la Suisse émerge renforcée de cette crise.

La stratégie de sortie de crise doit passer notamment par une réduction rapide des restrictions, un concept pour protéger les personnes vulnérables et un retour à la normale du processus démocratique, estime le PLR.

Le PLR appelle également à rétablir progressivement et dès que possible la vie sociale. Il demande notamment que les structures d'accueil d'enfants restent ouvertes et qu'elles soient renforcées à plus long terme pour améliorer la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle. L’enseignement dans les écoles doit reprendre après les vacances de printemps, selon le parti.

12h15

Est-on immunisé après avoir eu le Covid-19?

Les personnes infectées par le SARS-CoV-2, plus de 25'000 dans notre pays, sont-elles définitivement immunisées? C’est ce qui a été affirmé en début de pandémie, mais on en est un peu moins sûr aujourd’hui.

Par exemple, en fin de semaine passée, le Centre coréen pour le contrôle et la prévention des maladies signalait qu’une cinquantaine de patients classés comme ayant été guéris en Corée du Sud ont de nouveau été testés positifs, peu de temps après la fin de leur quarantaine.

>> Ecouter l'interview de Manuel Schibler, infectiologue et virologue aux HUG, dans CQFD:

Les personnes infectées par le SARS-CoV-2 sont-elles définitivement immunisées?
macniak
Depositphotos [macniak - Depositphotos]macniak - Depositphotos
Quelle immunité après avoir eu le Covid-19 / CQFD / 8 min. / le 15 avril 2020

11h20

Climat de consommation à un niveau "historiquement bas"

Le pessimisme a gagné le coeur des consommateurs suisses, inquiets dans le contexte de d'épidémie de coronavirus. Le climat de consommation a chuté à un niveau "historiquement bas" en avril, a indiqué le Secrétariat à l'économie (Seco) dans un communiqué mercredi.

L'indice sur le climat de consommation est tombé à -40 points, contre -9 points en janvier lors du précédent relevé. Pour trouver un niveau si faible, il faut remonter au début des années 90. Ces résultats sont provisoires et sont publiés à titre exceptionnel, précise le Seco.

Les attentes des ménages quant à l'évolution de la situation économique se sont nettement péjorées. Le sous-indice correspondant a dégringolé pour s'établir à -84 points.

10h10

Ouverture repoussée pour l'école en soins infirmiers de Monthey (VS)

Le canton du Valais doit reporter l'ouverture à Monthey de sa filière Ecole supérieure (ES) en soins infirmiers en raison du coronavirus. Prévue cet automne, la mise en service du site est désormais programmée à mars 2021.

L'ouverture de la filière de Monthey ne peut "plus être garantie dans les meilleures conditions", écrit mercredi l'Etat du Valais dans un communiqué. La filière ES en soins infirmiers germanophone sur le site de Viège sera, elle, reconduite dès septembre comme prévu.

Pour mémoire, le canton du Valais doit composer avec une pénurie en personnel soignant. Les sites de Monthey et Viège font notamment partie des solutions proposées par le Conseil d'Etat pour remédier à cette problématique.

10h55

L'USP prône l'autosuffisance partielle

L'Union suisse des paysans (USP) voit dans la crise du coronavirus une preuve de l'importance pour la Suisse de garder un certain degré d'autosuffisance. Il faut maintenir ce niveau après la crise, a plaidé mercredi son directeur Martin Rufer.

"La crise du coronavirus montre que les chaînes de distribution courtes et non mondialisées ont leurs avantages. La production régionale avec des distances plus courtes est plus fiable et plus robuste, tandis que la production globalisée est plus vulnérable à la mondialisation", a expliqué le directeur de l'USP.

"Jusqu'à présent, nous avons eu un taux d'autosuffisance de près de 60%. Notre objectif est de maintenir ce niveau", a déclaré Martin Rufer, dans une interview parue mercredi dans les publications du groupe de médias CH-Media. Si le Conseil fédéral venait à décider dans la nouvelle politique agricole de réduire le degré d'autosuffisance à 52%, "ce n'est pas acceptable pour nous", a-t-il souligné.

La Suisse doit également maintenir un certain degré de protection douanière afin de garder un niveau de prix approprié. Selon Martin Rufer, de nombreux produits sont fabriqués à l'étranger à des prix inférieurs aux coûts et vendus sur les marchés internationaux à des prix relevant de la sous-enchère.

10h45

Près de 200 millions d'emplois en danger, selon l'OIT

Les derniers chiffres de l'Organisation internationale du travail (OIT), basée à Genève, donnent le vertige: la crise du Covid-19 pourrait faire disparaître près de 200 millions d'emplois à plein temps dans le monde, dont 12 millions en Europe.

"J'ai dit, en lançant ces chiffres, que c'était le plus grand drame économique et social que le monde ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale. Je pense que je me suis trompé: c'est le plus grand drame depuis la Grande Dépression des années trente", concède le directeur de l'OIT, Guy Ryder, au micro de la RTS.

En tant que dirigeant onusien, Guy Ryder a particulièrement mal vécu la décision mardi soir du président américain Donald Trump de suspendre la contribution américaine à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en raison de sa "mauvaise gestion" de l'épidémie de Covid-19.

"C'est une très mauvaise nouvelle, surtout maintenant. Ce n'est pas le moment d'affaiblir l'organisation par excellence qui peut mener cette guerre", regrette le directeur de l'OIT, qui espère toutefois qu'il y aura un réveil et une prise de conscience de l'importance de la coopération internationale face à des problèmes mondiaux.

>> Plus de détails dans notre article: "C'est le plus grand drame économique et social que le monde ait connu"

10h00

Le fondateur du WEF Klaus Schwab confiant pour la Suisse

Le fondateur du Forum économique mondial (WEF) Klaub Schwab estime que la Suisse est bien préparée pour l'avenir malgré les restrictions liées à l'épidémie de Covid-19. "Mais nous ne devons pas seulement viser l'aspect matériel. Parce que des vies humaines sont en jeu! La santé a toujours une priorité plus élevée que le bien-être matériel", développe dans la foulée l'octogénaire.

Et surtout, ajoute-t-il, dans un pays riche comme la Suisse, "nous pouvons nous permettre d'imposer des restrictions afin que les personnes âgées - qui ont bâti notre prospérité - ne reçoivent pas de soins de fortune dans une salle de gym".

"Remplir les réserves des entreprises"

Selon lui, les entreprises qui recherchent un profit maximum puis le distribuent aux actionnaires ont moins de chances de survie que celles qui sont également là pour leurs employés, l'environnement, la société, soit celles qui ont investi dans l'avenir. Car "elles n'ont pas les réserves nécessaires pour survivre à une crise. Elles ont négligé leur propre vitalité!".

Dans cette optique, les firmes qui sont menacées par la situation actuelle doivent avant tout remplir leurs réserves plutôt que de distribuer primes et dividendes. Et Klaus Schwab d'illustrer son propos: "Chaque citoyen met un peu d'argent de côté pour faire face à l'avenir et afin d'avoir une bonne vie, il ne dépense pas rapidement son pécule juste avant une crise".

09h00

Onze avions affrétés par le CHUV et les HUG pour ramener du matériel de protection de Chine

Actuellement en Suisse, les besoins en masques, gants, lunettes ou encore thermomètres se chiffrent en dizaines de millions de pièces et la rupture de stock ne semble jamais bien loin. Les hôpitaux sont très actifs pour se fournir ce matériel essentiel. Selon une information de la RTS, 11 avions en provenance de Chine ont par exemple été affrétés par le CHUV et les HUG.

De nombreuses collectivités publiques ont décidé depuis plusieurs semaines de s'approvisionner en Chine avec l'aide d'intermédiaires suisses et chinois. Plusieurs cantons, mais aussi le CHUV et les HUG, l'ont par exemple fait via la section romande de la Chambre du commerce Suisse-Chine.

Mais les deux hôpitaux universitaires ont trouvé de leur côté d'autres sources d'approvisionnement directement en Chine.

>> Réécouter le sujet de La Matinale:

Du personnel soignant photographié à la fin du mois de mars au CHUV, à Lausanne (photo d'illustration). [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Un pont aérien alimente la Suisse en matériel médical depuis la Chine / La Matinale / 1 min. / le 15 avril 2020

>> Lire: Onze avions affrétés par le CHUV et les HUG pour ramener du matériel de protection de Chine

08h15

"On a pensé qu'il serait toujours temps de commander du matériel en Chine"

Economiste de la santé et professeur à l'Université de Lausanne, Alberto Holly était invité mercredi dans La Matinale de la RTS. Selon lui, la plupart des experts étaient d'accord depuis plusieurs années pour dire qu'une épidémie aurait lieu dans un avenir proche. Dans cette perspective, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) avait même publié deux rapports en 2018, à destination des autorités fédérales et des entreprises, prévoyant ce qu'il pouvait se passer dans une telle situation: besoin d'isolement, masques, solutions hydroalcooliques.

"Il était prévu que la population ait un stock chez elle", explique le chercheur. "Mais la difficulté était sans doute la gestion des stocks, sans doute trop coûteuse. On peut imaginer que les responsables, en raison de ces contraintes budgétaires, n'ont pas voulu acheter ce matériel en très grandes quantités pensant qu'il serait toujours temps de commander en Chine, mais sans imaginer qu'elle serait dans une situation difficile", analyse Alberto Holly.

Le professeur en HEC estime qu'il a été "extraordinaire" de voir à quel point le système suisse et les hôpitaux ont réussi à se réorganiser en un temps aussi rapide: "De ce point de vue, la Suisse a bien affronté la chose". Pourtant, tout n'est pas rose: "La crise a exacerbé un problème connu depuis longtemps: celui des ressources humaines, notamment des infirmiers, des aides soignants".

Et s'il y a une leçon à tirer de cette crise? "Il faut réduire la dépendance nationale à l'égard du matériel médical et des médicaments stratégiques", conclut Alberto Holly.

>> Revoir l'interview complète de l'économiste de la santé Alberto Holly dans La Matinale:

Alberto Holly, professeur honoraire d'économie à l'UNIL. [unil.ch]unil.ch
Alberto Holly s'exprime sur la gestion de la crise du coronavirus / La Matinale / 9 min. / le 15 avril 2020

07h45

Diaspora TV, la télévision qui communique les consignes contre le Covid-19 en plusieurs langues

Une petite télévision associative est devenue une référence dans la prévention du virus. Diaspora TV, une télévision associative bernoise diffusée sur internet, produit des vidéos pour différentes communautés issues de la migration.

Depuis le début de la crise, Diaspora TV s'est donné pour mission d'expliquer les mesures sanitaires aux personnes qui maîtrisent mal les langues nationales. Avec un joli succès.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Mesures sanitaires ou symptômes du virus y sont présentés de façon à toucher chaque communauté. [Diaspora TV]Diaspora TV
Diaspora TV, la télévision qui communique les consignes contre le Covid-19 en plusieurs langues / La Matinale / 1 min. / le 15 avril 2020

>> Lire aussi: Diaspora TV, les mesures sanitaires expliquées en langues étrangères

07h15

Le paiement cash, habitude suisse mise à mal par le Covid-19

Historiquement adeptes du cash, qui représentait 70% des transactions avant la crise sanitaire, les Suisses payent désormais en priorité par carte, et de préférence sans contact. Ils suivent ainsi les recommandations de l'OMS et l'OFSP.

En effet, l'argent liquide peut passer entre de nombreuses mains très rapidement, et on ne sait pas combien de temps le virus survit sur les pièces et billets.

Certains commerces refusent ainsi tout simplement le cash, une situation encore impensable il y a quelques semaines. Pour Jean-Michel Servet, professeur honoraire IHEI spécialiste de la microfinance, cela pourrait faire office de "déclic" pour une certaine partie de la population, qui pourrait cesser par la suite d'utiliser du cash.

En attendant, l'application suisse de paiement par téléphone Twint en profite. Adrian Plattner, chef des ventes chez Twint, explique que la demande a doublé, à plus de 6000 demandes d'accès à l'application, contre 3000 avant la crise.

Cette envolée des paiements numériques oblige aussi les opérateurs de cartes bancaires à revoir le plafond pour le paiement sans contact, qui vient de passer de 40 à 80 francs.

>> Le sujet du 19h30:

L'argent liquide n'a plus la cote, désormais les Suisses privilégient le cash. [RTS]
L'argent liquide n'a plus la cote, désormais les Suisses privilégient le paiement par carte. / 19h30 / 2 min. / le 14 avril 2020

07h00

Environnement et relance économique feront-ils bon ménage?

Le coronavirus pousse les pays du monde à mettre en place de nombreuses mesures pour sauver tous les secteurs de leurs économies, même les plus polluants. En Suisse, la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a été très claire sur le sujet de l’aviation, par exemple: il ne s’agit pas de réinventer le secteur, mais de lui permettre de redémarrer normalement, malgré certaines voix écologistes qui réclament la mise en place de prérequis environnementaux pour l’octroi d’aides gouvernementales.

Si l’argent investi dans le sauvetage de l’économie face au Covid-19 pourrait manquer à la lutte contre le réchauffement climatique, la crise pourrait ouvrir des voies, en termes de solidarités mais aussi de mesures difficiles à prendre, dans lesquelles "les politiques pourraient s'engager par conviction mais aussi par opportunité", estime l'économiste Jean-Pierre Danthine. "Les secteurs qui seraient gagnants ne seront pas nécessairement les secteurs à plus haute valeur ajoutée, et donc du point de vue de la croissance matérielle, je pense qu'il faudra faire des sacrifices. Mais du point de vue du bien-être, c'est différent", précise-t-il.

>> Le sujet complet du 19h30:

En pleine crise du coronavirus, l'heure est au sauvetage de l'économie. Et le changement climatique, alors? [RTS]
En pleine crise du coronavirus, l'heure est au sauvetage de l'économie. Et le changement climatique, alors? / 19h30 / 2 min. / le 14 avril 2020

Au niveau européen, la demande d’un "green deal" reste forte. Treize ministres européens ont demandé à la présidente que ce plan soit "central dans la stratégie de sortie de crise", et le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire estime qu’il faut arriver à "construire après cette crise un modèle européen de croissance durable" et éviter de "retrouver la consommation excessive et les abus du capitalisme du 20e siècle".

Mais dans la première économie mondiale, le ton est différent. Donald Trump clame son impatience de relancer l’économie, et si possible exactement comme avant. "Nous avons un plan de relance énorme, qui va mettre le feu au pays", a-t-il déclaré. Au pays de la voiture et du pétrole, 25 milliards de dollars seront débloqués pour les compagnies aériennes, les contrôles pour les industries polluantes seront allégés, et Donald Trump a négocié un accord international pour faire remonter les cours du pétrole, tandis que des abattements fiscaux pour les énergies renouvelables, proposés par les démocrates, ont été refusés.

>> Le sujet du 19h30 sur les États-Unis:

Aux Etats-Unis, Donald Trump entend relancer l'économie aussi vite que possible. [RTS]
Aux Etats-Unis, Donald Trump entend relancer l'économie aussi vite que possible. / 19h30 / 2 min. / le 14 avril 2020

06h45

Déconfinement à partir du 27 avril?

En Suisse, à quoi pourrait ressembler le déconfinement? Un peu à ce qu'on observe en Autriche et en Allemagne, a estimé la journaliste Esther Mamarbachi dans le 19h30 de la RTS mardi. Il devrait se dérouler par étapes, afin de vérifier, après chacune d'elle, que l'épidémie n'a pas redémarré.

Le début de l'assouplissement des mesures d'urgence devrait commencer le 27 avril. Ce jeudi, le Conseil fédéral donnera des précisions sur cet assouplissement lors d'une conférence de presse. La réouverture des commerces est envisagée (dans le respect des mesures sanitaires actuelles), et éventuellement celle des écoles, mais plutôt dans le courant du mois de mai.

>> Les précisions du 19h30:

Quel déconfinement pour la Suisse? Les explications d'Esther Mamarbachi. [RTS]
Quel déconfinement pour la Suisse? Les explications d'Esther Mamarbachi. / 19h30 / 1 min. / le 14 avril 2020

Avec le déconfinement se pose aussi la question de tests qui doivent être utilisés au fur et à mesure des étapes de déconfinement. Or, malgré la diversification des sources d'approvisionnement, il n'y a pas de véritable stock sur le long terme.

Mais contactés mardi par la RTS, les services de l'OFSP assurent que l'approvisionnement sera garanti pour répondre aux besoin de la Confédération.

>> Le sujet de Forum:

Au-delà des chiffres - Des tests généralisés pour la population à la sortie des mesures sanitaires? [RTS]
Au-delà des chiffres - Des tests généralisés pour la population à la sortie des mesures sanitaires? / Forum (vidéo) / 2 min. / le 14 avril 2020

06h30

Les Suisses se déplacent peu depuis la mi-mars

Depuis le début du semi-confinement, les distances parcourues par les Suisses ont fondu, d'après l'analyse de données issues du téléphone portable de 2500 personnes. Le week-end de Pâques n'a pas provoqué d'important relâchement: en moyenne, les habitants n'ont parcouru que 5,7 kilomètres par jour entre vendredi et lundi, a révélé mardi par l'Office zurichois de la statistique. La distance est similaire à celle du week-end précédent.

Ces données montrent que les mesures prises par le Conseil fédéral le 16 mars pour lutter contre le Covid-19 ont totalement chamboulé les habitudes de la population. Le Suisse moyen effectuait une vingtaine de kilomètres par jour les semaines précédant le semi-confinement. Après le 16 mars, ce chiffre est passé à environ 6 kilomètres, soit plus de trois fois moins.

>> Plus de détails dans notre article: Les Suisses se déplacent trois fois moins qu'avant la pandémie

06h15

Retour sur la journée de mardi

La Suisse a vraisemblablement passé le pic de l'épidémie de Covid-19, a fait savoir l'Office fédéral de la santé publique mardi. Le nombre de contaminations au coronavirus continue de grimper, mais de façon moins forte.

Selon les chiffres de l'OFSP, 25'834 cas positifs ont été testés, soit 254 de plus en un jour, contre plus de 1300 au plus fort de la crise, et 900 personnes sont décédées. Selon les données cantonales mardi à 20h, le pays comptait 25'956 personnes testées positives et a enregistré 1175 décès.

>> Retour sur la journée de mardi: La Suisse a vraisemblablement passé le pic de l'épidémie de Covid-19

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus