Modifié le 30 septembre 2015

Les branches exportatrices souffrent toujours du franc fort

La fabrication d'équipements électriques est en baisse de 10,9%.
Credit Suisse publie un panorama peu enthousiasmant de l'économie suisse Le 12h30 / 1 min. / le 30 septembre 2015
Même si la Suisse a échappé à la récession au 2e trimestre, avec un PIB réel en progrès de 0,2% sur trois mois, l'image favorable reste trompeuse, estime Credit Suisse, notamment avec une baisse des marges.

Franc fort oblige, l'industrie, le commerce de détail et une partie du secteur touristique font face à une perte de compétitivité internationale et à l'érosion de leurs marges.

Si dans l'industrie, certains secteurs parviennent à mieux gérer la vigueur du franc, tous en souffrent. Sur l'ensemble du premier semestre, aucune des grandes branches industrielles n'a pu augmenter ses ventes.

Pharmacie et horlogerie résistantes

Les plus forts replis ont été enregistrés dans la construction de véhicules (-14,1% en comparaison annuelle), la fabrication d'équipements électriques (-10,9%) et l'industrie pharmaceutique (-7,8%). Toutefois, cette dernière, au vu de marges confortables, devrait mieux supporter la contraction de ses ventes que la métallurgie, par exemple, dont les revenus ont fléchi de 5,9%.

L'industrie horlogère, moins sensible aux prix que d'autres secteurs, s'en est elle aussi bien sortie. Le repli de ses exportations de 1,2% après huit mois en 2015 par rapport à la période correspondante de l'an passé, s'explique plus par le tassement de la demande à Hong Kong et en Chine que par la vigueur du franc.

Reste que les experts du numéro deux bancaire helvétique évoquent une marche des affaires en demi-teinte pour l'industrie horlogère helvétique au cours des prochains mois et en 2016. Une prévision qui s'appuie principalement sur les incertitudes pesant sur l'évolution d'importants marchés, tout particulièrement la Chine.

ats/ebz

Publié le 30 septembre 2015 - Modifié le 30 septembre 2015