Modifié

Les cadres de l'industrie horlogère suisse pessimistes selon une enquête

Au Salon international de la Haute Horlogerie à Genève, en janvier 2010. [SANDRO CAMPARDO]
Horlogerie suisse: "un changement conjoncturel plutôt que structurel" / Le Journal du matin / 1 min. / le 16 septembre 2015
Les perspectives économiques de l'industrie horlogère suisse se détériorent. La branche s'inquiète de la vigueur du franc, de l'affaiblissement de la demande et de l'arrivée des smartwatches.

Plus de 40% des cadres supérieurs dans l'horlogerie se montrent pessimistes quant aux perspectives économiques du secteur, selon une enquête de Deloitte publiée mardi. Ce résultat est le pire enregistré depuis le lancement de l'étude en 2012, relève le cabinet de conseil.

Pour 69% des 51 sondés, la force du franc représente un risque important. Ils n'étaient que 50% un an plus tôt. En réponse, plus de la moitié envisagent de réduire leurs coûts. De nombreuses entreprises ont en outre renégocié leurs prix.

>> L'industrie horlogère est à un tournant, selon Jules Boudrand, directeur chez Deloitte:

L'horlogerie occupe quelque 60'000 personnes en Suisse. [Gaël Klein - RTS]Gaël Klein - RTS
L'industrie horlogère est à un tournant / Le Journal du matin / 1 min. / le 16 septembre 2015

Smartwatches

L'affaiblissement de la demande étrangère, en particulier à Hong Kong et en Chine, est également l'une des préoccupations majeures des cadres de l'horlogerie. Un peu plus d'un tiers des sondés prévoit un déclin de la demande en montres suisses dans l'empire du Milieu. Seul un quart fait preuve d'optimisme.

Quant à la concurrence des smartwatches, un sondé sur quatre pense qu'elle représente une menace significative, contre un sur dix il y a dix ans.

ats/pym

Publié Modifié