Modifié le 05 novembre 2018 à 12:07

Craintes en Suisse autour d'une vapoteuse de nouvelle génération

Le "juuling" a très vite séduit les vapoteurs américains.
La cigarette électronique américaine nouvelle génération a du succès chez les jeunes La Matinale / 2 min. / le 05 novembre 2018
Une cigarette électronique de nouvelle génération fait fureur chez les jeunes Américains, à tel point que la marque est passée dans le langage courant. Son arrivée prochaine en Suisse suscite des inquiétudes.

Plus petite que les vapoteuses courantes, cette nouvelle cigarette électronique ressemble à une longue clé USB. Mais au-delà du design, c'est surtout le contenu de sa recharge qui fait la différence. On y trouve un liquide à la nicotine à la fois plus concentré et moins irritant que celui des vapoteuses traditionnelles.

Elle rencontre un succès tel aux Etats-Unis, notamment dans les collèges, que les étudiants parlent désormais de "juuling" (du nom de la marque qui les vend). Mais son arrivée en Suisse inquiète certains milieux. La députée vert'libérale vaudoise Graziella Schaller a ainsi interpellé le gouvernement cantonal sur le statut légal de la cigarette électronique.

Un auto-contrôle de la branche

Car il est aujourd'hui extrêmement facile de s'en procurer en Suisse. "Pour l'instant, il n'y a pas de loi", rappelle Isabelle Pasini, de la Swiss Vape Trade Association (SVTA), l'association suisse des professionnels de la branche, qui regroupe des détaillants et les principaux acteurs. "Mais on s'est mis tous d'accord afin d'installer une sorte d'auto-contrôle. On a écrit un code de conduite, qu'on a appelé un codex, où tout le monde s'est mis d'accord pour ne pas vendre de cigarettes électroniques contenant de la nicotine aux mineurs", souligne-t-elle.

En l'absence de loi sur la question, on peut donc vendre une cigarette électronique et sa recharge à n'importe qui, quel que soit son âge, sans risquer de sanctions. Seule exception cantonale: le Valais imposera dès l'année prochaine d'avoir 18 ans.

Modification légale en consultation

Car ce dispositif a un statut légal inattendu à l'échelon fédéral. "C'est complètement paradoxal, c'est assimilé à des denrées alimentaires, c'est traité dans la même loi", relève Graziella Schaller. "Probablement que cela va changer, mais pas avant 2020 ou 2022. Il y a une consultation en cours, et j'espère vraiment que ce sera assimilé à des produits du tabac pour protéger les jeunes, qui actuellement peuvent avoir un accès extrêmement facile à ces produits."

Au-delà de la question d'un âge minimum pour l'achat, la vapeur de nicotine - denrée alimentaire en Suisse - échappe aussi à toute taxe sur le tabac, qui permettrait à la Confédération de financer la prévention, comme pour les cigarettes.

Simon Corthay/oang

Publié le 05 novembre 2018 à 12:00 - Modifié le 05 novembre 2018 à 12:07

Les e-cigarettes dans le viseur de la DFA américaine

Les autorités de santé américaines - Food and Drug Administration (FDA) - ont sommé les fabricants d'e-cigarettes de trouver le moyen d'empêcher les jeunes d'acheter leurs produits, et préparent des réglementations plus strictes.

Juul est particulièrement dans son viseur: ses bureaux ont été inspectés par des agents de la FDA le 28 septembre dernier à San Francisco.

Le nombre de vapoteurs dans les lycées américains a augmenté de 75% de 2017 à 2018, selon une récente tribune du chef de la FDA et du secrétaire à la Santé Alex Azar publiée dans le Washington Post. "C'est une épidémie", ont-ils écrit.

En deux ans, Juul a raflé près des trois quarts du marché du vapotage aux Etats-Unis.