Modifié le 09 septembre 2018 à 17:51

Attaqués par un champignon, les séquoias disparaissent de Suisse

Les sequoias supportent mal le climat suisse.
Les sequoias supportent mal le climat suisse. 12h45 / 2 min. / le 09 septembre 2018
Les séquoias se portent mal en Suisse en raison d'un champignon qui fait sécher leurs branches. Les canicules à répétition de ces dernières années font exploser le phénomène.

La plupart des spécimens des cantons de Genève et Neuchâtel sont touchés par le chancre de l'écorce. "Ce chancre essaie d'ouvrir la plaie et l'arbre essaie de la fermer avec de la sève. C'est un combat. On peut freiner la progression mais on ne peut pas l’éradiquer", explique samedi au 12h45 Cyril Grand-Guillaume, contremaître adjoint au service des Parcs et Promenades de la Ville de Neuchâtel.

Originaire des Rocheuses américaines, les arbres ne s'adaptent pas au climat suisse. "Le séquoia a besoin d'un endroit où le climat hivernal est froid et sec, et le climat estival est plutôt frais, humide et pas trop chaud. Or, en Suisse, on a des événements climatiques extrêmes notamment l’été, où il fait très chaud et sec. Ce climat fragilise les plantes et permet à la maladie de se développer de manière très favorable depuis environ 10-15 ans dans toute l’Europe", note Pierre-Yves Bobigny, chargé d'enseignement à la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (Hepia).

95% des séquoias touchés

Les canicules à répétition ont fait exploser le phénomène. A Genève, 95% des séquoias, y compris les jeunes spécimens, sont touchés. Aucun moyen de lutte n’existe contre cette maladie qui les dégarnit à petit feu et les voue à l’abattage.

Dans leur habitat naturel, ils peuvent vivre jusqu’à 3000 ans. En Suisse, ils arrivent en bout de vie après environ un siècle, ce qui n'est pas une catastrophe pour la biodiversité locale, comme l'explique Eddy Macuglia, contremaître au service des Parcs et Promenades de la Ville de Neuchâtel.

"C’est émotionnel, parce ces arbres sont grands et on les voit bien dans le paysage. Mais au niveau de la biodiversité ici chez nous, ce n’est pas un mal", les séquoias étant une espèce importée artificiellement à la fin du XIXe siècle.

Léa Jelmini/vkiss

Publié le 09 septembre 2018 à 14:04 - Modifié le 09 septembre 2018 à 17:51