Modifié le 30 août 2018 à 17:54

"Apprendre à connaître l'autre" pour résoudre le conflit israélo-palestinien

Mohammad ( gauche), 16 ans, Palestinien de Yatta en Cisjordanie, et Tzvi (droite), 17 ans, Israëlien de Gush Etzion.
Des jeunes Israéliens et Palestiniens réunis en Suisse pour apprendre à dialoguer Le 12h30 / 10 min. / le 30 août 2018
Alors que le conflit israélo-palestinien dure depuis 70 ans, plusieurs associations sur place promeuvent le dialogue. En Suisse, l'organisation Coexistences participe également à cet effort en accueillant des jeunes chaque année. Témoignages.

Ils sont Israéliens et Palestiniens, ont entre 16 et 19 ans et vivent au coeur d'un conflit qui semble sans issue. Ces six adolescents viennent de passer dix jours en Suisse pour apprendre à se connaître et, surtout, pour dialoguer. Cette rencontre a notamment été organisée par l'association lausannoise Coexistences, qui fait venir depuis 12 ans des jeunes Israéliens et Palestiniens dans des familles d’accueil.

Parmi eux, Mohammad, 16 ans, Palestinien de Yatta, en Cisjordanie, prône le dialogue et la compréhension mutuelle comme solution au conflit. "Il faut apprendre à connaître l’autre, sa culture et sa religion. Il faut aussi être conscient de l’opinion que l'autre a sur nous-même. Car même si tout semble nous opposer, nous avons des choses en commun", explique-t-il au micro de la RTS.

"La guerre doit appartenir au passé"

Aux côtés de Mohammad, Tzvi Joshua, un Israélien de 17 ans, livre son analyse: "Je pense que, des deux côtés, chacun aime profondément sa terre et pense qu’elle lui appartient. En 1948, lorsque (David) Ben Gourion a décidé de créer l’Etat d’Israël, les Palestiniens ont déclaré la guerre. En face, on disait qu'Israël devait appartenir aux juifs."

Mohammad estime lui que la guerre israélo-arabe de 1948 fait partie du passé: "Les Palestiniens ont commencé cette guerre car ils défendaient leur terre à l’époque. Ils représentaient 70% de la population, contre 27% pour les Israéliens. Cela a eu lieu et c’est fait. Nous avons besoin maintenant de réfléchir à ce que nous voulons faire et penser au futur."

La solution à un seul gouvernement

Au-delà des bonnes intentions, Tzvi estime qu'une solution concrète est nécessaire. "L'idéal serait de n’avoir qu’un seul gouvernement, qui gérerait l’armée, la police et la devise, à l'instar des Etats-Unis ou de la Suisse. Et on aurait deux pays dans lesquels arabes et juifs peuvent se déplacer d’une frontière à l’autre, avec leurs propres lois sur leur territoire."

Mohammad ajoute: "Nous sommes tous les deux des victimes de cette guerre. C’est à nous-mêmes de décider si nous voulons poursuivre notre vie en tant que victime ou si nous voulons changer cela." Une vision qui plaît à Tzvi: "Oui j’adore cette ambition!"

>> Les témoignages de Mohammad et Tzvi:

Démarche idéaliste?

De leur côté, les participants suisses à l'initiative de Coexistences veulent croire que leur démarche peut améliorer la situation. "Je l'espère... Cela s'appelle la foi ou la confiance", réagit Emmanuelle.

"On se dit que, depuis la Suisse, on ne peut rien faire pour la paix... On ne fait peut-être pas grand-chose, mais ces jeunes ont tellement l'air d'y croire que cela nous prend aux tripes", ajoute-t-elle.

>> L'interview d'Emmanuelle:

Les jeunes de l'association Coexistences et leurs familles d'accueil, lors d'une sortie à Arolla (VS).
Yves Zahno - RTS
Audio de l'info - Publié le 30 août 2018

Miriam, elle, prône l'éducation: "Les enseignants commencent avec les tout petits en leur apprenant la langue des uns et des autres, les coutumes, les habitudes culinaires... Lorsqu'on apprend enfant, il y a beaucoup plus de chances pour que l'ouverture d'esprit s'installe, qu'il y ait moins de peur et moins de rancoeur", dit-elle.

Ce qui la touche le plus dans ces expériences avec Coexistences? "Lorsque les uns et les autres se mettent à écrire leur nom dans les langues respectives et lorsqu'ils échangent de petites choses du quotidien."

>> L'interview de Miriam:

Capture d'écran de la page d'accueil du site de Coexistences.
coexistences.ch
Audio de l'info - Publié le 30 août 2018

Sujet radio Yves Zahno

Traitement web: hend

Publié le 30 août 2018 à 15:13 - Modifié le 30 août 2018 à 17:54