Modifié le 05 juin 2018

La loi sur les jeux d’argent divise deux anciens conseillers fédéraux

Les deux anciens conseillers fédéraux Pascal Couchepin et Ruth Dreifuss.
La loi sur les jeux d’argent divise deux anciens conseillers fédéraux La Matinale / 1 min. / le 05 juin 2018
Après la récente prise de position de l'ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin contre la loi sur les jeux d’argent, l'ex-ministre Ruth Dreifuss affirme elle son soutien au texte sur lequel les Suisses voteront dimanche prochain.

Ruth Dreifuss a écrit aux militants de son parti pour les encourager à glisser un oui dans les urnes dimanche prochain, a appris la RTS mardi. "Je n’ai jamais été une grande fan des jeux d'argent", admet la socialiste. Mais, dit-elle, "dès lors que les jeux existent, autant qu’ils renforcent l’AVS."

La Genevoise évoque également les dispositions sur la prévention face à l’addiction aux jeux contenues dans la loi. Elle salue en effet le blocage des personnes dépendantes qui jouent sur internet. A noter toutefois que certaines voix à gauche jugent cette mesure insuffisante. C'est le cas des Jeunes Verts par exemple, qui ont combattu la loi par référendum.

Un texte "contradictoire"

Pour son ancien collègue du gouvernement Pascal Couchepin, la nouvelle loi sur les jeux d'argent est contradictoire. "(Elle) donne à la loterie la mission de lutter contre les addictions, mais aussi celle de protéger son chiffre d’affaires futur", indiquait-il le 28 mai dans Le Temps.

L'ancien ministre PLR estime également que le texte créerait une bureaucratie inutile: "La loi veut limiter l’accès aux jeux sur internet. Je ne suis moi-même pas spécialiste mais ceux qui le sont me disent que le système serait facilement contournable." Le Valaisan ajoute par ailleurs que "le jeu est un vice qui n’est pas, en soi, à soutenir".

hend avec Pietro Bugnon

Publié le 05 juin 2018 - Modifié le 05 juin 2018