Modifié

Critères resserrés pour surveiller les fraudeurs aux assurances sociales

Un détective prend des photos depuis une voiture (image d'illustration). [nito - fotolia]
Critères resserrés pour surveiller les fraudeurs aux assurances sociales / Le 12h30 / 1 min. / le 16 mars 2018
Des détectives pourront à nouveau surveiller d'éventuels fraudeurs aux assurances sociales, au besoin avec des GPS. Le Parlement a mis jeudi la dernière main à la base légale qui faisait défaut en Suisse.

La gauche a dénoncé durant les débats un projet plus sévère que la lutte contre le terrorisme ou le crime.

En 2016, la Cour européenne des droits de l'homme a rappelé la Suisse à l'ordre, donnant raison à une Zurichoise espionnée par des détectives engagés par son assurance. Les bases légales ont été jugées trop vagues pour une surveillance qui enfreint le droit au respect de la vie privée et familiale.

La caisse nationale d'assurance accidents (Suva) et les offices d'assurance invalidité ont alors suspendu leur recours aux détectives privés, le temps que le Parlement légifère. C'est désormais chose faite.

Traceurs GPS autorisés

Au coeur du projet, un élargissement des possibilités de surveillance. Outre les enregistrements visuels, il permettra les enregistrements sonores et surtout le recours à des instruments techniques permettant de localiser l’assuré, comme les traceurs GPS. Cela pourrait aussi être des drones s'ils servent à la géolocalisation mais pas s'ils sont utilisés pour une observation.

La surveillance ne sera pas limitée à l'espace public, comme les rues ou les parcs. Elle sera effectuée aussi dans des lieux visibles depuis un endroit librement accessible, par exemple un balcon.

Aval judiciaire

Seul l’usage d'instruments comme les traceurs GPS, nécessitera l’autorisation d’un juge. Pour les autres cas, la surveillance pourra être ordonnée au sein de l'assurance. Le National a accepté qu'une personne assumant une fonction de direction dans le domaine dont relève le cas ou dans le domaine des prestations de l'assureur doive trancher.

Vu qu'aucun juge n'intervient, il faut qu'un niveau hiérarchique assez élevé soit compétent, a souligné Isabelle Moret (PLR/VD). Jusqu'ici, la Chambre du peuple souhaitait se contenter que la tâche revienne à une personne responsable dans un des domaines concernés.

ats/ebz

Publié Modifié