Modifié le 31 janvier 2018 à 11:33

Des médecins répondent aux attaques des politiques sur leurs salaires

Médecins: hauts salaires en question
Médecins: hauts salaires en question 19h30 / 2 min. / le 30 janvier 2018
La guerre est déclarée entre les médecins et les responsables politiques qui ont dénoncé lundi des salaires parfois indécents dans la profession. Nombre de médecins ne décolèrent pas et se sentent victimes d'un acharnement.

Comme si les politiques s'étaient donné le mot, le salaire des médecins a subi une attaque en règle lundi. Première salve sur RTS La Première au petit matin, avec le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia: "Nous estimons les revenus des chirurgiens proches au minimum du million", a-t-il annoncé.

Deux heures plus tard, lors d'une conférence nationale sur la santé à Berne, le conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard a affirmé: "Les mesures Tarmed prises par le Conseil fédéral sont un aimable apéritif devant ce qui attend les médecins dans trois ou quatre ans s'ils ne se réveillent pas".

Peu après, c'est au tour du président de la Confédération Alain Berset, qui cite Mauro Poggia, en insistant: "De tels salaires ne sont pas acceptables. Il y a certes beaucoup d'études et d'engagements, mais qui peut justifier un salaire pareil sur le dos des gens qui paient des primes?"

>> Relire: "Un salaire annuel d'un million de francs pour un médecin est inacceptable" 

Réactions outrées

Les réactions n'ont pas tardé sur les réseaux sociaux:

Le président de la Société vaudoise de médecine Philippe Eggimann s'est dit "extrêmement choqué" par le fait qu'Alain Berset soit sorti de son devoir de réserve.

Il ajoute, au 19h30 de la RTS, que les très hauts revenus dont il est fait mention ne concerneraient "qu'une infime minorité des 40'000 médecins suisses". De plus, ces hauts revenus seraient à la charge des assurances complémentaires des patients, et ne grèveraient donc en rien les primes de l'assurance maladie de base.

A travers la voix de leur président, les médecins vaudois demandent ainsi au conseiller fédéral chargé de la Santé de se rétracter.

Des salaires opaques

En 2016, le chiffre d'affaires moyen des cabinets vaudois était estimé à 422'000 francs, soit une rémunération d'environ 200'000 francs. Dans les hôpitaux romands, un médecin touche généralement un salaire de base, puis il est payé à l'acte. Selon les recherches de la RTS, la plupart des médecins-chefs en hôpital gagnent entre 300'000 et 550'000 francs par an.

Mais aucune donnée fiable sur les salaires des médecins n'est publiée depuis 2009, depuis que la FMH a cessé de rendre publics les revenus des médecins, arguant que cela entraînait des combats internes entre généralistes et certains spécialistes.

Les dernières statistiques de 2009 montraient des revenus éloignés du million. Les salaires allaient alors de 107'000 francs pour un psychiatre pour enfants à 375'000 pour un gastro-entérologue. Mais ces statistiques datent et de nombreux responsables politiques demandent une plus grande transparence.

Isabelle Moret appelle à la transparence

Invitée sur le plateau du 19h30 mardi, la conseillère nationale Isabelle Moret s'ajoute à la liste de ceux qui veulent davantage de transparence. Présidente de la faîtière des hôpitaux H+, la PLR vaudoise admet que "ce n'est pas uniquement avec les revenus des médecins qu'on agira sur les coûts de la santé. Mais il faut oser faire sauter tous les verrous."

La révision du Tarmed, le tarif des actes médicaux, a été refusée l'an passé, "en particulier par la FMH, les médecins spécialistes estimant qu'il ne fallait pas réviser de cette manière-là les tarifs", rappelle Isabelle Moret. Pour la conseillère nationale, "les spécialistes doivent un peu lâcher du terrain."

La PLR vaudoise se défend de toute incohérence. "L'excellence se paie, mais la médecine n'est pas un métier libéral comme un autre", estime-t-elle. Une partie des revenus des médecins provient de la prime d'assurance maladie que chacun paie. "De la même manière que le contribuable a le droit de savoir où va son argent, ceux qui paient des primes d'assurances maladie ont le droit de savoir où va leur argent".

>> L'interview d'Isabelle Moret dans le 19h30:

Salaires des médecins: entretien avec Isabelle Moret, conseillère nationale PLR-VD
19h30 - Publié le 30 janvier 2018

Sujet de David Berger

Adaptation web: Feriel Mestiri

Publié le 30 janvier 2018 à 22:46 - Modifié le 31 janvier 2018 à 11:33