Modifié le 03 janvier 2018

L'UE, la fiscalité et les retraites marqueront la politique suisse en 2018

Une vue du Palais fédéral à Berne.
UE, fiscalité et retraites: les enjeux de la politique fédérale en 2018 Le 12h30 / 2 min. / le 02 janvier 2018
En 2018, la politique suisse sera marquée par trois grands dossiers principaux: les relations avec l'Union européenne, la réforme de la fiscalité des entreprises, ainsi que celle des retraites.

Le début de l'année s'annonce d'ores et déjà agité avec les discussions concernant le dossier européen, qui a déjà secoué la politique suisse à la fin 2017. Alors que la Suisse veut freiner les négociations, l'UE veut avancer très vite dans cet accord-cadre institutionnel qui vise à organiser les bilatérales.

A noter que ce grand combat politique de début d'année sera pimenté par le versement annoncé de 1,3 milliard de francs par la Suisse pour le développement des pays de l'Europe de l'Est.

>> Lire aussi: "La Suisse paiera probablement le milliard de cohésion sans condition"

Ce dossier européen fera l'objet de plusieurs votes qui n'auront, toutefois, pas tous lieu cette année. Le premier scrutin pourrait concerner l'initiative de l'UDC visant à faire primer le droit suisse sur le droit international. Le Parlement devra d'abord opter, ou non, pour un contre-projet à ce texte, ce qui promet des débats animés sous la Coupole.

Retraites et fiscalité des entreprises

La réforme des retraites est également à l'ordre du jour. Le conseiller fédéral et président de la Confédération Alain Berset doit en effet remettre l'ouvrage sur le métier avant que l'AVS n'entre dans les chiffres rouges.

La réforme de la fiscalité des entreprises, qui a également échoué dans les urnes en 2018, devra aussi être rediscutée. La Suisse doit se doter de cet outil, car elle risque d'être au ban des nations, elle qui s'est retrouvée sur liste grise en fin d'année passée.

Au menu des discussions en 2018 figureront également l'achat de nouveaux avions de combat, les Jeux olympiques 2026 - avec une votation très attendue en Valais - et la lutte contre la radicalisation terroriste, ainsi qu’une votation pour supprimer la redevance, l’initiative No Billag en votation le 4 mars.

>> Lire aussi: Un postulat veut assouplir les pratiques pour exporter des armes

Préparation des élections fédérales

Une année avant les élections fédérales en 2019, les états-majors des partis ont déjà commencé à se réorganiser. Les premières stratégies seront établies ces prochains mois. Cela a déjà été le cas sur la place de l'islam en Suisse, une thématique que se disputent les socialistes et les démocrates-chrétiens.

Cette année de transition pourrait également voir plusieurs départs du Conseil fédéral, notamment la PDC Doris Leuthard.

Thibaut Schaller/hend

Publié le 02 janvier 2018 - Modifié le 03 janvier 2018