Modifié le 26 avril 2017 à 14:53

La surenchère de Marine Le Pen sur la protection des paysans suisses

Marine Le Pen lors du deuxième débat télévisé avant l'élection présidentielle française.
Marine Le Pen lors du deuxième débat télévisé avant l'élection présidentielle française. [EPA/LIONEL BONAVENTURE - Keystone]
Pour défendre son "protectionnisme intelligent", Marine Le Pen a maladroitement cité les droits de douane agricoles en Suisse, que ce soit lors du débat télévisé du 4 avril ou lors de son intervention sur TF1 mardi soir.

"La Suisse a des droits de douane agricoles de près 55%", a déclaré la leader du Front national Marine Le Pen lors du deuxième débat en vue de la présidentielle française le 4 avril. Une phrase qu'elle a répétée mardi soir lors d'une interview sur TF1.

>> Voir à 1'10:

Les candidats à l'élection présidentielle française débattent de la sortie ou non de la France de l'Europe
L'actu en vidéo - Publié le 04 avril 2017

"Marine Le Pen ne s'est pas bien informée et donne une impression complètement fausse" du système helvétique, a expliqué à la RTS Reto Strebel, de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG). En Suisse, il n'existe pas de taux fixe de droits de douane agricoles et donner un pourcentage comme l'a fait la candidate du Front national n'est pas pertinent.

Les taxes à l'importation, qui varient énormément d'une marchandise à l'autre, sont établies pour chaque produit agricole par l'OFAG. Elles sont perçues sur le poids de la marchandise, et pas sa valeur comme le font d'autres pays.

De plus, selon nos calculs (voir ci-dessous), le taux moyen pour l'ensemble des importations de produits agricoles a atteint 5,1% l'an passé, un chiffre dix fois inférieur à celui invoqué par Marine Le Pen.

Comment fonctionnent les droits de douane agricoles

L'Office fédéral de l'agriculture fixe la taxe d'importation de chaque produit en fonction du marché afin de protéger les producteurs locaux. Si les agriculteurs ont suffisamment de marchandises pour couvrir la demande, l'importation du produit sera fixée "hors contingents", à un prix très élevé. En revanche, quand la production est insuffisante, l'OFAG instaure des contingents, à un prix très bas.

En ce moment, les carottes, les épinards, le rampon et les pommes sont par exemple protégés. A l'inverse, des contingents ont été fixés pour les tomates, les brocolis, les abricots et les fraises. A tout moment, l'OFAG peut les supprimer.

Afin de maîtriser le marché, les taxes hors contingents sont volontairement prohibitives. Actuellement, il faut débourser 153 francs pour importer 100 kg de pommes. Pour du rampon, le montant grimpe à 1756 francs afin de faire venir la même quantité.

>> Lire aussi: "Les chiffres mentent", l'argument répété de Marine Le Pen

Valentin Tombez, avec Jennifer Covo

Publié le 05 avril 2017 à 18:40 - Modifié le 26 avril 2017 à 14:53

700 millions de francs en droits de douane agricoles

En 2016, la Suisse a importé pour 13'700 millions de francs de produits agricoles, selon les données de l'Administration fédérale des douanes.

Ces importations ont rapporté quelque 700 millions de francs en droits de douane. Les taxes douanières sur les produits agricoles ont donc atteint en moyenne 5,1% de la valeur des importations.