Modifié le 15 août 2016 à 09:46

Douaniers suisses et HCR partenaires pour mieux informer les migrants

Le corps des gardes-frontière suisses.
HCR et gardes-frontières partenaires pour mieux informer les migrants Le Journal du matin / 3 min. / le 15 août 2016
L'administration fédérale des douanes et le HCR ont commencé à travailler ensemble en mai dernier afin d'améliorer l'information des migrants sur leurs droits et leur situation, a appris la RTS lundi.

Améliorer l'accès à l'information des migrants qui arrivent aux frontières suisses: c'est l'objectif d'un partenariat entre les gardes-frontière et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), selon une information de la RTS confirmée par l’administration fédérale des douanes.

Le contexte de cette collaboration entre le HCR et les gardes-frontière est aujourd'hui exacerbé par la situation à la frontière italo-suisse de Chiasso où, depuis le début de l'été, les gardes-frontière suisses renvoient des centaines de migrants.

Erreurs pas exclues

L'agence onusienne suit de près cette situation. "Nous avons parlé avec des gens (migrants) à Côme, dont la plupart nous ont dit qu'ils voulaient traverser la Suisse pour se rendre en Allemagne ou en Suède", explique Anja Klug, cheffe du bureau suisse du HCR. Certaines personnes, pourtant, ont déclaré vouloir demander asile en Suisse, ce qui ne leur a pas été permis. "Parmi ces personnes se trouvaient plusieurs mineurs non accompagnés", précise la responsable.

Le HCR n'ayant pas pu vérifier ces témoignages, il n'est pas question d'accabler les douaniers suisses. Selon Anja Klug, ils font "du bon travail" mais des erreurs ne sont pas exclues, d'où l'importance de la collaboration avec les gardes-frontière suisses pour améliorer certaines de leurs pratiques.

Procédures spéciales

"Nous réfléchissons au moyen de présenter au mieux les informations à l’attention des migrants", explique la responsable. Une attention particulière sera accordée aux personnes vulnérables, comme les mineurs non accompagnés, précise Anja Klug. "Pour eux, il est encore plus difficile de se faire entendre."

Une procédure spéciale pourrait être suivie par les douaniers à l’arrivée de personnes vulnérables - mineurs, migrants âgés ou blessés -, avec notamment un questionnement et une écoute différents.

>> Ecouter aussi le reportage de RTSinfo à Milan, ville qui connaît un afflux de réfugiés sans précédent:

Marc Menichini/kkub

Publié le 15 août 2016 à 09:21 - Modifié le 15 août 2016 à 09:46

Seulement 34 migrants relocalisés en Suisse depuis la Grèce ou l'Italie

A ce jour, sur les 160'000 migrants que l'Europe s'est engagée à relocaliser depuis la Grèce ou l'Italie, seuls 3900 ont trouvé l'asile dans un pays européen, dont 34 en Suisse.