Modifié

Plus de 4000 cas de renvois enregistrés à la frontière suisse en juillet

Un garde-frontière interpelle un jeune réfugié à la gare de Chiasso (TI) le 12 juillet dernier. [Francesca Agosta - Ti-Press/Keystone]
Un garde-frontière interpelle un jeune réfugié à la gare de Chiasso (TI) le 12 juillet dernier. [Francesca Agosta - Ti-Press/Keystone]
Depuis le début de l'année 2016, la Suisse a connu 22'181 cas d'entrées illégales, selon des chiffres officiels arrêtés à la fin juillet et publiés mercredi. Au total, 4149 cas de renvois ont été comptabilisés en juillet.

La plupart des personnes (18'774) ont été épinglées dans des trains; seule une petite part sur la route (2893) et encore moins ont fait le trajet en avion (496). Dix-huit ont cherché à venir en Suisse par bateau.

Depuis le début de l'année, les gardes-frontière ont enregistré 8298 cas de renvois aux frontières du pays, contre 3526 durant la même période de l'année précédente. A noter qu'un réfugié peut être refoulé plusieurs fois et peut, ainsi représenter plusieurs cas de refoulement.

Le Tessin particulièrement touché

La situation est particulièrement tendue au Tessin: en juillet, 3560 cas de renvois vers l'Italie depuis ce canton ont été dénombré.

Le nombre de renvois a nettement augmenté depuis mai: lorsque le temps se fait plus clément sur la Méditerranée, davantage de personnes risquent la traversée vers l'Europe depuis l'Afrique du nord.

La plupart de ces migrants proviennent d'Erythrée, devant la Gambie, l'Afghanistan, le Nigeria et la Somalie.

ats/hend

Publié Modifié

Baisse drastique des demandes d'asile d'Erythréens

Les nouvelles demandes d'asile déposées en Suisse au mois de juillet ont nettement diminué par rapport au même mois de 2015. Elles ont reculé de 36,4%. C'est essentiellement lié à une baisse sensible des demandes d'asile de migrants érythréens.

Le mois dernier, le nombre de demandes d'asile d'Erythréens a reculé de 1392 par rapport à la même période en 2015, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Plusieurs raisons expliquent cette évolution.

La première est que le nombre d'Erythréens qui ont atteint le sud de l'Italie par la Méditerranée centrale au cours des sept premiers mois de l'année a diminué de moitié par rapport à 2015.

En outre, cette année environ un tiers des migrants en provenance d'Erythrée ont déposé une demande d'asile en Italie, soit une proportion nettement supérieure à celle de 2015. Enfin, l'Allemagne enregistre elle aussi un nombre croissant de demandeurs d'asile érythréens.