Modifié le 23 novembre 2015 à 09:59

Le visage définitif du nouveau Parlement fédéral est connu

Le visage définitif du nouveau Parlement fédéral.
Le visage définitif du nouveau Parlement fédéral est connu Forum / 7 min. / le 22 novembre 2015
Les élections de deux PLR aux Etats en Argovie et à Zurich ont conclu dimanche les élections fédérales. Avec un Conseil des Etats moins marqué à droite que le National, les risques de paralysie institutionnelle sont réels.

En remportant les deux derniers sièges en jeu au Conseil des Etats dimanche, le Parti libéral-radical devient le plus représenté de la Chambre, ex-aequo avec le PDC. Chacun dispose de 13 sénateurs. Avec un fauteuil gagné, le PS suit de près (12 sièges).

>> Lire: Le PLR zurichois Ruedi Noser gagne largement la course aux Etats et Le président du PLR Philipp Müller élu au Conseil des Etats en Argovie

Une fois de plus, l'UDC est la grande perdante de ce scrutin au système majoritaire. A l'image de l'échec de Hansjörg Knecht (UDC), qui était pourtant donné favori en Argovie, l'UDC n'a pas réussi à gagner de mandat au Conseil des Etats, où elle stagne à cinq élus.

>> L'analyse de Pierre-Olivier Volet:

Élections au Conseil des États: le point avec Pierre-Olivier Volet depuis Berne
19h30 - Publié le 22 novembre 2015

Deux Chambres en conflit?

La raison est simple et la même qu'en 2011. Autant la clarté du message qui conduit à la polarisation est un atout dans une élection à la proportionnelle, comme au National, autant cette stratégie est un handicap aux Etats où le mode de scrutin majoritaire nécessite d'arrondir les angles, selon le politologue de l'Université de Lausanne Georg Lutz.

Au National, le virage à droite est très clair: l'UDC a gagné 11 sièges et le PLR 3, tandis que la gauche en a perdu 6 (3 PS, 3 Verts).

"Cette inégalité des forces entre les deux Chambres risque de renforcer les conflits entre elles", analyse Georg Lutz. Alors que l'UDC devrait donner le ton au National, elle ne jouera qu'un rôle marginal aux Etats.

Le référendum comme arme

La session d'hiver, qui s'ouvre le 30 novembre, devrait donner un premier aperçu, notamment lors du débat sur le budget. PLR et UDC devraient en l'occurrence avoir gain de cause grâce au règlement qui prévoit qu'en cas de désaccord au terme des navettes, c'est la proposition la plus basse, donc la plus économe qui est retenue. Les velléités de coupes de la droite devraient donc passer, prévoit Georg Lutz.

La droite ne pourra cependant pas ainsi passer en force à tous les coups. Cela d'autant plus que la population ne paraît pas aussi libérale économiquement que le Parlement. Si ce dernier va trop loin, par exemple dans la prévoyance professionnelle 2020, les citoyens diront halte via le référendum et les urnes, ajoute le politologue.

>> Lire aussi: Crainte d'une paralysie du système politique au lendemain des fédérales

Selon lui, le Conseil des Etats verra son statut de "Chambre de réflexion mesurée" se renforcer, avec trois partis quasi de la même force. La seule lecture de la répartition des sièges l'explique, puisque seul le PLR a réussi une progression de plus d'un siège (2).

ats/asch

Publié le 22 novembre 2015 à 17:04 - Modifié le 23 novembre 2015 à 09:59