Modifié

L'OFSP reconnaît les bienfaits du cannabis pour certaines maladies

L'étude confirme que la consommation de cannabis atténue certains symptômes. [Ted S. Warren - AP Photo/Keystone]
L'étude confirme que la consommation de cannabis atténue certains symptômes. [Ted S. Warren - AP Photo/Keystone]
L'utilisation thérapeutique du cannabis est désormais reconnue en Suisse dans des cas très précis. L'OFSP parle d'un potentiel "prometteur dans l'ensemble", sur la base d'une étude.

Malgré l'interdiction de la consommation de cannabis en Suisse, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a la possibilité d'accorder des autorisations exceptionnelles pour des utilisations médicales limitées.

Il a donc voulu savoir si son utilisation thérapeutique pouvait se révéler intéressante dans certaines situations. Pour cela, il a commandé une étude systématique des effets (positifs et négatifs) de cette substance lorsqu'elle est utilisée à des fins thérapeutiques.

>> A consulter également, le long format de Swissinfo intitulé "Le cannabis, ou la renaissance d'un médicament interdit".

Effets positifs désormais reconnus

"Les résultats de cette étude montrent que le cannabis renferme un potentiel thérapeutique prometteur dans l'ensemble", souligne l'OFSP. L'office précise que cette substance "déploie des effets positifs, en particulier dans la lutte contre les douleurs chroniques ou liées à un cancer et les spasmes causés par la sclérose en plaque". L'autorité sanitaire indique que ce constat sera désormais pris en compte lors de l'octroi d'autorisations exceptionnelles.

oang

Publié Modifié

Symptômes atténués pour certaines indications

L'étude a porté sur 79 essais cliniques effectués avec plus de 6000 sujets.

Elle montre que le cannabis atténue certains symptômes lors de neuropathie chronique, cancer, sclérose en plaque, nausée causée par la chimiothérapie, perte de poids chez les sidéens, troubles du sommeil et syndrome de Gilles de la Tourette.

Mais les statistiques ne confirment pas toutes les indications étudiées. Elles montrent par exemple moins d'effet sur les symptômes d'anxiété.