Modifié

Les ponts et les tunnels suisses ne sont plus piégés à l'aide d'explosifs

Le "Mittlere Brücke" (pont du milieu) de Bâle avait été déminé en 2009. [Patrick Straub - Keystone]
Le "Mittlere Brücke" (pont du milieu) de Bâle avait été déminé en 2009. [Patrick Straub - Keystone]
L'armée suisse tourne une page de sa stratégie de défense. Elle a achevé fin 2014 de désarmer les nombreux ponts, tunnels, routes et autres pistes d'aviation munis d'explosifs.

Les ponts et autres ouvrages de génie civil minés par les miliaires en Suisse ont été désamorcés par l'armée, qui a terminé cette tâche fin 2014.

Ce minage devait permettre de détruire les voies de communication en cas d'invasion étrangère. Mais ce dispositif était devenu obsolète, explique l'armée sur son site internet.

Le dispositif a compris jusqu'à 2000 structures piégées, dont le tunnel du Gothard, rapporte Le Temps, qui a diffusé l'information.

Une tactique ancienne

L'armée souligne que la tactique de défense de "renforcements du terrain" et les ouvrages minés avaient été multipliés dès 1939.

Durant la Guerre froide, une stratégie a été développée pour faire face à une éventuelle invasion des Etats communistes du Pacte de Varsovie. Ce "dispositif des explosifs permanents 75" date de la fin des années 1970.

ats/mre

Publié Modifié

Economies budgétaires

Les menaces actuelles ne nécessitent plus des explosifs fixes et permanents. On obtient aujourd'hui un "effet comparable avec des moyens mobiles", explique l'armée.

En outre, ce démantèlement, débuté en 1991, découle des économies budgétaires. Pour justifier la durée "relativement longue" des travaux, la défense nationale invoque le nombre restreint de spécialistes à disposition.