Modifié le 05 décembre 2014 à 20:23

Des mesures pour améliorer la situation des proches aidants en Suisse

Les proches s'occupent de personnes âgées, dont le nombre augmentera fortement au cours de prochaines années, mais aussi parfois d'enfants.
Les proches s'occupent de personnes âgées, dont le nombre augmentera fortement au cours de prochaines années, mais aussi parfois d'enfants. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
En Suisse, plus de 300'000 personnes en âge de travailler portent régulièrement assistance à des proches. Le Conseil fédéral entend améliorer leur situation, notamment au moyen d'offres de décharge.

Les proches qui s'occupent de personnes malades ou en fin de vie risquent eux-mêmes l'épuisement ou des problèmes de santé. Pour les soutenir, le Conseil fédéral a approuvé vendredi un plan d'action, dans l'optique d'élaborer des bases légales durant les deux prochaines années.

L'aide des proches s'avère d'autant plus cruciale que le système de santé ne dispose pas des ressources humaines et financières pour la prise en charge complète et professionnelle de ces personnes, relève le gouvernement.

Un congé pour tâches d'assistance?

Le plan prévoit des informations de meilleure qualité et des offres de décharge, telles que le service de bénévoles ou des lits en maisons de retraite et en EMS.

Les mesures pour mieux concilier travail et soins aux proches constituent aussi un volet important. Le gouvernement entend améliorer la sécurité juridique en cas de courte absence au travail, avec notamment un congé pour tâches d'assistance. Une sensibilisation aux entreprises est envisagée.

ats/asch

Publié le 05 décembre 2014 à 16:20 - Modifié le 05 décembre 2014 à 20:23

700'000 personnes tributaires de l'aide

En Suisse, quelque 330'000 personnes en âge de travailler apportent régulièrement soins et assistance à des proches. Environ 700'000 personnes en sont ainsi tributaires. Et les besoins vont encore augmenter en raison de l'évolution démographique, relève le gouvernement.

Les proches ne s'occupent pas seulement de personnes âgées, dont le nombre augmentera fortement au cours de prochaines années, mais aussi parfois d'enfants. Un millier d'enfants tombent en effet gravement malades chaque année.