Modifié

Des scientifiques appellent Alain Berset à ajuster le système de santé à la crise climatique

Alain Berset lors de la conférence de presse du 24 septembre 2021.  [Anthony Anex - Keystone]
Des scientifiques appellent Alain Berset à considérer l'impact de la crise climatique sur la santé / Le Journal horaire / 32 sec. / le 1 novembre 2021
Des professeurs de santé publique ont adressé une lettre ouverte à Alain Berset à l'occasion de l'ouverture lundi de la COP26, à Glasgow. Ils et elles demandent que la Suisse adapte son système de santé aux défis du changement climatique.

La lettre signée par plus de 1000 personnes rappelle que "le dérèglement climatique représente la plus grande menace pour la santé dans le monde au 21e siècle". Une délégation s'est réunie sur la Place fédérale à Berne lundi pour présenter la missive.

Les spécialistes de santé publique, présidents de sociétés médicales et professionnels de la santé demandent que la Suisse mette tout en oeuvre pour respecter les engagements visés par la COP26. Il s'agit notamment d'élaborer un plan national pour mettre en place un système de santé adapté aux maladies dues au changement climatique.

Berne devrait publier une feuille de route garantissant un système de santé à faible émission. Le domaine de la santé représente 6,7% du total des émissions de carbone en Suisse. Pour les signataires, principalement romands, la Confédération a tardé à agir face à l'ampleur du défi.

"En allant vers une médecine plus communautaire et en n'utilisant les hôpitaux qu'en cas de dernier recours, on pourrait économiser 50% d'émissions du système de santé", a estimé dans Forum Valérie D'Acremont, médecin infectiologue et cheffe du secteur Santé numérique et globale à Unisanté. La spécialiste suggère également de "relocaliser le matériel qu'on utilise pour qu'il soit produit en Suisse".

Un impact déjà perceptible

"Nous sommes déjà confrontés chaque jour à l’impact sur les patients et communautés de la détérioration de l'environnement et du climat", écrivent les auteurs de la lettre, énumérant la hausse des cas de maladies respiratoires et cardio-vasculaires liées à l'air pollué ou les décès dus aux vagues de chaleur.

Pour Valérie D'Acremont, il est nécessaire de "réorganiser les soins" afin d'avoir le temps d'écouter et examiner correctement les patients et de diminuer les coûts de la santé. "Il y a vraiment un surdiagnostic et un surtraitement qui n'est bon pour personne. On doit aller vers la prévention plutôt que le curatif", a-t-elle ajouté.

La lettre appelle le ministre de la Santé à déclarer publiquement l'urgence nationale sanitaire, climatique et environnementale. Elle lui demande aussi de mener une action de décarbonisation en coordination avec les autres départements. Des assemblées citoyennes devraient être réunies pour décider des mesures à prendre.

Outre Valérie D'Acremont, parmi les signataires figurent notamment Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à l'Université de Genève et Nino Künzli, épidémiologiste de l'Institut tropical et de santé publique suisse à Bâle.

>> L'interview dans Forum de Valérie D'Acremont, signataire de la lettre:

Adapter le système de santé suisse aux défis du climat: interview de Valérie D'Acremont [RTS]
Adapter le système de santé suisse aux défis du climat: interview de Valérie D'Acremont / Forum / 4 min. / le 1 novembre 2021

ats/iar

Publié Modifié