Le suivi de la situation en Suisse le 9 novembre. [Keystone]
Publié Modifié

L'usage de tests rapides pour le Covid-19 a débuté lundi à Lausanne

- L'usage de tests antigéniques rapides pour le Covid-19, qui donnent un résultat en 15 minutes, a débuté à Unisanté, près du CHUV à Lausanne. Ce type de test pourra être réalisé dès mardi dans les pharmacies autorisées à Fribourg, et dès mercredi à Genève.

- Dans les hôpitaux régionaux, la deuxième vague de Covid-19 inquiète. A Yverdon, les Etablissements hospitaliers du Nord vaudois accueillent 80 patients Covid et il en arrive tous les jours 6 à 7 de plus. Le pic des hospitalisations du printemps a déjà été dépassé. Les hôpitaux ont pu augmenter le nombre de lits, mais c'est le personnel qui manque.

- La Suisse compte lundi 17'309 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. Un total de 169 décès supplémentaires sont à déplorer et 536 malades ont été hospitalisés.

- La dernière enveloppe proposée par le Conseil fédéral pour aider les entreprises en difficulté n'est pas suffisante. Plusieurs conseillers d'Etat en charge de l'Economie s'en inquiètent et une discussion entre les cantons de Suisse occidentale (BE, FR, VD, VS, NE, GE, JU) est prévue lundi.

- La semaine dernière, l'Office fédéral de la santé publique annonçait que les places viendraient à manquer aux soins intensifs d'ici cinq jours. Cinq jours plus tard, ces services sont bel et bien débordés, et 34 patients ont déjà été transférés d'un canton à un autre comme l'a appris la RTS dimanche.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h25

Les Swissôtel de Bâle et Zurich en faillite

Les Swissôtel de Bâle et Zurich, exploités par Accor, se sont déclarés en cessation de paiement face à la chute de fréquentation touristique provoquée par la pandémie de coronavirus, a annoncé lundi le groupe hôtelier français dans un bref communiqué.

Accor se trouve en discussion avec le propriétaire des immeubles qui abritent les deux hôtels, afin de trouver un nouveau gérant pour poursuivre l'activité hôtelière et "renforcer la marque Swissôtel en Suisse".

Le groupe hexagonal a précisé que l'établissement qui doit ouvrir ses portes l'année prochaine à Berne n'était pas concerné par ces mesures, de même que les autres marques (Ibis, Novotel) que le groupe exploite en Suisse.

20h45

Les pharmacies doivent s'organiser face à l'arrivée des tests rapides

Le canton de Vaud est le premier à introduire lundi les nouveaux tests antigéniques rapides. Mais ceux-ci représentent désormais un défi logistique pour les cantons et, surtout, pour les pharmacies.

A Fribourg, par exemple, les médecins traitants et pharmacies seront en première ligne. Mais pour l’instant seules quatre pharmacies sont homologuées, et tout n’est pas encore prêt. Avant de pratiquer ces tests, il faut notamment former le personnel et surtout réorganiser les locaux.

Tous les cantons ont ces tests à disposition, et ils auront chacun leur stratégie et organisation pour les distribuer. Avec un même but: prendre de vitesse le virus et inverser la courbe des hospitalisations. Pour cela, ils auront maintenant dans leur attirail ces tests nettement moins chers que leur homologues PCR.

>> Le sujet du 19h30:

Vaud est le premier canton à pratiquer les tests rapides pour le covid-19. Le diagnostic s'obtient en 15 minutes [RTS]
Vaud est le premier canton à pratiquer les tests rapides pour le covid-19. Le diagnostic s'obtient en 15 minutes / 19h30 / 2 min. / le 9 novembre 2020

19h00

Un vaccin "efficace à 90%" en ultime phase de test

Le candidat-vaccin développé par Pfizer et BioNTech est "efficace" à 90% pour prévenir les infections au Covid-19, ont annoncé conjointement les deux sociétés lundi. La première parle d'un "pas en avant significatif" pour le monde face à la pandémie.

Il s'agit des résultats préliminaires de l'essai à grande échelle de phase 3 en cours, dernière étape avant homologation. Le "taux d'efficacité vaccinale de plus de 90%" a été mesuré en comparant le nombre de participants infectés après avoir reçu un vaccin, par rapport à un groupe ayant reçu un placebo, expliquent-ils.

Les deux entreprises affirment n'avoir constaté jusqu'à présent aucun problème sérieux en termes d'effets indésirables. Elles comptent demander des autorisations dès novembre, et, sur la base de projections, prévoient de fournir jusqu'à 50 millions de doses dans le monde en 2020 et jusqu'à 1,3 milliard de doses en 2021.

>> Plus de détails: Le vaccin de Pfizer et BioNTech contre le Covid-19 serait efficace à 90%

C'est la première fois qu'on obtient un tel résultat pour un possible vaccin de ce type. Les spécialistes parlent d'ailleurs d'un signal encourageant et prometteur. Mais il s'agit de résultats préliminaires, et de tests effectués sur un nombre restreint de patients. Et surtout, ces résultats n'ont fait l'objet d'aucune publication à l'heure actuelle. Les essais se poursuivent.

>> L'éclairage de Forum:

Y a-t-il eu une vraie percée dans la course au vaccin contre le coronavirus? [RTS]
Y a-t-il eu une vraie percée dans la course au vaccin contre le coronavirus? / Forum (vidéo) / 2 min. / le 9 novembre 2020

Interrogée dans le 19h30, Claire-Anne Siegrist, cheffe du centre de vaccinologie des HUG, tempère également. "Ces résultats ont été mesurés très tôt, seulement une semaine après la 2ème dose, soit au moment où le système immunitaire est au maximum. De plus, ça a été mesuré sur des gens jeunes et en bonne santé. Donc il ne faut pas s'emballer et se dire que ce taux de 90% sera le même pour tout le monde", explique-t-elle.

Cependant, "c'est une lueur d'espoir, et ça fait du bien", souligne-t-elle, tout en rappelant qu'il n'y aura de toute façon pas de vaccination en Suisse avant 2021.

>> L'interview de Claire-Anne Siegrist dans le 19h30:

Claire-Anne Siegrist "Ce vaccin est une lueur d'espoir dans une période sombre. Ce sont des données préliminaires" [RTS]
Claire-Anne Siegrist "Ce vaccin est une lueur d'espoir dans une période sombre. Ce sont des données préliminaires" / 19h30 / 3 min. / le 9 novembre 2020

18h45

"Pas encore de retournement de tendance", affirme Alain Berset depuis le Jura

"La situation n'est pas propice à la détente et reste sérieuse", a estimé lundi le conseiller fédéral Alain Berset en évoquant la forte tension du Covid-19 sur les hôpitaux et les EMS. Le ministre s'exprimait à l'issue d'une visite dans le canton du Jura.

Mais le conseiller fédéral a aussi eu des propos plus encourageants en relevant que la situation ne se détériorait plus aussi rapidement comme en témoignent les derniers chiffres. "Il est toutefois trop tôt pour parler d'un retournement de tendance", a-t-il ajouté. "Il faut surtout ne pas se relâcher maintenant", a martelé Alain Berset.

Pression sur le personnel hospitalier

Lors d'une conférence de presse en compagnie du ministre jurassien de l'économie et de la santé Jacques Gerber, le conseiller fédéral a relevé que la collaboration entre les cantons fonctionnait et "que cela était une bonne chose". Certains cantons arrivent en effet à la limite de leurs capacités en soins intensifs et doivent transférer des patients dans d'autres cantons.

Pour le conseiller fédéral, le problème aujourd'hui n'est plus le matériel comme lors de la première vague mais le personnel hospitalier qui travaille sous une très forte pression. Alain Berset a pu s'en rendre compte en visitant l'Hôpital du Jura (H-JU) et en rencontrant des responsables de la santé du canton du Jura.

>> Lire: "Pas encore de retournement de tendance", affirme Alain Berset depuis le Jura

18h30

La répartition des aides économiques ne contentent pas les cantons

La Confédération doit faire bien plus pour aider les entreprises, estiment les cantons romands. Les 200 millions de francs d'argent fédéral prévus pour les entreprises ayant perdu plus de 40% de leur chiffre d'affaires sont totalement insuffisants, selon plusieurs directeurs cantonaux de l'Economie qui se sont réunis lundi.

Ueli Maurer lui-même laissait entendre la semaine dernière que cela ne serait pas satisfaisant. C'est lui, pourtant, qui a proposé ce système pour les "cas de rigueur", couvert à hauteur de 200 millions par la Confédération et 200 millions pour les cantons.

"Il faut au moins un milliard", estimait lundi matin sur SRF le président de la conférence des directeurs cantonaux de l'Economie, le Bâlois Christoph Brutschin. Il demande que la Confédération mette 80% de la somme.

Côté romand, on va encore plus loin. Les directeurs de l'Economie de Suisse occidentale refusent la totalité de l'ordonnance proposée par le Conseil fédéral tant il y a de choses à revoir. Montants, critères, clé de répartition: tout le système est à côté de la plaque, estiment-ils.

La plupart des gouvernements cantonaux se réuniront mardi ou mercredi pour répondre officiellement à la consultation du Conseil fédéral. Sans trop de surprise, la majorité des cantons devraient s'accorder à demander plus d'argent fédéral, ou encore de réétudier la clé de répartition proposée, selon le nombre d'habitants et le PIB du canton.

>> Les explications dans Forum, avec l'interview de Christophe Darbellay, conseiller d'Etat valaisan (PDC):

Cantons et confédération se disputent la facture du Covid: interview de Christophe Darbellay [RTS]
Cantons et confédération se disputent la facture du Covid: interview de Christophe Darbellay / Forum (vidéo) / 6 min. / le 9 novembre 2020

18h00

Un cloître de capucins durement touché à Schwyz

Le coronavirus touche de plein fouet le cloître des capucins à Schwyz. La moitié des 16 hommes d'Eglise qui y demeurent ont été testés positifs et deux des malades sont morts.

L'information publiée sur le site web "kath.ch" a été confirmée par le gardien des lieux, Gebhard Kurmann, également testé positif. Âgé de 78 ans, il se déclare toutefois à nouveau en bonne santé.

Les deux défunts présentaient des conditions préexistantes. Mais il n'est pas possible d'affirmer avec certitude quelle a été la cause exacte de leur mort, déclare Gebhard Kurmann.

Les capucins et le personnel portent des masques dans les couloirs.Les offices religieux se tiendront uniquement en interne jusqu'au 22 novembre. Passé ce délai, le programme habituel reprendra dans l'église du couvent.

17h50

Mobilisation complète du réseau de soin à Genève

A Genève, la totalité du réseau de soins est mobilisée pour faire face à l'afflux de malades Covid-19, afin d'assurer les soins dont la population a besoin. Le département de la Santé a sollicité l'engagement de toutes les compétences disponibles. Ainsi, HUG, cliniques privées, médecins de ville et soins à domicile sont sur le pont, une mobilisation "indispensable", selon le directeur des HUG Bertrand Levrat.

Au total, 631 patients Covid-19 sont hospitalisés dans le canton, soit 23 de plus que dimanche. Il faut donc augmenter les capacités d'accueil hospitalières. Cette mobilisation permettra aux HUG l'ouverture de 250 lits supplémentaires.

7500 candidatures

Côté cliniques privées, plus d'une centaine de lits devraient ainsi être disponibles dans les jours qui viennent entre l'Hôpital de La Tour, la Clinique des Grangettes et la Clinique Générale-Beaulieu. Et toutes les interventions chirurgicales ne pouvant pas être repoussées sont effectuées dans le cadre de la coopération public-privé.

Fin octobre, les HUG avaient lancé un appel pour trouver du personnel volontaire en renfort. Ils ont reçu plus de 7500 candidatures, dont un tiers de professionnels de la santé. A ce jour, 227 personnes ont été engagées, dont 119 soignants et 24 retraités. Et, dès mardi, l'armée sera engagée via un renfort permanent de 20 hommes

16h50

Sans abri, le Grand Conseil vaudois reporte sa séance

En raison de l’évolution rapide de la situation sanitaire dans le canton, le Grand Conseil vaudois a annulé sa séance de mardi au profit de séances de groupes politiques, initialement prévues le 17 novembre. Il est à la recherche d’une solution pour siéger "hors murs" jusqu'à Noël.

La situation sanitaire n'est pas la même qu'en mai-juin, et certains impératifs sanitaires et logistiques font que ce ne sera pas possible pour le Grand Conseil de siéger à la salle de la Marive à Yverdon-les-Bains, a indiqué sa présidente Sonya Butera.

Le Bureau décidera cette semaine quelle salle il retiendra afin de siéger, parmi trois à quatre options possibles. Il s'agira d'un lieu où le port du masque et le respect des distances pourront être respectés, a précisé Sonya Butera.

La pandémie bouscule le fonctionnement des institutions. Le sujet du 19h30:

La pandémie bouscule le fonctionnement des institutions. Exemples avec les grands conseils vaudois et valaisan [RTS]
La pandémie bouscule le fonctionnement des institutions. Exemples avec les grands conseils vaudois et valaisan / 19h30 / 2 min. / le 9 novembre 2020

16h45

Les tests antigéniques rapides mis en circulation au CHUV

L'usage de tests antigéniques rapides pour le Covid-19, qui donnent un résultat en 15 minutes, a débuté à Unisanté, près du CHUV à Lausanne. "Nous venons de commencer à les introduire. Pour l'instant cela se passe très bien", a déclaré lundi l'infectiologue en charge Valérie d'Acremont.

La procédure est pratiquement la même que pour un test PCR. Un frottis est réalisé au fond du nez, puis une gouttelette est déposée sur le test. "La seule différence, pour la personne testée, c'est qu'elle reçoit le résultat après 15 minutes au lieu d'attendre plusieurs jours. Tout le reste se passe de la même manière", a ajouté l'infectiologue. L'avantage ? "On peut motiver les gens à s'isoler tout de suite et à stopper les chaînes de transmission beaucoup plus rapidement", dit-elle.

A Fribourg, ce type de test pourra être réalisé dès mardi dans les pharmacies autorisées. Le test antigénique sera également disponible auprès d’une grande partie des médecins de premier recours. Genève a pour sa part annoncé que ces tests rapides seront déployés à large échelle dès mercredi. La Protection civile (PC) a été appelée en renfort pour effectuer ces dépistages.

16h20

Unia dénonce un manque de rigueur sanitaire sur les chantiers

Le syndicat Unia dénonce lundi un manque de protection et de respect des mesures liées au coronavirus sur les chantiers, estimant que la sensibilité et les mesures spécifiques avaient été meilleures lors de la première vague. En retour, la Suva et les entreprises de construction disent ne pas comprendre les critiques du syndicat.

La façon de travailler n'a pas été adaptée au respect des distances, le masque est peu utilisé et "une bonne partie des installations sanitaires laisse à désirer", souligne Unia. En outre, le matériel de protection fait défaut, en particulier pour les employés temporaires.

Unia estime également que davantage de tests de dépistage du Covid-19 doivent être réalisés, alors même que certains ouvriers viennent au travail tout en présentant des symptômes, car les entreprises de la construction menacent parfois de ne pas continuer à verser leur salaire pendant la quarantaine. Au rang des points positifs, il note que la situation semble meilleure" dans les locaux de pause.

"Lacunes mineures et isolées"

Le syndicat dénonce enfin un manque de contrôles. Il n'en a relevé qu'un seul sur un chantier au cours du mois dernier, et appelle les cantons et la Suva à davantage "d'efficacité".

De son côté, la Suva indique qu'elle a effectué des inspections dans plus de 10'000 des 70'000 entreprises dont elle est responsable depuis le mois de mars. Des lacunes mineures, qualifiés de "manquements isolés", ont été observées, et les responsables de l'entreprise ont été sensibilisés. Dans une soixantaine de cas, la Suva a dû suspendre temporairement les activités de l'entreprise en raison de "défauts flagrants", a déclaré son porte-parole Adrian Vonlanthen, qui estime que "de notre point de vue, les choses vont bien".

Enfin, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) et l'Association suisse des entrepreneurs plâtriers-peintres (ASEPP) ne comprennent pas les critiques d'Unia, ont indiqué leurs portes-parole. Selon eux, les entreprises de la construction ont prouvé qu'elles assument leurs responsabilités, ce qui a été confirmé par les organes de contrôle. Jusqu'ici, elles ont réussi à empêcher la propagation du virus sur les chantiers.

15h40

L'industrie du cinéma ne tourne plus

En Valais, premier canton à avoir tiré la prise de la culture à l'arrivée de la 2e vague épidémique, les cinémas sont fermés depuis 2 semaines et jusqu'au 30 novembre. Sans public, pas de billetterie, et les aides tardent à arriver. En attendant, certaines salles puisent dans leurs réserves.

Mais avec les cinémas, c'est toute une industrie qui est à l'arrêt. L'argent dans les caisses qui servent à financer des projets, essentiellement issu de subvention, est incertain. Les cinéastes tournent peu, et sont à l'heure actuelle en pleine inconnue sur les futures possibilités de diffuser leurs productions.

>> Le reportage à Sion du 12h45:

Avec le Covid-19, c'est toute la filière de l'audiovisuel qui est paralysée. [RTS]
Avec le Covid-19, c'est toute la filière de l'audiovisuel qui est paralysée. / 12h45 / 2 min. / le 9 novembre 2020

14h55

Appel aux volontaires pour l'accueil extrascolaire neuchâtelois

La pandémie entraîne une pénurie de personnel dans les structures d’accueil pré- et parascolaire à Neuchâtel. Le canton lance un appel aux personnes formées dans le domaine, pour éviter de devoir fermer certaines structures.

"L’aggravation de la pandémie de Covid-19 dans le canton de Neuchâtel met une pression importante sur le personnel des structures d’accueil extrafamilial. En particulier, les absences croissantes du personnel éducatif malade ou mis en quarantaine ont des répercussions importantes sur les collaborateurs encore en place", a indiqué l'Etat de Neuchâtel.

Le risque est "de devoir procéder à la fermeture des structures d’accueil extrafamilial par insuffisance de personnel", a ajouté le canton. Afin d’éviter ce scénario, un appel aux volontaires est lancé.

14h45

La bourse boostée par l'annonce d'un potentiel vaccin

Les Bourses suisse et mondiales étaient propulsée en hausse lundi après-midi par de nouveaux espoirs concernant un vaccin contre le Covid-19, après l'annonce en grande pompe des laboratoires américain Pfizer et allemand Biontech. Les deux laboratoires ont annoncé que leur vaccin était "efficace" à 90%, selon l'essai à grande échelle de phase 3 en cours.

"C'est l'information de l'année, peut-être même de la décennie. Le vaccin contre le coronavirus est trouvé", s'est enflammé Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets.

A 14h38, l'indice phare SMI montait fortement de 1,80%, alors que le SLI bondissait de 2,43%. L'indice élargi SPI gagnait quant à lui 1,58%. La quasi-totalité des valeurs vedettes se trouvait en hausse, emmenées par Richemont (+8,9%), Adecco (+8,3%) et Swiss Life (+7,1%). Du côté de la pharma, Novartis affichait une hausse (+1,8%), tandis que Roche (-2,0%) baissait fortement.

14h35

Les locations d'étudiants restent très prisées

Depuis le 2 novembre, les étudiants des hautes écoles sont invités à suivre leur cours par visioconférence. Mais ils sont peu à renoncer à leurs locations à proximité des campus universitaires.

La crainte de ne pas retrouver de logements une fois la situation sanitaire rétablie est la première raison invoquée par les étudiants.

>> Le reportage du 12h45:

Malgré la fin des cours en présentiel, les étudiants ne renoncent pas à leur logement à proximité des campus. [RTS]
Malgré la fin des cours en présentiel, les étudiants ne renoncent pas à leur logement à proximité des campus. / 12h45 / 2 min. / le 9 novembre 2020

14h25

Des sièges vides au Grand Conseil valaisan

Sept sièges sont restés vides à l’ouverture de la session du Grand Conseil valaisan à Martigny. Le groupe UDC du Haut-Valais a en effet refusé de siéger, invoquant les risques sanitaires.

C’est donc depuis Brigue que son chef de groupe suivra les débats parlementaires cette semaine.

Malgré l’absence de ces députés, le quorum est atteint et la validité des votes du Grand Conseil n’est pas remise en question.

>> Les précisions du 12h45:

Le Covid-19 perturbe la session du Grand Conseil valaisan qui s'ouvre à Martigny. Le groupe UDC du Haut-Valais refuse de siéger. [RTS]
Le Covid-19 perturbe la session du Grand Conseil valaisan qui s'ouvre à Martigny. Le groupe UDC du Haut-Valais refuse de siéger. / 12h45 / 1 min. / le 9 novembre 2020

14h15

Des tests rapides dès mardi à Fribourg

Les Fribourgeois pourront se faire tester dès mardi dans les pharmacies autorisées, via un test antigénique rapide. Ce dernier sera également disponible auprès d’une grande partie des médecins de premier recours.

Cette nouvelle offre vise à "augmenter de manière significative le nombre de tests pratiqués quotidiennement", a indiqué l'Etat de Fribourg. Elle complète celle du centre de dépistage de l’HFR (Hôpital fribourgeois), effectuant des tests PCR, installé depuis le 2 novembre à Forum Fribourg.

L’HFR effectuait près de 450 tests PCR par jour sur les sites de Fribourg, Riaz et Tafers à fin octobre. Avec l’ouverture du centre de dépistage à Forum Fribourg en remplacement de ces sites, la capacité totale pourra s’élever jusqu’à 600 tests quotidiens, 520 au Forum et 80 pour les besoins propres de l’hôpital.

14h00

Le risque du manque de personnel hospitalier

Dans les hôpitaux régionaux, la deuxième vague de Covid-19 inquiète. A Yverdon, les Etablissements hospitaliers du Nord vaudois accueillent 80 patients Covid et il en arrive tous les jours 6 à 7 de plus.

>> Lire aussi: Soins intensifs, lits et respirateurs: où en sont les hôpitaux suisses

Le pic des hospitalisations du printemps a déjà été dépassé. Les hôpitaux ont pu augmenter le nombre de lits, mais c'est le personnel qui manque.

Aux EHNV, une centaine de collaborateurs sont malades du Covid ou en quarantaine. C'est plus de 5%. Alors il faut innover. L'hôpital va notamment engager des chômeurs pour une durée déterminée, alors que des membres du personnel soignant ont sacrifié des congés.

>> Voir le reportage du 12h45

Défi pour les hôpitaux avec la deuxième vague de Covid-19: ils sont confrontés à plus d'hospitalisations et moins de personnel. [RTS]
Défi pour les hôpitaux avec la deuxième vague de Covid-19: ils sont confrontés à plus d'hospitalisations et moins de personnel. / 12h45 / 2 min. / le 9 novembre 2020

13h45

Portraits au balcon pendant le confinement

Durant le semi-confinement du printemps, le photographe lausannois Marko Stevic a immortalisé, depuis le trottoir, les gens qui étaient à leur balcons et fenêtres. Il en a sorti un livre intitulé "Be my Quarantine", agrémenté de textes de la journaliste Caroline Stevan.

Le photographe a voulu se concentrer sur l’humain, alors que les rues du chef-lieu vaudois étaient désertes. Une manière de garder une trace de cette période hors-norme.

>> L'entretien avec Marko Stevic dans le 12h45

Rendez-vous culture: Marko Stevic, photographe lausannois. [RTS]
Rendez-vous culture: Marko Stevic, photographe lausannois. / 12h45 / 7 min. / le 9 novembre 2020

12h55

Les entreprises vaudoises pessimistes

Les entreprises vaudoises sont pessimistes pour les mois à venir, selon un sondage de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI).

Un peu plus de 700 entreprises employant 54'000 personnes au total ont répondu. Et seules 29% d’entre elles envisagent d'investir l’an prochain, ce qui est très peu.

Environ un quart des entreprises pensent réduire leurs effectifs ces prochains mois. Et 36% des sondés qualifient la marche de leurs affaires de mauvaises à médiocre. 

Tout indicateurs confondus, l'impact est encore plus fort qu'en 2015 lors de l'abandon du taux plancher ou qu'en 2009 après la crise économique.

>> Interview de Philippe Miauton, secrétaire général de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI), dans le 12h30:

Philippe Miauton, secrétaire général de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI). [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les patrons se montrent pessimistes pour les mois à venir, selon la CVCI: interview de Philippe Miauton / Le 12h30 / 5 min. / le 9 novembre 2020

12h30

Cent soixante-neuf décès en 3 jours

La Suisse compte lundi 17'309 cas supplémentaires de coronavirus, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur les trois derniers jours. Cent soixante-neuf décès supplémentaires sont à déplorer et 536 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 73'831 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 23,44%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 104'938. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 1213,9 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 229'222 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 2'231'552 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 2576 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 9205.

Le pays dénombre par ailleurs 44'970 personnes en isolement et 40'582 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 3794 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

11h50

"Tout le système de santé est sous tension"

Interrogé dans Mise au Point à propos de l'évolution de la pandémie, le médecin cantonal vaudois Karim Boubaker parle de "situation sérieuse qui impacte le système de santé à tous les niveaux".

"Tout le système de santé est sous tension. On espère que les mesures prises par les autorités politiques vont soulager les courbes épidémiques, mais on n'en sait rien pour l'instant", précise-t-il. Et de lancer un nouvel appel à la population pour que les citoyens fassent davantage attention, même si la situation est contraignante.

>> L'interview de Karim Boubaker dans Mise au Point:

Karim Boubaker, médecin cantonal VD [RTS]
Karim Boubaker, médecin cantonal VD / Mise au point / 5 min. / le 8 novembre 2020

11h15

Le match du LHC repoussé

Alors que le championnat de National League devait reprendre mardi 10 novembre après une pause normalement dévolue aux équipes nationales, le match Lausanne - Rapperswil n'aura pas lieu.

Un joueur du LHC est positif au Covid-19 et l'équipe est en quarantaine par mesure de précaution. Toute l'équipe va être testée.

10h40

Des étudiants en soins infirmiers en renfort en Valais

Nonante étudiants en soins infirmiers viennent renforcer le système de santé valaisan, pour faire face à la situation sanitaire. Le Service de la santé publique du canton a adressé une demande en ce sens à la Haute Ecole de santé de la HES-SO Valais, qui a donc adapté son programme de formation.

Les étudiants de troisième année de bachelor en soins infirmiers, qui sont actuellement en stage pratique pour huit semaines, voient leur stage prolongé de deux semaines dès lundi, a indiqué la Haute Ecole. Septante étudiants francophones et vingt germanophones, "les plus expérimentés", sont ainsi mobilisés.

Accompagnés par des praticiens formateurs tout au long de leur stage, ils travaillent déjà actuellement dans des hôpitaux, des EMS, des centres médico-sociaux ou des cliniques. Cette situation particulière liée au coronavirus les met face à un nouveau défi, "certes difficile, mais enrichissant et formateur", souligne la haute école.

Elle indique qu'une vingtaine d'étudiants germanophones de la filière ES (école supérieure) en soins infirmiers de Viège ont aussi été appelés en renfort en octobre. Lors de la première vague en mars, des étudiants de la HES-SO Valais avaient déjà participé à l'effort collectif de manière volontaire.

10h10

L'impact du coma

Le nombre de patients en réanimation en raison du coronavirus augmente. Et qui dit réanimation dit coma. Un état encore assez mystérieux, même pour les médecins, qui est loin d’être anodin puisqu’il peut parfois laisser des séquelles graves.

>> Lire aussi: Soins intensifs, lits et respirateurs: où en sont les hôpitaux suisses

Il y a principalement deux types de coma, le coma artificiel, induit par des médicaments comme c'est le cas pour les patients Covid, et le coma naturel, lié à un traumatisme crânien ou un accident vasculaire cérébral, par exemple.

Il s’agit d’une perte totale de la conscience qui peut durer quelques heures, quelques jours, quelques mois voire des années.

Dans les cas les plus graves, une fois sorti du coma, il faut tout réapprendre. Manger, boire, parler, marcher. C'est ce que propose l'unité de neurorééducation aigüe du CHUV à travers son jardin thérapeutique. Un lieu pour éveiller les sens des patients.

Suivant les cas, le processus peut prendre des mois voire des années.

>> Ecouter le reportage de Ici la Suisse sur l'impact du coma:

Qu'il s'agisse d'un coma induit par des médicaments ou d'un coma lié à un AVC, la conscience n'est plus. [sudok1 - Depositphotos]sudok1 - Depositphotos
Ici la Suisse - Quel est l’impact du coma sur l’Être humain? / La Matinale / 5 min. / le 9 novembre 2020

>> Revoir aussi l'émission 36.9 sur  le réveil des patients intubés et leur difficile rééducation

Coronavirus : Je me suis réveillée avec un tube dans la gorge [RTS]
Coronavirus : Je me suis réveillée avec un tube dans la gorge / 36,9° / 59 min. / le 16 septembre 2020

09h40

Le travail des ambulanciers bouleversé

Les ambulanciers sont en première ligne de la deuxième vague et jamais leurs conditions de travail n’ont été aussi difficiles. Ils ont dû changer leurs habitudes avec l'arrivée du Covid. Ils doivent ainsi revêtir une combinaison intégrale avant une intervention, ce qui change les rapports avec les personnes chez qui ils interviennent. Idem pour le port du masque, un frein quand on doit annoncer de mauvaises nouvelles.

Et avec l'absence de certains collègues, les heures supplémentaires s'accumulent, ainsi qu'une grosse fatigue. Mais les ambulanciers n'ont pas le choix, ils continuent leurs interventions, qui sont beaucoup plus nombreuses qu'en temps normal.

>> Le reportage de Mise au Point:

Ambulances genevoises [RTS]
Ambulances genevoises / Mise au point / 12 min. / le 8 novembre 2020

09h00

Le taux de chômage reste stable

Le taux de chômage est demeuré inchangé à fin octobre, à 3,2%, par rapport au mois précédent, selon les derniers chiffres du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) publiés lundi. Corrigé des facteurs saisonniers, le taux est même passé de 3,4 % à 3,3 %.

L'impact de la crise pandémique sur le marché du travail suisse reste donc limité. La plupart des économistes s'attendaient à ce que le taux de chômage soit un peu plus élevé.

Au total, 149'118 personnes en Suisse étaient inscrites comme chômeurs auprès des Centres régionaux de placement en octobre. Cela représente 558 de plus que le mois précédent.

Par rapport au même mois de l'année dernière, la hausse s'avère cependant très forte (+46,6%), soit 47'434 personnes. À l'époque, soit avant l'éclatement de la pandémie, le taux se situait à 2,2%.

08h30

Les aides de la Confédération jugées trop basses

La dernière enveloppe proposée par le Conseil fédéral pour aider les entreprises en difficulté n'est pas suffisante. Plusieurs conseillers d'Etat en charge de l'Economie l'ont fait savoir dans la presse alémanique dimanche. Une discussion entre les cantons de Suisse occidentale (BE, FR, VD, VS, NE, GE, JU) est prévue lundi.

Le but est d'"harmoniser les réponses des cantons pour avoir un poids maximum auprès du Conseil fédéral", indique le conseiller d'Etat vaudois en charge de l'Economie Philippe Leuba dans La Matinale.

>> Ecouter le sujet de La Matinale

Une vue du Palais fédéral prise en août 2018. [Thomas Hodel - Keystone]Thomas Hodel - Keystone
Pour les cantons, une aide de 200 millions de la Confédération, ce n'est pas suffisant / La Matinale / 55 sec. / le 9 novembre 2020

Christoph Brutschin (BS), président de la Conférence des chefs des départements cantonaux de l'économie publique (CDEP), a plaidé sur SRF pour une dotation d'un milliard de francs, alors que pour l'instant 400 millions sont prévus, dont 200 millions de la part de la Confédération.

Le fonds pour les cas de rigueur était à l'origine prévu pour couvrir les besoins de secteurs comme l'événementiel, les agences de voyage ou les arts forains. Le montant a été fixé à un moment où la Suisse avait peu de cas de coronavirus. Depuis, la situation a diamétralement changé.

Mercredi dernier, le conseiller fédéral Ueli Maurer a admis que cette ordonnance devrait sans doute être adaptée à la nouvelle donne. Mais dans l'immédiat, il faut aller de l'avant avec ce projet afin d'apporter au plus vite l'aide aux entreprises concernées. Le Conseil fédéral vise une entrée en vigueur le 1er décembre.

08h20

La vie nocturne menacée par la mise en pause

Avec la fermeture des bars et restaurants, la vie nocturne romande est à nouveau mise entre parenthèses.

"L'impact est économique, il est sociétal, il est urbain. Et on risque de se retrouver demain face à des friches nocturnes. Je pense que les acteurs de la nuit n'ont pas été pris suffisamment en compte. Et si la nuit va mal, alors la société va très mal", s'inquiète le géographe Luc Gwiazdzinski.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Des personnes dansent dans une discothèque. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La mise entre parenthèses du monde de la nuit a de grandes conséquences sur la vie sociale / La Matinale / 1 min. / le 9 novembre 2020

08h15

Protéger le personnel de l'économie domestique

Le canton de Genève lance lundi une nouvelle campagne de sensibilisation destinée aux employeurs des personnes actives dans l'économie domestique, une catégorie de travailleurs fragilisés par la crise du coronavirus. L'objectif est que les employeurs des femmes de ménages et autres nounous pas forcément déclarées respectent leurs engagements.

"Je veux que celles et ceux qui travaillent dans l'économie domestique soient considérés comme des employés et donc soumis au droit du travail", indique Thierry Apothéloz. Le conseiller d’Etat en charge de la cohésion sociale rappelle que "lorsqu'on engage une personne même deux heures par semaine, c'est une fonction d'employeur qu'il faut assumer".

>> Ecouter le sujet de La Matinale

Jardiniers, femmes de ménage ou gardes-malades: ils sont environ 400'000 personnes employées dans l’économie domestique en Suisse. [Gaetan Bally - keystone]Gaetan Bally - keystone
Genève se préoccupe de la précarité de l'économie domestique et lance une campagne / La Matinale / 1 min. / le 9 novembre 2020

 

>> Lire aussi: Plus de 60'000 colis distribués aux plus démunis à Genève cet été

08h00

Sous pression, les hôpitaux romands anticipent la saturation des soins intensifs

Mercredi, l'Office fédéral de la santé publique annonçait que les places viendraient à manquer aux soins intensifs d'ici cinq jour. Cinq jours plus tard, ces services sont bel et bien débordés.

Il s'agit d'une situation inédite depuis le début de la pandémie en Suisse. Selon une enquête de la RTS, qui a fait le tour des services de soins intensifs romands, la situation est tendue dans chacun d'entre eux. Au total, 34 patients ont déjà été transférés d'un établissement romand vers un autre hôpital, majoritairement en Suisse alémanique.

À Genève et Fribourg, 93% des lits des soins intensifs sont occupés. Par ailleurs, tous ces cantons ont déjà augmenté leur capacité d’accueil. Dans le canton de Neuchâtel, il y a désormais 26 lits aux soins intensifs contre 6 avant la pandémie.

>> Lire le détail: Sous pression, les hôpitaux romands anticipent la saturation des soins intensifs

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

Les hôpitaux de Suisse romande sont saturés. Les premiers transferts de patients ont débuté cette semaine : 34 en tout. [RTS]
Les hôpitaux de Suisse romande sont saturés. Les premiers transferts de patients ont débuté cette semaine : 34 en tout. / 19h30 / 2 min. / le 8 novembre 2020

07h45

Entrée en service des militaires

Les soldats de deux compagnies sanitaires sont entrés en service dimanche à Moudon (VD). Ils seront engagés dans les hôpitaux au cours des prochains jours, selon une procédure revue à la suite des critiques émises ce printemps.

Dès lundi, 200 militaires déchargeront également le système de santé du canton de Genève dans le domaine du transport et des soins de base apportés aux patients du Covid-19.

>> Voir le sujet du 19h30:

Moudon : entrée en service des militaires qui vont aider les soins en Romandie [RTS]
Moudon : entrée en service des militaires qui vont aider les soins en Romandie / 19h30 / 1 min. / le 8 novembre 2020

>> Lire: Les premiers "soldats de la 2e vague" sont entrés en service à Moudon

07h30

Le Tessin durcit ses règles

Le Tessin a durci dimanche ses règles pour freiner l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Dès lundi, les réunions de plus de cinq personnes seront interdites. Cela vaut tant pour les événements privés que publics.

Toutes les activités sportives impliquant des groupes seront interdites, sauf pour les enfants jusqu'à 16 ans. Les cérémonies religieuses telles que les mariages et les enterrements seront encore possible, moyennant une limite de 30 personnes, a indiqué dimanche le Conseil d'Etat.

Trois conseillers d'Etat se sont présentés devant la presse pour ces annonces: le président du Conseil d'Etat Norman Gobbi, le ministre chargé de la santé et des affaires sociales Raffaele De Rosa et le chef des finances et de l'économie Christian Vitta.

07h15

Genève, région d'Europe la plus touchée

Genève est devenue samedi officiellement la région la plus touchée par le Covid-19 en Europe. Avec une incidence de 2796 cas pour 100'000 habitants, le canton est juste devant le Valais, la Wallonie en Belgique, Fribourg et le Jura

Le classement prend en compte les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique et une comparaison internationale établie par l'Organisation mondiale de la santé.

>> Lire: Genève devient la région la plus touchée par le Covid en Europe

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

Genève est devenue la région la plus touchée d'Europe par le covid-19 [RTS]
Genève est devenue la région la plus touchée d'Europe par le covid-19 / 19h30 / 2 min. / le 7 novembre 2020

>> Et l'analyse du Dr. Didier Pittet:

Didiet Pittet "On n'a pas assez testé. On a commencé à manquer les chaînes de transmission à la reprise des activités." [RTS]
Didiet Pittet "On n'a pas assez testé. On a commencé à manquer les chaînes de transmission à la reprise des activités." / 19h30 / 4 min. / le 7 novembre 2020

07h00

Berne appelle à limiter les contacts

Le président du gouvernement cantonal bernois Pierre  Alain Schnegg a appelé dimanche dans une vidéo la population à limiter le plus possible les contacts interpersonnels. Le Conseil-exécutif observe avec préoccupation l'évolution de la pandémie dans le canton de Berne.

Des cas de coronavirus se sont déclarés dans environ 40 des 296 EMS du canton de Berne, a indiqué ce dernier dans un communiqué dimanche. Dans les hôpitaux, on dénombrait dimanche 376 patients Covid-19. Vendredi, ils étaient 306 en soins ordinaires et 50 en soins intensifs, dont 36 personnes sous assistance respiratoire. Près de 50% des places avec assistance respiratoire sont occupées par des patients Covid-19.

06h45

Les EMS sous pression

Avec l'augmentation des cas en Suisse romande, les établissements médico-sociaux sont sous pression. A Fribourg, un EMS a réussi stopper la propagation du virus parmi 98 résidents, grâce à l'interdiction des visites notamment.

>> Voir le reportage du 19h30:

Les EMS sont sous pression: reportage à Givisiez où le virus a emporté cinq résidents mais des mesures sont prises [RTS]
Les EMS sont sous pression: reportage à Givisiez où le virus a emporté cinq résidents mais des mesures sont prises / 19h30 / 2 min. / le 7 novembre 2020

06h30

Les polices cantonales à pied d'oeuvre

Les cantons romands ont renforcé ces dernières semaine leurs mesures pour lutter contre la pandémie. Les polices cantonales sont chargées de les faire respecter. La RTS a suivi une patrouille vendredi soir en ville de Neuchâtel.

>> Voir le reportage du 12h45:

Les polices cantonales sont chargées de faire respecter les nouvelles mesures anti-coronavirus. Reportage à Neuchâtel [RTS]
Les polices cantonales sont chargées de faire respecter les nouvelles mesures anti-coronavirus. Reportage à Neuchâtel / 12h45 / 1 min. / le 7 novembre 2020

06h15

Fréquentation des transports publics en baisse

Lors de cette deuxième vague, le télétravail est recommandé en Suisse, mais est-il réellement appliqué? La fréquentation des transports publics a certes baissé ces derniers temps, mais pas au niveau du printemps dernier.

La semaine dernière, le taux de fréquentation des trains CFF - grandes lignes - était de 50%. A Genève, les TPG ont également enregistré un taux de 67%. Une proportion qui devrait encore baisser à la suite des mesures prises dimanche dernier par le Conseil d'Etat.

Mais les chiffres du mois de mars, qui étaient particulièrement bas, ne seront pas atteints, ce qui tend à prouver que le télétravail, en Suisse, n'est actuellement pas aussi répandu qu'en début d'année.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Des personnes masquées à un arrêt de transport public, le 27 octobre 2020 à Lugano. [Davide Agosta - Keystone]Davide Agosta - Keystone
La fréquentation des transports publics a baissé en Suisse, mais pas au niveau du printemps dernier / Le 12h30 / 2 min. / le 7 novembre 2020

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus