Modifié

Les premiers "soldats de la 2e vague" sont entrés en service à Moudon

Moudon : entrée en service des militaires qui vont aider les soins en Romandie [RTS]
Moudon : entrée en service des militaires qui vont aider les soins en Romandie / 19h30 / 1 min. / le 8 novembre 2020
Les soldats de deux compagnies sanitaires sont entrés en service dimanche à Moudon (VD). Ils seront engagés dans les hôpitaux au cours des prochains jours, selon une procédure revue à la suite des critiques émises ce printemps.

Devant la presse dimanche matin, le commandant de la division territoriale 1 Yvon Langel a expliqué que l'armée intervenait selon un principe de subsidiarité. Sa vocation n'est pas de remplacer le dispositif civil, mais de lui prêter main-forte lorsque c'est nécessaire, a-t-il précisé.

Le divisionnaire s'est déclaré "très fier" de voir ces soldats arriver en nombre. Membres d'une troupe de première urgence, ils ont été convoqués vendredi par SMS. "C'est un effort citoyen énorme qui leur est demandé, après leur premier engagement du printemps", a-t-il souligné.

Les militaires accompliront des missions de soutien aux hôpitaux et de transport. Ainsi, la compagnie sanitaire 1 sera engagée dès mardi aux HUG de Genève. Quelque 80 soldats se répartiront 20 postes pour un renfort 24h/24. Elle mettra aussi à disposition des ambulances militaires avec leurs équipages.

Renfort dans quatre cantons romands

Outre Genève, l'armée a reçu des demandes du Valais, de Fribourg et de Vaud, demandes qui ont également été approuvées. La semaine passée, des militaires ont déjà été engagés à Chamblon (VD). Il s'agissait de volontaires qui ont répondu à un appel de l'armée.

Le Conseil fédéral a décidé mercredi dernier de soutenir le système de santé dans toute la Suisse et au Liechtenstein en engageant jusqu’à 2500 militaires en service d’appui. Les demandes individuelles sont examinées par l’État-major fédéral Protection de la population. L’objectif est de fournir un engagement taillé sur mesure et de déployer les militaires là où il est prouvé qu’ils sont réellement nécessaires.

La mobilisation pourrait durer jusqu'au 31 mars 2021, date-butoir fixée par le Conseil fédéral. Mais l’armée se retirera dès que l’on n'aura plus besoin d’elle. Comme ce printemps, les militaires se verront à nouveau imputer un maximum de 38 jours (deux cours de répétition) aux services d’instruction obligatoires pour cet engagement renouvelé de l’armée en service d’appui.

ats/jop

Publié Modifié