Modifié

Christoph Blocher écarté du Conseil fédéral!

Une majorité du Parlement n'a plus voulu de Christoph Blocher [Keystone]
Une majorité du Parlement n'a plus voulu de Christoph Blocher [Keystone]
Coup de tonnerre à Berne! Christoph Blocher n'a pas été réélu. Au 2e tour, l'UDC grisonne Eveline Widmer-Schlumpf a obtenu 125 voix sur 242, contre 115 pour le Zurichois. La Grisonne dira jeudi matin si elle accepte son élection.

Le suspense durera jusqu'à jeudi 08h00. C'est le délai de
réflexion demandé par la conseillère d'Etat grisonne pour faire
connaître sa décision. Après ce coup de tonnerre, les réactions ont fusé au Palais
fédéral.

La pression est immense sur la fille de l'ex-conseiller fédéral
Leon Schlumpf: l'UDC a menacé d'exclure du parti quiconque
accepterait une élection sur le dos de Christoph Blocher et de
passer à l'opposition. Si Eveline Widmer-Schlumpf refuse d'entrer
au Conseil fédéral, l'Assemblée fédérale devra procéder à un
nouveau scrutin.

L'UDC présenterait alors à nouveau Christoph Blocher, d'après les
responsables du parti. Le ministre de la justice se trouverait
alors probablement confronté à un candidat d'un autre parti. Le nom
du conseiller aux Etats Urs Schwaller (PDC/FR) est sur toutes les
lèvres (voir la galerie photos) .

Gifle à l'UDC

L'éviction du tribun zurichois est survenue comme un coup de
tonnerre à 10h40, quatre ans et deux jours après que lui-même avait
bouté la démocrate-chrétienne Ruth Metzler hors du
gouvernement.

La plupart des parlementaires ne semblaient jusque-là pas croire à
la réussite du complot ourdi par le camp rose-vert et la majorité
du PDC, avec le soutien de quelques radicaux.

Dès le premier tour, Eveline Widmer-Schlumpf, dont le nom
circulait depuis la veille dans les couloirs du Palais fédéral, a
tenu la corde face à Christoph Blocher. La Grisonne a été élue au
second tour, par 125 voix contre 115 au milliardaire zurichois,
sous les acclamations de la gauche. Elle a fait mieux que le
ministre de la justice, choisi, lui, au 3e tour par 121 voix face à
Ruth Metzler, le 10 décembre 2003.

La gifle est immense pour l'UDC, qui a axé sa campagne électorale
sur la réelection de son chef de file au gouvernement. Tenant sa
revanche après quatre ans, la majorité ne s'est pas laissée
intimider par les menaces proférées par les démocrates du
centre.

Séance suspendue

Eveline Widmer-Schlumpf élue à la place de Christoph Blocher [Keystone]Eveline Widmer-Schlumpf élue à la place de Christoph Blocher [Keystone] La majorité a longtemps cru que la
présidente de la Conférence des directeurs cantonaux des finances
accepterait son élection. Mais à 12h30, elle a fini par accorder à
l'UDC une suspension de séance d'une heure, après avoir rejeté une
première demande similaire en matinée.

Le chef de groupe UDC Caspar Baader n'y est pas allé par quatre
chemins pour justifier sa requête: «Vous êtes en train de fouler
aux pieds la démocratie», a-t-il déclaré à la tribune.

Quant à Eveline Widmer-Schlumpf, elle a été happée par les chefs
de file du parti dès son arrivée à Berne pour un entretien à huis
clos. Le suspense sur sa décision, annoncée d'abord pour 13h30, a
été prolongé jusqu'à jeudi. Le président de l'Assemblée fédérale
André Bugnon a bouclé la séance en annonçant le délai de réflexion
demandé par la Grisonne.

Luc Recordon renonce

Avant le vote très attendu concernant Christoph Blocher, les
Verts ont retiré leur candidat d'opposition, le conseiller aux
Etats vaudois Luc Recordon, en faveur "d'une candidature plus
prometteuse", a déclaré Thérèse Frösch, présidente du groupe
parlementaire. Il s'agissait donc de la conseillère d'Etat
grisonne.

Moritz Leuenberger (157 voix sur 178), Pascal Couchepin (205 sur
231), Samuel Schmid (201 sur 219), Micheline Calmy-Rey (153 sur
180), Hans-Rudolf Merz (213 sur 233), puis Doris Leuthard (160 sur
191) ont de leur côté été reconduits comme prévu au premier
tour.

Swisstxt/agences/cab

Publié Modifié

L'élection tour par tour

Moritz Leuenberger (PS): 157 voix sur 178 bulletins valables (64 blancs et 4 nuls). Majorité absolue: 90 voix.

Pascal Couchepin (PRD): 205 voix sur 231 bulletins valables (13 blancs et 2 nuls). Majorité absolue: 116 voix.

Samuel Schmid (UDC): 201 voix sur 219 bulletins valables (21 blancs et 4 nuls). Majorité absolue: 110 voix.

Micheline Calmy-Rey (PS): 153 voix sur 180 bulletins valables (65 blancs et un nul). Majorité absolue: 91 voix.

Christoph Blocher (UDC), premier tour: Eveline Widmer-Schlumpf (UDC): 116 voix sur 238 bulletins valables. Christoph Blocher: 111 voix. Divers: 11 (6 blancs et 2 nuls). Majorité absolue: 120.

Christoph Blocher (UDC), deuxième tour: Eveline Widmer-Schlumpf (UDC): 125 voix sur 242 bulletins valables. Christoph Blocher: 115 voix (4 blancs, 0 nuls). Majorité absolue: 122 voix.

Hans-Rudolf Merz: 213 voix sur 233 bulletins valables (8 blancs et 3 nuls). Majorité absolue: 117 voix.

Doris Leuthard (PDC): 160 voix sur 191 bulletins valables. Christoph Blocher: 12 voix. Divers: 19 voix (49 blancs et 4 nuls). Majorité absolue: 96 voix.

Chancellerie au PDC, Couchepin président

Juste après le renouvellement du gouvernement, l'Assemblée fédérale a élu Corina Casanova au poste de chancelière fédérale. La PDC grisonne, actuellement vice-chancelière, a obtenu 124 voix sur 244 bulletins valables. 64 suffrages se sont portés sur l'UDC vaudoise Nathalie Falcone-Goumaz et 52 sur le radical bernois Markus Seiler.

Les conseillers fédéraux présents ont ensuite prêté serment, en l'absence de l'élue surprise Eveline Widmer-Schlumpf.

L'Assemblée fédérale a ensuite élu comme prévu Pascal Couchepin à la présidence de la Confédération par 197 voix sur 210 bulletins valables. Avant l'élection du vice-président, qui aurait dû être Christoph Blocher, la séance a ensuite été logiquement suspendue à la demande de l'UDC, le temps de connaître la position d'Eveline Widmer-Schlumpf.