Modifié

Petits "non" à la loi sur la chasse et aux déductions fiscales, selon le 2e sondage SSR

Les Suisses voteront sur cinq objet le 27 septembre, dont les déductions fiscales pour les enfants, le congé paternité de deux semaines et la loi sur la chasse. [Keystone]
Selon le deuxième sondage SSR, le non à la révision de la loi sur la chasse est en augmentation / La Matinale / 1 min. / mercredi à 06:00
Après avoir reçu le soutien de la population lors du premier sondage, la loi sur la chasse et les déductions fiscales pour les enfants se dirigent vers un refus, selon la deuxième enquête de l'institut gfs.bern pour la SSR, publiée mercredi. Le congé paternité lui conserve une large avance.

Même si cela reste serré pour la loi sur la chasse et les déductions fiscales pour les enfants, la tendance indique un petit refus des deux objets. A deux semaines des votations du 27 septembre, la loi sur la chasse est rejetée par 48% des participants (+12 points de pourcentage par rapport au premier sondage), contre 46% de oui. Le nombre d'indécis reste relativement important, puisqu'il atteint 6%.

Autre objet soumis au vote: les déductions fiscales pour les enfants. Ces mesures qui visent à aider les parents à concilier vie familiale et professionnelle sont désormais repoussées par 52% des sondés, contre 43% qui les acceptent et 5% qui restent indécis. Il y a un mois, le oui dépassait les 50%.

Quant au congé payé de deux semaines pour les nouveaux pères, il recule légèrement dans les intentions de vote, mais semble tout de même très bien parti pour passer la rampe, puisqu'il engrange plus de 60% des voix, selon le sondage.

>> Retrouvez les résultats du sondage concernant les deux autres objets de votation:  Rejet de l'initiative de l'UDC, oui aux avions de combat, selon le 2e sondage SSR

LOI SUR LA CHASSE: clivage gauche-droite

Les sympathisants de la gauche - PS et Verts - et ceux des Vert'libéraux sont très nettement convaincus par les arguments du comité référendaire contre la loi sur la chasse, issu des milieux écologistes.

Même si les partisans du PDC acceptent toujours la loi (55%), on observe néanmoins une tendance vers le non. En effet, entre mars et septembre, la part de l'électorat démocrate-chrétien opposée au texte est passée de 24% à 41%. En revanche, du côté du PLR et de l'UDC, le soutien se confirme largement.

Age et sexe

Le sondage révèle une différence hommes-femmes ainsi qu'un clivage générationnel. Alors que les votantes sont en majorité contre la loi (52%), les hommes penchent davantage vers le oui (51%).

L'âge joue également un rôle: une majorité des 18-39 ans refuse clairement le texte, tout comme les 40-64 ans. Ces derniers comptent toutefois une part importante d'indécis (11%). A l'inverse, il y a peu d'incertitudes chez les retraités qui, eux, acceptent la loi à 53%.

Division villes-campagne

Une division se dessine entre les zones urbaines et rurales. Les grandes agglomérations enregistrent un net refus du projet, contrairement aux campagnes où il est soutenu par 47% des sondés.

Il faut toutefois noter que les zones rurales connaissent un taux d'indécis de 12%. C'est toutefois dans les agglomérations de petite taille que l'acceptation de la loi est la plus large. Le oui y atteint 53%.

DEDUCTIONS FISCALES POUR LES ENFANTS: mouvements dans le camp rose-vert

L'opinion au sein de l'électorat des différents partis a beaucoup évolué sur la question des déductions fiscales pour les enfants. Ainsi, les sympathisants du PS et des Verts sont passés en un mois d'un oui clair à un net refus. Une tendance que l'on observe dans une moindre mesure chez les Vert'libéraux.

A droite, les partisans de l'UDC continuent de rejeter le texte, dans des proportions similaires à celles enregistrées lors de la précédente enquête. L'électorat PLR, quant à lui, maintient son ferme soutien à la révision de la loi, tout comme celui du PDC. Les auteurs de l'étude notent d'ailleurs que les opinions ne sont pas encore forgées sur cet objet.

Effet des salaires et de l'âge

Les revenus constituent un important paramètre dans les intentions de vote. Les groupes qui s'y opposent le plus sont ceux qui gagnent entre 3000 et 5000 francs et entre 5000 et 7000 francs.

A l'inverse, la seule catégorie qui accepte le projet est celle des ménages qui gagnent plus de 11'000 francs par mois.

CONGE PATERNITE: l'UDC seule contre tous

Parmi les différents électorats, seul celui de l'UDC s'oppose au congé paternité, à hauteur de 65%. Cela n'empêche pas des nuances dans le camp du oui: les sympathisants du PS, des Verts et des Vert'libéraux sont largement convaincus par le projet. Avec respectivement 57% et 55% d'avis positifs, le PDC et le PLR appuient le projet plus modestement.

Par ailleurs, l'âge ressort comme un facteur décisif. Les 18-39 ans semblent emballés par le projet, avec un oui qui culmine à 81%, alors que les 40-64 ans l'acceptent de manière plus modérée. Et seule une courte majorité des retraités accorde sa confiance au congé paternité.

>> Ecouter l'analyse de La Matinale de la RTS mercredi:

Le soutien à la révision de la loi sur la chasse est en baisse. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le deuxième sondage SSR montre un recul du oui à l'initiative UDC et une progression du non à la loi sur la chasse / La Matinale / 2 min. / mercredi à 06:00

>> Les résultats du premiers sondage SSR: Les Suisses, Romands en tête, derrière le congé paternité, selon un sondage SSR

Texte: Mathieu Henderson

Graphiques: Didier Kottelat

Publié Modifié

UDC et PS opposés sur la question du loup et des déductions pour enfants

Interrogée sur l'opposition en hausse à la révision de la loi sur la chasse dans La Matinale, la vice-présidente de l'UDC Céline Amaudruz constate que l'essentiel des forces du parti ont, jusqu'ici, été consacrées à son initiative de limitation de l'immigration. "On a peut-être un peu délaissé certains autres objets. Nous allons devoir aussi, maintenant, faire campagne sur cette loi sur la chasse, qui est très importante pour nos agriculteurs", a réagi la conseillère nationale genevoise.

Le chef du groupe socialiste aux chambres Roger Nordmann accueille, lui, ces chiffres d'un bon oeil. Pour lui, son objectif réel n'est pas de protéger des moutons laissés tout l'été sur l'alpe sans surveillance: "La vraie motivation de ceux qui veulent cette nouvelle loi sur la chasse, c'est de réduire la concurrence entre les loups et les chasseurs. Je le dis en toute transparence: les milieux qui ont poussé la loi en Valais et aux Grisons sont des milieux qui disent: 'on veut davantage d'ongulés et on ne veut pas que ce soit les loups qui les mangent'. Le désir des chasseurs de vouloir chasser facilement ne justifie pas qu'on éradique le loup", signale celui était président de la commission parlementaire qui a traité du sujet.

La vraie motivation de ceux qui veulent cette nouvelle loi sur la chasse est de réduire la concurrence entre les loups et les chasseurs. Le désir de vouloir chasser facilement ne justifie pas qu'on éradique le loup

Roger Nordmann et Michel Matter. [Alessandro della Valle - Keystone]
Roger Nordmann (PS/VD)

Déductions: une mesure pro- ou anti-femmes?

Même satisfaction, pour Roger Nordmann, à la lecture des chiffres qui montrent le soutien en berne au projet de déductions pour les parents avec enfants. Il évoque un cadeau fiscal: "Il s'agit d'une déduction générale pour les enfants, indépendamment de l'activité des parents. C'est une espèce de prime à la femme au foyer", considère le Vaudois.

Tout autre son de cloche chez Céline Amaudruz: "Je pense aux femmes. Si elles peuvent avoir un soutien pour garder les enfants et déduire cela de leurs impôts, ça leur permettra de reprendre plus rapidement une activité professionnelle", estime la conseillère nationale UDC. Pour elle, il est important de soutenir la classe moyenne, qui ne touche pas de subventions de l'Etat et n'est "pas assez riche pour pouvoir avoir une grande marge de manœuvre".

Si les femmes peuvent avoir un soutien pour garder les enfants et déduire cela de leurs impôts, ça leur permettra de reprendre plus rapidement une activité professionnelle

Céline Amaudruz et Christophe Darbellay. [Alessandro della Valle/Laurent Gillieron - Keystone]
Céline Amaudruz (UDC/GE)

>> Ecouter le débat dans La Matinale: 

Céline Amaudruz (UDC-GE) et Roger Nordmann (PS-VD) [Peter Klaunzer - key]Peter Klaunzer - key
Loi sur la chasse et déductions fiscales pour enfants: interview de Céline Amaudruz (UDC/GE) et Roger Nordmann (PS/VD) / La Matinale / 6 min. / mercredi à 06:00

>> Ecouter aussi la réaction de Léonore Porchet (Verts/VD):

Léonore Porchet se positionne sur l'équilibre entre croissance économique et qualité de vie [RTS]RTS
Le non à la révision de la loi sur la chasse se renforce: interview de Léonore Porchet (Verts/VD) / La Matinale / 1 min. / mercredi à 06:00


Propos recueillis par Romaine Morard
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Méthodologie

Le sondage a été réalisé par l'institut gfs.bern sur mandat de la SSR. Il a été effectué par téléphone et sur internet, entre le 2 et le 10 septembre 2020. Il a porté sur un échantillon représentatif du corps électoral suisse de 17'909 personnes. La marge d'erreur est de +/-2,7 points de pourcentage.