Banner 10 août. [Photomontage - Keystone]
Publié Modifié

Le masque omniprésent lors des premières rentrées scolaires

- Les cantons peaufinent les modalités de leur rentrée scolaire sous le signe du coronavirus. Premier canton à reprendre les cours, Berne a opté pour une rentrée masquée dans le post-obligatoire. D’autres cantons se préparent également à reprendre dans des conditions similaires.

- Les syndicats romand et alémanique des enseignants ont appelé à tirer les leçons de la crise sanitaire. Ils demandent notamment la création de responsables chargés de la protection de la santé dans les écoles.

- La Suisse compte 105 nouveaux cas de coronavirus lundi, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Aucun décès supplémentaire n'est à déplorer, mais deux nouvelles hospitalisations sont signalées.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

21h00

Une rentrée des classes pas comme les autres

Lundi, les étudiants bernois ont été les premiers en Suisse à faire leur rentrée sous le signe du masque. Tous doivent le porter, à partir du moment où les distances de sécurité ne peuvent être respectées.

Au gymnase français de Bienne, c’est le moment des retrouvailles. Chaque élève a reçu 50 masques dans le but de tenir cinq semaines. Obligatoire dans les couloirs, il peut être retiré une fois les étudiants assis en classe.

Pour les enseignants, c’est un soulagement. Ils se réjouissent de ce quasi retour à la normale, en soulignant les sérieuses limites de l’enseignement à distance, notamment en ce qui concerne la motivation des étudiants.

Un constat que partage Anne-Emery Torracinta, conseillère d’Etat genevoise en charge de l’éducation: "L’objectif, pour les chefs de l’enseignement public, c’était d’éviter l’enseignement à distance. Nos élèves ont été privés plusieurs mois d’école, il faut qu’ils puissent se retrouver."

>>  Le reportage du 19h30 au gymnase français de Bienne :

La rentrée a sonné pour les gymnasiens bernois, une rentrée placée sous le signe du port du masque obligatoire [RTS]
La rentrée a sonné pour les gymnasiens bernois, une rentrée placée sous le signe du port du masque obligatoire / 19h30 / 2 min. / le 10 août 2020

Mais si cette rentrée masquée a déjà commencé à Berne, d’autres cantons se préparent également à reprendre, dans des conditions similaires.

Le 19H30 de la RTS a ainsi pu recueillir le témoignage de plusieurs étudiants romands. Si certains se disent gênés par l’inconfort de cet équipement de protection, tous soulignent les limites de l’enseignement à distance.

>> Les témoignages recueillis par le 19h30 :

Appréhension et réactions des jeunes Romands qui devront effectuer leur rentrée masquée [RTS]
Appréhension et réactions des jeunes Romands qui devront effectuer leur rentrée masquée / 19h30 / 1 min. / le 10 août 2020

19h10

Les Grisons, Schaffhouse et Zoug sur la liste orange de la Belgique

La Belgique a mis en garde ses citoyens contre des voyages dans les cantons des Grisons, de Schaffhouse et de Zoug. Ces trois cantons ont été placés sur la liste orange des régions à risque en raison du Covid-19. Le canton de Genève est lui toujours classé "rouge".

Le "Blick Online" a mentionné lundi l'actualisation du site Internet du ministère belge des Affaires étrangères. Les voyageurs sont appelés à une vigilance accrue dans les pays placés sur la liste orange. Au retour, il leur est conseillé d'observer une quarantaine ou d'effectuer un test au coronavirus.

Début août, le ministère belge avait placé Genève, Vaud et le Valais sur sa liste rouge et interdit les séjours non urgents dans ces cantons. Le chef du Département fédéral des affaires étrangères Ignazio Cassis était alors intervenu et Bruxelles a retiré Vaud et le Valais de sa liste, mais pas Genève. En juillet, c'était au tour du Tessin de figurer sur la liste orange de la Belgique.

18h50

Les EMS en ordre dispersé

Les EMS vont affronter une potentielle deuxième vague de coronavirus en ordre dispersé. Il n’existe pas de plan de protection national, ni de directives assez précises dans certains cantons. Les règles sanitaires ne sont donc pas toujours les mêmes entre les maisons de retraite, qui avaient été frappées très durement au début de la pandémie.

Pour Tosca Bizzozzero, gériatre et présidente du groupement des médecins d'EMS vaudois, on aurait pu faire mieux au niveau cantonal, car les établissements ont reçu des directives très larges et on met beaucoup la responsabilité sur chaque institution pour s’organiser selon ses moyens.

Les mesures prises sont donc très hétérogènes, ce qui déstabilise. "On se pose constamment des questions: est-ce qu’on fait juste, est-ce qu’on a les bons moyens pour faire face à une deuxième vague, ou est-ce qu’on est trop laxistes? Et ce n’est pas toujours évident d’avoir des réponses claires du canton. Une directive cantonale claire nous aurait peut-être été plus utile".

Point positif, en revanche, aux yeux de Tosca Bizzozzero: les EMS sont nettement mieux préparés maintenant pour faire face à une éventuelle deuxième vague. "Nous avons beaucoup appris de la première vague et avons tiré des leçons. Nous sommes très réactifs: au moindre symptôme, on dépiste et on isole en attendant le résultat, afin d’étouffer les foyers émergents dès le début".

>> L'interview de Tosca Bizzozzero dans l’émission Forum:

Les EMS déplorent l'absence d'un plan national unifié pour lutter contre le coronavirus [RTS]
Les EMS déplorent l'absence d'un plan national unifié pour lutter contre le coronavirus / Forum (vidéo) / 6 min. / le 10 août 2020

17h40

Le Valais renforce ses contrôles sanitaires

Le Valais renforce les contrôles sanitaires liés au Covid-19 auprès des entreprises, des établissements publics et des organisateurs de manifestations. Le Service de protection des travailleurs et des relations du travail (SPT), en charge de ces vérifications, peut désormais compter sur l'aide des polices municipales.

"Cette aide est la bienvenue. Nous allons pouvoir monter en puissance face à des laisser-aller notamment dans les métiers du service", indique lundi le chef du SPT Nicolas Bolli. Avec la reprise progressive des activités en avril, son service avec l'aide d'inspecteurs de la SUVA, s'est assuré que les mesures de protection édictées par la Confédération soient appliquées sur le territoire valaisan.

En juillet, le Secrétariat d'Etat à l'économie et l'Office fédéral de la santé publique, l'un inquiet de conditionnements alimentaires non conformes, et l'autre d'une recrudescence de cas, avaient appelé les gouvernements cantonaux à renforcer leurs contrôles pour éviter une nouvelle vague, détaille le SPT. Lundi, le Valais a donc annoncé avoir établi un plan pour répondre à ces exigences.

13h42

Vers une rentrée scolaire normale au Tessin

Le gouvernement tessinois envisage trois scénarios en vue de la rentrée scolaire le 31 août: une reprise normale, un enseignement hybride en classe et à domicile ou un enseignement à distance. Mais le Conseil d'Etat a exprimé sa préférence pour le premier, lundi à Bellinzone.

Le scénario privilégié concernerait tous les degrés, de l’école enfantine aux lycées, a précisé le directeur du Département de l’Instruction publique Manuele Bertoli.

Port du masque selon les circonstances

Le département de l’Instruction publique a élaboré des plans de protection envoyés à toutes les écoles cantonales et communales tessinoises qui indiquent les mesures à adopter: hygiène, distanciation, comportement en cas d’apparition de symptômes, gestion des espaces communs.

Manuele Bertoli a précisé que le masque est déconseillé pour les jeunes élèves des écoles enfantines et primaires, et qu'il est facultatif pour ceux des écoles secondaires et des lycées. Le port pourrait cependant y devenir obligatoire dans certaines situations particulières (espaces communs là où la distance d’un mètre et demi ne peut être garantie).

12h29

Un peu plus de 100 nouveaux cas comptabilisés

La Suisse compte 105 nouveaux cas de coronavirus lundi, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Aucun décès supplémentaire n'est à déplorer, mais deux nouvelles hospitalisations sont signalées.

Le nombre de décès se monte à 1712. Et 4381 personnes ont dû être hospitalisées depuis le début de la pandémie.

La Suisse comptait 152 cas supplémentaires dimanche. Elle était auparavant repassée sous la barre des 100 cas (66) au début de la semaine dernière. Dès le mardi et pour le reste de la semaine, ce seuil a été nettement franchi.

Près de 850'000 tests déjà effectués

Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 1038, indique le bulletin d'information quotidien de l'OFSP. Pour 100'000 habitants, le taux d'incidence est de 12,1. Depuis le début de la pandémie, 36'708 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 842'509 tests effectués.

La Suisse dénombre désormais 1301 personnes en isolement. 4071 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 13'856 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

11h50

Taux de chômage stable en juillet

Le taux de chômage est resté inchangé à 3,2% en juillet comparé au mois précédent, marquant une pause après avoir progressé depuis le début de l'année. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) ne table pas sur une vague de licenciements à l'automne.

Le niveau enregistré en juillet et conforme aux prévisions des économistes interrogés par AWP, qui anticipaient un taux de sans-emploi entre 3,1% et 3,4%.

Remontée jusqu'en mai

Après avoir atteint 2,3% en moyenne l'année dernière, le taux de chômage s'était établi à 2,5% en février avant de monter progressivement jusqu'à 3,4% en mai en raison des répercussions économiques du coronavirus.

En chiffres absolus, le chômage a augmenté sur un an de 51'292 personnes à 148'870 chômeurs inscrits en juillet, a détaillé le Seco lundi dans un communiqué. Chez les jeunes de 15 à 24 ans, il a crû de 7066 personnes à 17'895 sans-emploi.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Boris Zürcher (SECO). [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
En juillet, le taux de chômage en Suisse est resté stable à 3,2% / Le 12h30 / 2 min. / le 10 août 2020

11h00

Appel à tirer les leçons de la crise sanitaire à l'école

Les syndicats d'enseignants appellent lundi à tirer les leçons de la crise du coronavirus. L'année scolaire passée a été très particulière en raison du Covid-19, ont souligné le Syndicat des enseignants romands (SER) et son homologue alémanique Dachverband Lehrerinnen und Lehrer Schweiz (LCH) lors d'une conférence de presse à Berne.

Avec l'enseignement à distance du printemps, l'écart de performance s'est encore creusé entre les élèves "favorisés" et ceux qui le sont moins sur le plan éducatif, notent les deux organisations faîtières. Ces dernières appellent en conséquence à mettre l'accent, lors de l'année 2020/20221, sur les élèves pour lesquels des lacunes dans les apprentissages sont apparues pendant le confinement.

Compte tenu des mesures d'hygiène et de protection toujours en vigueur, la crise du coronavirus a également montré à quel point les écoles ont besoin d'un système de gestion de la santé au travail.

Dans ce sens, le SER et LCH demandent la mise en place d'une formation de responsables de la protection de la santé et l'introduction de tels postes dans les écoles.

>> Lire aussi: Plaidoyer pour une école forte et sûre à l'heure de la rentrée et du Covid-19

>> Jour de rentrée pour les élèves du canton de Berne, reportage dans le 12h45:

Jour de rentrée pour les élèves du canton de Berne, premiers Romands à retourner sur les bancs de l'école. [RTS]
Jour de rentrée pour les élèves du canton de Berne, premiers Romands à retourner sur les bancs de l'école. / 12h45 / 1 min. / le 10 août 2020

10h30

Pas de vague de faillites suite à la pandémie

Les mesures prises pour éviter une vague de faillites d'entreprises en Suisse dans le sillage du coronavirus semblent avoir prouvé leur efficacité. Entre mars et juillet, le nombre de sociétés ayant mis la clé sous la porte a reculé d'un cinquième (-21%) par rapport à la même période de 2019, selon une étude du Centre d'études conjoncturelles KOF et du bureau de conseil Bisnode B&D.

Dans l'artisanat et le bâtiment, les cas de faillites ont même connu une contraction de 32% en moyenne, selon les indications fournies lundi par les auteurs de l'étude.

Ces derniers ne peignent cependant pas un tableau idyllique de la situation économique, soulignant que la récession est "manifeste" dans toutes les régions.

Les disparités cantonales s'avèrent importantes. Le nombre de faillites a ainsi reculé de moitié au Tessin mais n'a diminué que de 10% en Suisse centrale, précise le communiqué. Les statistiques montrent par ailleurs une recrudescence des cas en Valais, entre juin et juillet, mais sans hausse significative.

08h25

Comment les entreprises gèrent les employés de retour de pays à risque

Depuis samedi, les voyageurs en provenance d’Espagne doivent se soumettre à une quarantaine de dix jours à leur arrivée en Suisse. Les entreprises vont donc devoir gérer le retour des employés empêchés de reprendre leur travail.

Mais les secteurs qui ne peuvent pas miser sur le télétravail - comme celui de la construction par exemple - restent pourtant plutôt sereins face à l'adversité.

C'est notamment parce qu'ils emploient beaucoup moins d'ouvriers espagnols que portugais. Et les entreprises se disent prêtes à faire appel à des temporaires pour remplacer ceux qui seront confinés.

>> Les explications de Sandrine Hochstrasser dans La Matinale:

Beaucoup des voyageurs concernés ne se mettent pas en quarantaine à leur retour en Suisse. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Comment les entreprises gèrent les employés de retour de pays à risque / La Matinale / 2 min. / le 10 août 2020

Les employés placés en quarantaine auront droit aux allocations pour perte de gains. Mais ils ne toucheront peut-être que 80% de leur salaire, les employeurs n'étant pas unanimes sur la question.

Dans la situation actuelle, le syndicat Unia appelle cependant les patrons à faire un geste, pour la prospérité du pays.

08h10

Un concept de protection demandé pour les EMS

Le médecin gériatre Andreas Stuck, président de la Société suisse de gériatrie, demande qu'un concept de protection national soit mis en place pour les maisons de retraite. Le taux de mortalité dans ces établissements est particulièrement élevé.

La pandémie de Covid-19 est loin d'être terminée mais il faut dès à présent tirer les leçons de la crise, relève Andreas Stuck dans une interview publiée lundi dans les journaux alémaniques de Tamedia. Jusqu'à présent, il n'a pas été possible de protéger suffisamment les personnes âgées, indique-t-il.

Tenter de garder le virus à l'extérieur des établissements

Les EMS ont besoin d'un concept de protection particulier. Il est en premier lieu important de s'assurer que le virus ne soit pas introduit dans les établissements et que les pensionnaires infectés ne contaminent pas les autres résidents et le personnel, explique le médecin.

Le concept doit reposer sur trois axes. Il s'agit d'une part de clarifier quel matériel de protection est disponible et comment le personnel est formé à sa manipulation. Deuxièmement, il faut régler la question des visites et, finalement, il doit y avoir des locaux pour l'isolement, détaille Andreas Stuck.

08h00

Comment la cabane Britannia réussit mieux qu'avant avec le Covid-19

A un peu plus de 3000 mètres, juste au-dessus de Saas-Fee en Valais, la cabane Britannia vit une période extraordinaire et inattendue avec la crise sanitaire.

Elle a dû passer de 115 à 60 lits, mais a pourtant vu son chiffre d'affaires augmenter sensiblement en juillet. Du jamais vu!

>> L'interview de Dario Andenmatten, gérant de la cabane Britannia:

La cabane Britannia, au-dessus de Saas-Fee. [CAS]CAS
La success story de la cabane valaisanne Britannia grâce à la pandémie / La Matinale / 1 min. / le 10 août 2020

Première femme à la tête du Club Alpin Suisse en plus de 150 ans d'histoire, Françoise Jaquet en est la présidente depuis 2013. Il s'agissait alors d'une petite révolution pour le plus grand club sportif de Suisse, qui n’a adopté la mixité qu'en 1978.

Invitée de La Matinale, elle revient sur cette année très particulière pour les activités en montagne.

>> L'interview de Françoise Jaquet:

L'invitée de La Matinale (vidéo) - Françoise Jaquet, présidente du Club Alpin Suisse [RTS]
L'invitée de La Matinale (vidéo) - Françoise Jaquet, présidente du Club Alpin Suisse / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 11 min. / le 10 août 2020

07h45

A quand des tests salivaires, moins invasifs et plus rapides?

Face à la recrudescence des cas, le mot d'ordre des autorités est de tester massivement et systématiquement dès les premiers symptômes du coronavirus. Mais la seule technique disponible actuellement est le frotti nasopharyngé.

En France, des test plus rapides sont cependant actuellement en cours de validation. Sept de ces tests rapides seraient également actuellement en cours d'évaluation en Suisse. Ils pourraient être proposés systématiquement aux voyageurs revenant d'une zone à risque.

>> Les explications de Sophie Iselin dans La Matinale:

L'efficacité des tests salivaires est loin d'être démontrée. [Channi Anand - AP/Keystone]Channi Anand - AP/Keystone
Pourquoi il est urgent de disposer de tests salivaires rapides du Covid-19 / La Matinale / 1 min. / le 10 août 2020

07h37

Le PLR veut un état-major de crise fédéral

Dans un papier de position relayé dimanche par la NZZ am Sonntag, le PLR réclame la création d'un centre de coordination de crise permanent au niveau fédéral. Il réunirait, au côté de politiques, des experts scientifiques et économiques.

Pour le vice-président du PLR Philippe Nantermod, la gestion de ces dernières semaines, notamment par les cantons, prouve l'importance de créer une telle entité.

>> L'interview de Philippe Nantermod dans La Matinale:

Philippe Nantermod. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Etat-major de crise fédéral: interview de Philippe Nantermod / La Matinale / 1 min. / le 10 août 2020

07h25

Le port du masque s'invite de plus en plus dans les publicités

La pandémie est un coche à ne pas rater pour les publicitaires. Dernier exemple en date, une grande enseigne de fast-food met en scène des jeunes qui se donnent rendez-vous pour manger un hamburger, tous munis d'un masque sur le visage.

Les marques s'adaptent à ce que vivent les consommateurs. Car, comme leurs clients, elles sont dépendantes de la crise sanitaire, de son évolution et des changements de vie qu'elle implique. Les enseignes n'ont donc pas d'autre choix que d'intégrer le port du masque dans leur communication.

>> Les explications de Natacha Van Cutsem dan La Matinale:

Les publicitaires s'adaptent à ce que vivent les consommateurs. [Gabriel Bouys - AFP]Gabriel Bouys - AFP
Le port du masque s'invite de plus en plus dans les publicités / La Matinale / 1 min. / le 10 août 2020

07h15

Des patrouilles pour vérifier la quarantaine

A Genève, à la fin de la semaine passée, quelque 2000 personnes étaient placées en quarantaine à domicile. Afin de s'assurer qu'elles appliquent bien la mesure après un retour de pays à risque, les autorités sanitaires peuvent faire appel à la police.

Tous les jours depuis le début de la semaine passée, ce sont 2 à 5 visites à domicile qui sont ainsi exécutées. Le but est de contrôler le respect des consignes de quarantaine

Des patrouilles veillent au respect des quarantaines à Genève [RTS]
Des patrouilles veillent au respect des quarantaines à Genève / 19h30 / 2 min. / le 9 août 2020

07h00

Distanciation parfois difficile sur les plages

La vague de chaleur pousse les Suisses vers les plages et autres piscines. Au risque parfois d'être trop nombreux pour respecter les mesures de distanciation. Reportage sur les bords du lac de Neuchâtel.

La canicule pousse les vacanciers à enfreindre la distanciation sociale. [RTS]
La canicule pousse les vacanciers à enfreindre la distanciation sociale. / 19h30 / 1 min. / le 9 août 2020

>> La réaction du conseiller d'Etat Alain Ribaux

Les précisions du conseiller d'État neuchâtelois Alain Ribeaud. [RTS]
Les précisions du conseiller d'État neuchâtelois Alain Ribeaud. / 19h30 / 2 min. / le 9 août 2020

06h45

Les nerfs sont à vif, selon Alain Berset

L'état d'esprit de la population suisse a changé depuis le début de la crise du nouveau coronavirus, estime Alain Berset dans la presse dominicale. La fatigue et l'irritabilité augmentent, alors qu'une fin de la pandémie n'est pas en vue.

Au pic de la crise en mars et en avril, on observait une phase d'unité, souligne le ministre de la Santé dans une interview à la NZZ am Sonntag. La cohésion était impressionnante. Ensuite, les débats ont repris, ce qui est important dans une démocratie. Mais on sent aujourd'hui que les nerfs sont à vif. Il faudrait peu de choses pour que les gens s'énervent, souligne le Fribourgeois.

"Nous avons la situation en main"

"Nous avions en mars 1500 tests positifs par jour alors que nous testions uniquement les personnes présentant de forts symptômes, les personnes à risque avec de faibles symptômes, ainsi que le personnel médical avec symptômes. Le nombre réel de cas était donc beaucoup plus élevé. Aujourd'hui, nous testons toute personne présentant un symptôme, même léger" et le nombre de cas est de 150 à 200 par jour. "Je dirais que nous avons la situation en main", estime encore Alain Berset.

>> Lire: Les Suisses ont "les nerfs à vif" face à la pandémie, dit Alain Berset

06h30

152 nouveaux cas dénombrés dimanche

La Suisse compte 152 nouveaux cas de coronavirus dimanche, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Aucun décès supplémentaire n'est à déplorer, mais cinq nouvelles hospitalisations sont signalées.

La Suisse comptait 182 cas de plus samedi. Elle était auparavant repassée lundi dernier sous la barre des 100 cas (66). Dès mardi et pour le reste de la semaine, ce seuil a été nettement franchi. Le nombre de décès se monte à 1712.

>> Lire aussi: Le coronavirus en chiffres et en cartes

Au total, 4379 personnes ont dû être hospitalisées depuis le début de la pandémie. Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 1013, indique le bulletin d'information quotidien de l'OFSP. Pour 100'000 habitants, le taux d'incidence est de 11,8.

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus