Modifié

Les Suisses ont "les nerfs à vif" face à la pandémie, dit Alain Berset

Il faudrait peu de choses pour que les gens s'énervent, estime Alain Berset. [Anthony Anex - Keystone]
Les Suisses ont "les nerfs à vif" face à la pandémie, dit Alain Berset / Le Journal horaire / 25 sec. / le 9 août 2020
L'état d'esprit de la population suisse a changé depuis le début de la crise du nouveau coronavirus, estime Alain Berset dans la presse dominicale. La fatigue et l'irritabilité augmentent, alors qu'une fin de la pandémie n'est pas en vue.

Au pic de la crise en mars et en avril, on observait une phase d'unité, souligne le ministre de la Santé dans une interview à la NZZ am Sonntag. La cohésion était impressionnante. Ensuite, les débats ont repris, ce qui est important dans une démocratie. Mais on sent aujourd'hui que les nerfs sont à vif. Il faudrait peu de choses pour que les gens s'énervent, souligne le Fribourgeois.

Critiques dues au stress?

Le conseiller fédéral explique les récentes critiques faites à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), notamment en raison de la publication de données erronées sur les sources d'infection, par le niveau élevé de stress.

"Peut-être que cela traduit la frustration générale face au virus. On n'en peut plus et c'est compréhensible! On aimerait qu'il disparaisse de notre réalité. Malheureusement, ce n'est pas le cas", relève-t-il dans Le Matin Dimanche.

Pas de conséquences sanitaires

La publication de données erronées "montre simplement que celles et ceux qui gèrent cette pandémie sont des humains, pas des machines", poursuit le ministre de la Santé en réitérant des propos qu'il avait déjà formulés dans une interview à la RTS.

>> Lire: Alain Berset défend l'OFSP mis sous pression après son récent couac

"L'OFSP a très vite identifié le problème. La faute a été corrigée, puis l'office a communiqué en toute transparence et s'est excusé. Dans ces conditions, perdre la confiance de la population serait exagéré, d'autant plus qu'à ma connaissance cela n'a eu aucune conséquence en termes de politique sanitaire."

Selon le socialiste, la Suisse a beaucoup appris durant la pandémie. "Nous avons vécu une première vague assez forte, mais qui n'a pas débordé notre système hospitalier", a-t-il relevé.

"Nous avons la situation en main"

"Nous avions en mars 1500 tests positifs par jour alors que nous testions uniquement les personnes présentant de forts symptômes, les personnes à risque avec de faibles symptômes, ainsi que le personnel médical avec symptômes. Le nombre réel de cas était donc beaucoup plus élevé. Aujourd'hui, nous testons toute personne présentant un symptôme, même léger" et le nombre de cas est de 150 à 200 par jour. "Je dirais que nous avons la situation en main", estime encore Alain Berset.

>> Lire: Les nouveaux cas de coronavirus dépistés se montent à 182 samedi en Suisse et La Suisse a enregistré dimanche 152 cas supplémentaires de Covid-19

Quant au port du masque, qui n'était dans un premier temps pas recommandé, le ministre de la santé insiste sur le fait que le Conseil fédéral a établi ses recommandations en s'appuyant sur les avis de spécialistes et des organisations internationales "et non pas parce que nous manquions de masques, comme certains l'ont affirmé".

ats/oang

Publié Modifié