Modifié

Berne enquête sur de possibles cas de fraude aux crédits "Covid-19"

La Confédération manque d'indications sur le montant de revenu imposable résultant des avoirs découverts (image d'illustration). [Gaëtan Bally - Keystone]
Quelque 80 entreprises soupçonnées d'avoir triché pour obtenir les prêts garantis par la Confédération / Le 12h30 / 1 min. / le 19 mai 2020
Quelque 80 cas de fraudes potentielles sont en cours de vérification dans le cadre du programme de prêts "Covid-19" garantis par la Confédération. Ils se voulaient rapides et peu bureaucratiques, mais le gouvernement avait averti qu'il y aurait des contrôles a posteriori.

Plusieurs demandes de prêts alors qu'un seul n'est autorisé, un chiffre d'affaires revu à la hausse pour obtenir un prêt plus élevé ou de l'argent utilisé pour de nouveaux investissements alors que seuls les remplacements sont autorisés avec le crédit garanti par la Confédération: certaines entreprises ont-elles tenté de profiter de la crise liée à la pandémie de coronavirus pour se faire de l'argent sur le dos de l'Etat?

Pas de plainte pénale en l'état

Au total, 80 d'entre elles, en tout cas, sont en train d'être contrôlées ou l'ont déjà été. Pour dix entreprises, cela a déjà permis d'écarter certains soupçons. Pour les autres, les contrôles sont en cours mais aucun cas d'abus n'a débouché pour l'instant sur une plainte pénale.

Sur un total de presque 123'000 crédits accordés, les 80 soupçons de fraude représentent une proportion extrêmement basse. Mais ce n'est qu'un début: les premiers prêts ont été accordés il y a moins de deux mois et les chiffres rentrent donc peu à peu.

En les publiant, la Confédération lance un message clair: elle a agi aussi vite que possible pour accorder ces prêts, mais elle ira aussi lentement que nécessaire pour jouer au shérif et traquer les abus, dans le but de dissuader les entreprises tentées de frauder.

Muriel Ballaman/oang

Publié Modifié