Les Chambres fédérales mettent fin à la session de printemps à cause du Covid-19. [Photomontage - Keystone]
Publié Modifié

La Suisse en état de "situation extraordinaire" jusqu'au 19 avril

- Le Conseil fédéral a décrété lundi l'état de nécessité en Suisse en raison du coronavirus. Invoquant une "situation extraordinaire", l'exécutif a décidé de prendre de nouvelles mesures valables pour tous les cantons.

- Les restaurants, les bars, les commerces non essentiels ainsi que les lieux de loisirs et de divertissement vont ainsi rester fermés jusqu'au 19 avril au moins. Le Conseil fédéral a aussi assuré que l'approvisionnement de l’ensemble de la population en denrées alimentaires était assuré, que les magasins d'alimentation et les pharmacies restaient ouverts.

- Les contrôles aux frontières avec l’Allemagne, la France et l’Autriche vont être introduits à minuit, comme c'était déjà le cas avec l'Italie.

- Le Conseil fédéral met jusqu’à 8000 militaires au service du système de santé, de la logistique et de la sécurité jusqu'à fin juin. Du jamais vu depuis la 2e Guerre mondiale.

- Un premier décès a été enregistré lundi dans les cantons de Zurich et de Berne. Il s'agit d'un homme de 88 ans déjà malade. Deux autres décès ont été annoncés dans le canton de Genève et trois autres dans celui de Bâle-Ville. L'OFSP estime à 2300 le nombre de cas positifs. Au total, une vingtaine de personnes ont péri jusqu'ici.

- La troisième semaine de la session de printemps des Chambres fédérales est annulée en raison de la pandémie de coronavirus, a indiqué le Parlement sur Twitter.

Suivi assuré par la rédaction de RTSinfo

20h30

Le résumé des principales mesures

 - Le Conseil fédéral augmente le niveau d'alerte et peut dorénavant prendre des décisions sans consulter les cantons.

Le Conseil fédéral décrète des mesures exceptionnelles face au coronavirus. [RTS]
Le Conseil fédéral décrète des mesures exceptionnelles face au coronavirus. / 19h30 / 2 min. / le 16 mars 2020

 - Jusqu'à 8000 soldats mis à disposition, une mobilisation jamais vue depuis 1939.

L'armée appelée à la rescousse: l'avis d'Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse. [RTS]
L'armée appelée à la rescousse: l'avis d'Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse. / 19h30 / 3 min. / le 16 mars 2020

>> Quels lieux ferment, lesquels restent ouverts? L'ordonnance détaillée du Conseil fédéral.

20h20

Seulement 500 élèves vaudois dans les structures d'accueil

Dans les écoles, dont la fermeture avait été décidée vendredi dernier, 500 petits Vaudois bénéficient pour le moment d'un service d'accueil. C'est relativement peu dans un canton qui compte 92'000 élèves au cycle obligatoire.

Les bénéficiaires sont surtout les écoliers entre la 1ère et la 6e année, soit jusqu'à 10 ans. Les enfants pris en charge sont entre 5 et 8 par classe.

"Les parents ont pris leurs responsabilités", note la conseillère d'Etat Cesla Amarelle, en charge de la formation et de la jeunesse. Contactée par Keystone-ATS, elle explique que le canton tablait plutôt sur une prise en charge de 2000 élèves.

>> Le reportage du 19h30 sur le premier jour de fermeture des écoles:

Ecoliers et enseignants vivent leur premier jour de fermeture des écoles. [RTS]
Ecoliers et enseignants vivent leur premier jour de fermeture des écoles. / 19h30 / 2 min. / le 16 mars 2020

>> Voir aussi le reportage du 19h30 sur la mise à l'écart des grands-parents dans la garde des petits-enfants:

Les écoles fermées poussent les parents à garder leurs enfants à la maison, loin des grands-parents vulnérables. [RTS]
Les écoles fermées poussent les parents à garder leurs enfants à la maison, loin des grands-parents vulnérables. / 19h30 / 2 min. / le 16 mars 2020

19h30

Salaires garantis, assure Alain Berset

Après l'annonce de la fermeture des lieux publics non essentiels, les commerçants sont inquiets. Pour certains, cesser entièrement leur activité semble d'ores et déjà inéluctable.

>> Le reportage du 19h30:

Vertige et désarroi après la décision de fermer les commerces non essentiels. [RTS]
Vertige et désarroi après la décision de fermer les commerces non essentiels. / 19h30 / 2 min. / le 16 mars 2020

Face aux nouvelles mesures, l'Union syndicale suisse (USS) demande une nouvelle fois que les salaires soient garantis et les emplois maintenus.

Et cela "doit aussi valoir pour les personnes auxquelles le chômage partiel ne s’applique pas", estime l'USS, soit celles avec des contrats à durée déterminée et celles qui sont payées à l’heure. L'Union syndicale demande également qu'il n'y ait pas de licenciement par le biais du chômage partiel.

Avec cet instrument, la Confédération dispose d’un moyen "extrêmement fort" pour que les salaires continuent d’être versés lorsqu’une entreprise voit son chiffre d’affaires s’effondrer et pour protéger ainsi en bonne partie les liquidités des entreprises, estime l'USS.

>> Le débat dans Forum:

Le grand débat - Libérer les travailleurs, oui, mais lesquels? [RTS]RTS
Le grand débat - Libérer les travailleurs, oui, mais lesquels? / Forum / 16 min. / le 16 mars 2020

"Nous avons conscience des conséquences graves de cette situation pour la plupart des commerçants", explique lundi le conseiller fédéral Alain Berset dans le 19h30. "Le Conseil fédéral a décidé que les personnes à risque qui travaillent doivent rester à la maison et peuvent compter sur un salaire qui va suivre. Nous serons là au moment où il faut accompagner les conséquences économiques."

>> L'interview d'Alain Berset dans le 19h30:

Alain Berset explique les mesures liées à l'état d'urgence. [RTS]
Alain Berset explique les mesures liées à l'état d'urgence. / 19h30 / 4 min. / le 16 mars 2020

19h25

Premier décès dans le canton de Berne

Le canton de Berne a enregistré son premier décès lié au coronavirus. Le gouvernement n'a pas donné d'informations sur l'âge de la victime.

Le canton va lancer la semaine prochaine un vaste programme de tests de dépistage pour mieux cerner l'épidémie de coronavirus, a annoncé le conseiller d'Etat Pierre Alain Schnegg. Ce premier centre sera ouvert dans la ville de Berne.

"La situation dans les hôpitaux est sous contrôle", a-t-il souligné. Une quinzaine de personnes sont hospitalisées, dont cinq aux soins intensifs. Mais ces chiffres évoluent d'heure en heure, a souligné Pierre Alain Schnegg.

18h15

Transports publics réduits

A partir du jeudi 19 mars, les trains internationaux ne circuleront que jusqu'aux gares frontières, annoncent les CFF sur leur site internet. Il faut s'attendre à des retards et des suppressions de liaisons.

L'offre touristique est supprimée chez CarPostal. Les chauffeurs n'encaissent plus et les voyageurs doivent monter dans le bus par les portes à l'arrière.

A Fribourg, l'horaire hors scolaire, prévu durant les vacances scolaires de Pâques, est anticipé et appliqué à l’ensemble du réseau de bus (TPF). Les lignes de bus de nuit seront par ailleurs supprimées dès vendredi.

A Neuchâtel, TransN circulera quotidiennement dès mardi selon l'horaire du samedi sur la plupart de ses lignes. Les bus nocturnes sont également supprimés. Dans un communiqué, sa direction rappelle en outre l'interdiction d'entrer dans les bus par la porte avant.

18h00

Pas de dépistage systématique

La Suisse continuera de dépister de manière ciblée. Les tests seront néanmoins progressivement étendus aux personnes présentant des symptômes plus faibles.

Environ 2000 personnes ont accès à un test chaque jour, précise encore Daniel Koch, chef de la division Maladies transmissibles.

"Actuellement, 1680 cas ont été confirmés, 167 sont encore en cours d'analyse après un premier résultat positif. Environ 480 déclarations n'ont pas encore été saisies", a écrit lundi soir l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). L'OFSP estime donc le nombre de cas à plus de 2300.

>> L'interview du conseiller fédéral Alain Berset dans Forum:

Alain Berset. [Peter Schneider - Keystone]Peter Schneider - Keystone
Le Conseil Fédéral déclare la Suisse en état d’urgence: interview d’Alain Berset / Forum / 13 min. / le 16 mars 2020

>> L'avis du virologue Didier Trono sur les stratégies de dépistage:

L'avis du virologue Didier Trono sur les stratégies de dépistage. [RTS]
L'avis du virologue Didier Trono sur les stratégies de dépistage. / 19h30 / 1 min. / le 16 mars 2020

17h40

Dix patients aux soins intensifs à Genève, deux nouveaux décès

Au total, 55 personnes testées positives au coronavirus se trouvent aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), dont dix aux soins intensifs. Sept patients sont placés sous assistance respiratoire.

Le coronavirus a fait deux nouvelles victimes dans le canton, deux personnes âgées qui sont décédées aux HUG. Cela porte à trois le nombre de victimes à Genève.

Environ 90 personnes ont été testées positives samedi et le même nombre dimanche, a indiqué lundi devant les médias le médecin cantonal Jacques-André Romand.

L'Office fédéral de la santé publique n'a pour l'heure pas annoncé le nombre de cas au niveau suisse.

17h15

L'armée mobilisée

Le Conseil fédéral estime que les autorités civiles vont avoir nettement plus besoin de l’armée ces prochains jours et semaines. Il prévoit de mettre jusqu’à 8000 militaires au service du système de santé, de la logistique et de la sécurité jusqu'à fin juin.

S’agissant du soutien aux services de santé, les 3000 militaires disponibles vont immédiatement être mis à disposition.

"Il n'y a pas eu de mobilisation de l'armée d'une telle ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale", a précisé la ministre de la Défense devant la presse. "Mais c'est nécessaire", a-t-elle assuré.

L’ampleur du recours à l’armée dépendra de l’évolution de la situation et des demandes des autorités compétentes. Les troupes en service régulier seront les premières à être mobilisées.

>> La déclaration de Viola Amherd:

CORONA_amherd [RTS]
Viola Amherd: "Il n'y a pas eu de mobilisation de l'armée d'une telle ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale" / L'actu en vidéo / 1 min. / le 16 mars 2020

>> La réaction dans le 19h30 d'Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse:

L'armée appelée à la rescousse: l'avis d'Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse. [RTS]
L'armée appelée à la rescousse: l'avis d'Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse. / 19h30 / 3 min. / le 16 mars 2020

17h10

Contrôles aux frontières dès minuit

Le Conseil fédéral va établir aussi dès minuit des contrôles aux frontières allemandes, françaises et autrichiennes et va interdire partiellement l’entrée sur le sol helvétique. Vendredi, il avait déjà mis en place les contrôles prévus dans l’accord de Schengen pour les personnes en provenance de l’Italie.

Depuis ces quatre pays, l’entrée sur le territoire helvétique n’est plus possible que pour les citoyens suisses, les personnes ayant un permis de séjour en Suisse ainsi que pour les personnes qui doivent voyager en Suisse pour des raisons professionnelles. Le transit et le transport de marchandises restent autorisés.

>> La déclaration de Karin Keller-Sutter:

CORONA_KKS [RTS]
La déclaration de Karin Keller-Sutter / L'actu en vidéo / 1 min. / le 16 mars 2020

17h05

L'approvisionnement alimentaire est assuré

L’approvisionnement de l’ensemble de la population en denrées alimentaires, en médicaments et en biens de consommation courante est assuré et les stocks sont suffisants, assure le Conseil fédéral.

Les magasins d’alimentation, les cantines d’entreprises, les services de petite restauration à l’emporter et de livraison de repas ainsi que les pharmacies restent ouverts, de même que les stations-service, les gares, les banques, les offices de poste, les hôtels, les administrations publiques et les services du domaine social.

Les entreprises de moyens de transport ne doivent pas non plus fermer leurs portes.

17h02

Restaurants et magasins non essentiels fermés dans tout le pays

Selon les nouvelles décisions du Conseil fédéral, tous les magasins, restaurants, bars et établissements de divertissements et de loisirs sont fermés jusqu’au 19 avril 2020, à l’exception notamment des magasins d’alimentation et des établissements de santé.

"Il n'y a pas d'alternative, il faut appliquer ces mesures", a déclaré le ministre de la Santé Alain Berset devant la presse.

>> La déclaration d'Alain Berset:

CORONA_BERSET [RTS]
Alain Berset: "Il n'y a pas d'alternative, il faut appliquer ces mesures" / L'actu en vidéo / 3 min. / le 16 mars 2020

Toutes les manifestations publiques ou privées sont interdites dès lundi à minuit. Tous les magasins, marchés, restaurants, bars, établissements de divertissements et de loisirs tels que les musées, les bibliothèques, les cinémas, les salles de concert, les théâtres, les centres sportifs, les piscines et les domaines skiables sont fermés.

Doivent également fermer leurs portes les établissements dont les prestations impliquent un contact rapproché avec les clients, comme les salons de coiffure et autres centres esthétiques.

L’approvisionnement de l’ensemble de la population en denrées alimentaires, en médicaments et en biens de consommation courante est assuré, les stocks sont suffisants. Les magasins d’alimentation restent ouverts.

Le Conseil fédéral indique en outre que les cantons doivent garantir des offres d’accueil pour les enfants qui ne peuvent pas bénéficier d’une solution de garde privée. Les crèches ne peuvent être fermées que s’il existe d’autres offres d’accueil de remplacement adéquates.

17h00

Toute la Suisse en état de nécessité

Le Conseil fédéral a encore renforcé les mesures de protection de la population au cours d’une séance extraordinaire. Il qualifie la situation en Suisse de "situation extraordinaire" au sens de la loi sur les épidémies, ce qui lui permet d’édicter des mesures nationales, c’est-à-dire identiques pour tous les cantons. Il a préalablement informé les cantons de cette nouvelle étape.

Une réaction forte s'impose dans tout le pays, a déclaré la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. C'est le seul moyen de parvenir à surmonter cette crise. Ce n'est pas facile, mais il y a des moyens pour rester proches les uns des autres tout en gardant la distance.

"Prenez les mesures d'hygiène et de distance au sérieux", a-t-elle affirmé. "Nous ne vous laissons pas seuls. Nous ferons tout pour que les personnes gravement malades puissent continuer à être soignées dans notre pays". La présidente a également salué l'entraide dont fait preuve la population.

>> La déclaration de Simonetta Sommaruga:

CORONA_SOMMARUGA(2) [RTS]
Simonetta Sommaruga: "Nous ne vous laissons pas seuls" / L'actu en vidéo / 1 min. / le 16 mars 2020

>> Le sujet de Forum:

La conférence de presse du 16 mars 2020 sur l'état d'urgence déclaré en Suisse. [Anthony Anex - EPA/Keystone]Anthony Anex - EPA/Keystone
L’état d’urgence est déclaré dans toute la Suisse à cause du coronavirus / Forum / 4 min. / le 16 mars 2020

"La Suisse continuera de fonctionner"

Alain Berset a balayé l’idée d’une quarantaine stricte et forcée pour les personnes à risque, qui permettrait aux autres de garder un train de vie normal. Il en a appelé à la responsabilité de plus jeunes notamment.

Simonetta Sommaruga a quant à elle expliqué que "ralentir le pays aujourd’hui" devrait permettre de ne pas cesser toute activité, sans toutefois fermer la porte à l'éventualité d'un shutdown total si cela devait être nécessaire.

>> Etat de nécessité, confinement, quelle différence? Le sujet de Forum:

Die grosse Kammer des Nationalrats fotografiert waehrend der Coronavirus (Covid-19) Pandemie, am Montag, 16. Maerz 2020 im Nationalrat in Bern. Die letzte Woche der der Fruehlingssession der Eidgenoessischen Raete wird wegen des Coronavirus abgesagt. (KEYSTONE/Anthony Anex) [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
"Shutdown" ou confinement, quelle est la différence? / Forum / 2 min. / le 16 mars 2020

16h55

Les sites de commande de produits alimentaires pris d'assaut

Les principaux sites suisses de commande en ligne de produits alimentaires connaissent une grosse affluence, à l'image des magasins physiques.

Le site Coop@home a connu une maintenance pour étendre les capacités du système. Il était à nouveau opérationnel lundi après-midi. "Coop@home reçoit actuellement un trafic supérieur à la moyenne. Les commandes ont augmenté très fortement ces derniers jours", a indiqué une porte-parole du détaillant bâlois.

Plusieurs dates de livraison dans différentes régions sont complètes depuis plusieurs jours, est-il indiqué sur la page d'accueil du site.

Sur le supermarché en ligne de Migros, leShop.ch, il est noté que "la Suisse se trouve actuellement dans une situation exceptionnelle. En raison du nombre élevé de commandes, nous avons mis en place une file d'attente." Lundi après-midi, il fallait patienter environ 50 minutes avant de pouvoir réaliser sa commande en ligne. De plus, tous les créneaux de livraison disponibles sont "temporairement complets jusqu'au 31 mars".

Sur le marché en ligne Farmy.ch, qui propose plus de 12'500 produits, les achats se sont multipliés. "La demande pour les produits frais a presque quadruplé", selon un communiqué publié lundi.

La croissance de la demande entre le 17 février et le 13 mars a ainsi atteint 343% pour les viandes et poissons, 320% pour les fruits et légumes ou encore 306% pour la boulangerie. Les chaînes d'approvisionnement sont "assurées" selon l'entreprise, qui revendique 65% d'articles provenant de Suisse.

16h40

Le point sur la pandémie dans le monde

Alors que le bilan de la pandémie de Covid-19 s'aggrave de façon exponentielle, les Etats sont poussés à confiner toujours plus leurs populations. La question d'une fermeture des frontières se pose désormais partout en Europe.

Au total, 6801 personnes sont officiellement décédées de la maladie Covid-19, pour 168'250 cas recensés dans 142 pays autour du monde, selon le dernier bilan établi par l'afp lundi matin. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'imparfaitement la réalité, les pays ayant des politiques de tests et des critères de comptabilité plus ou moins restrictifs.

Les pays les plus touchés après la Chine sont l'Italie avec 1809 morts pour 24'747 cas, l'Iran avec 724 morts (13'983 cas), l'Espagne avec 288 morts (7753 cas), et la France avec 127 morts (5423 cas).

>> Pour voir la situation pays par pays: Le monde se barricade face à la propagation du nouveau coronavirus

16h30

Examens de conduite suspendus à Fribourg et Neuchâtel

Fribourg et Neuchâtel suspendent les examens de conduite. La prestation ne respecte plus les règles sanitaires édictées par la Confédération et les cantons en raison de la propagation du coronavirus. La mesure est appelée à se généraliser.

"Les cantons ont une marge d'appréciation dans un domaine qui est chapeauté par l'Office fédéral des routes (OFROU)", a indiqué lundi à Keystone-ATS Marc Rossier, directeur de l'Office cantonal de la circulation et la navigation (OCN) à Fribourg. L'offre d’examens pratiques de conduite est ainsi interrompue jusqu'au 1er mai.

A Neuchâtel, le Service cantonal des automobiles et de la navigation (SCAN) a arrêté une mesure similaire. Tout comme à Fribourg, les permis d'élève conducteur qui arrivent bientôt à échéance seront prolongés. Les examens théoriques ne sont en outre possibles que par petits groupes de quatre personnes et sur rendez-vous, note le SCAN.

16h10

Dans un Parlement vide

En attendant la conférence de presse du Conseil fédéral, les services du Parlement diffusent sur Twitter une vidéo du Palais fédéral entièrement vide, alors que la troisième semaine de la session parlementaire a été annulée.

En attendant, jusqu'à 110'000 personnes étaient connectées lundi après-midi sur la chaîne youtube du Conseil fédéral.

16h00

Le Conseil municipal genevois à l'arrêt

Le Conseil municipal de la Ville de Genève a décidé d'annuler toutes les séances plénières et les séances de commissions jusqu’au 31 mars 2020. Une nouvelle communication sera faite le 1 avril en fonction de l'évolution de l'épidémie.

15h50

Le Tour de Romandie annulé

Les organisateurs du Tour de Romandie annoncent la suppression de l'édition 2020 de la Boucle romande, prévue du 28 avril au 3 mai prochains.

Dans la mesure du possible, la configuration de l'édition 2020 sera reprise en 2021, dont l'édition se déroulera du 27 avril au 2 mai. Des contacts en ce sens seront noués ces prochains jours avec les villes-étapes de l'édition 2020, à-savoir Oron, Aigle, Martigny, La Neuveville, Saint-Imier, Estavayer, Sion, Thyon 2000 et Fribourg.

>> Lire aussi: Tour de Romandie

15h40

La séance du Parlement jurassien annulée

Le Parlement jurassien annonce l'annulation de sa prochaine session. Le Bureau du Parlement avait décidé dans un premier temps de maintenir la séance en la délocalisant dans une salle plus grande pour respecter les directives de santé publique.

Mais en raison de l'évolution rapide de la situation, le Bureau du Parlement a reconsidéré sa décision lors d'une séance tenue en vidéoconférence, a annoncé lundi le canton du Jura. La séance du 25 mars est donc est annulée et les objets qui devaient y être traités sont renvoyés à une séance ultérieure.

Le Bureau du Parlement se réunira néanmoins le 25 mars à 09h00 pour recevoir la promesse solennelle de la nouvelle ministre Rosalie Beuret Siess afin de permettre son entrée en fonction ce même jour. La prestation de serment sera diffusée sur internet.

15h25

Le réseau Swisscom surchargé

Une partie des clients du réseau fixe et mobile de Swisscom a vu ses communications interrompues lundi, à cause du recours au télétravail qui a surchargé le système.

Swisscom a enregistré trois fois plus d'appels que d'ordinaire sur son réseau mobile, a indiqué le groupe à Keystone-ATS, revenant sur une information de Nau.ch. Les volumes ont aussi massivement crû. Certains clients privés et commerciaux n'ont plus pu téléphoner normalement.

Les collaborateurs de Swisscom surveillent attentivement les réseaux et prennent des mesures si nécessaire. La situation étant difficilement prévisible, une surcharge ponctuelle du réseau n'est cependant pas exclue, selon le géant bleu.

Le trafic de données sur internet peut également s'interrompre, notamment lorsque les entreprises ne sont pas équipées pour obtenir un accès accru à internet. Cela peut entraîner des goulets d'étranglement.

Swisscom mettra plus de bande passante à la disposition des clients qui le demandent, s'ils en ont les capacités. Le géant bleu accordera toutefois la priorité aux entreprises qui fournissent un service essentiel au niveau national.

Swisscom part actuellement du principe que malgré l'augmentation du nombre de personnes qui travaillent à domicile, l'infrastructure du réseau de données dispose encore d'une capacité suffisante. Le télétravail ne nécessite pas autant de ressources que le streaming TV ou Netflix, par exemple.

15h15

Appel au volontariat chez les médecins genevois

Dans un email envoyé à ses membres ce lundi, l’association des médecins du canton de Genève (AMGe) a lancé un appel au volontariat. Le courrier qu’a pu consulter la RTS relève que la capacité d’accueil des HUG "est encore conséquente", mais que dans "certains établissements hospitaliers, le besoin de médecins généralistes – internistes se fait déjà sentir".

L’AMGe demande à ses membres disponibles d’apporter "leur soutien et leurs compétences aux différents centres (HUG, cliniques privées et centres de prélèvements) engagés contre le coronavirus".

L’association va mettre en place une "bourse aux médecins" qui permettra aux établissements hospitaliers de pouvoir obtenir "des forces vives" qui pourraient venir à manquer.

15h00

Un isolement difficile pour les seniors

Ces derniers jours, on a pu croiser des retraités dans les tea-rooms, les marchés. Les seniors ne vivent en effet pas toujours bien le confinement, confirme Joy Demeulemeester, spécialiste des questions de générations et de santé, membre de la Fédération suisse des patients, interrogée dans le journal de 12h30. S’isoler est toutefois important pour la cohésion intergénérationnelle, insiste-t-elle.

"La Suisse se met au ralenti, et c’est important de dire qu’on le fait pour protéger les plus vulnérables. Parce qu’on tient à eux, parce qu’on les aime", explique Joy Demeulemeester. «Donc, il faut qu’on joue tous le jeu, les plus jeunes, comme les plus âgés, même s’ils sont en super forme. Ils doivent limiter les contacts de la vie quotidienne au maximum."

C’est également une occasion de réinventer les contacts, estime Joy Demeulemeester. "Téléphoner, écrire des cartes postales, il y a plein de moyen d’accompagner les personnes tout en étant seul."

>> L'interview de Joy Demeulemeester dans le 12h30:

Des personnes âgées prennent un café dans un EMS zurichois. [Christian Beutler - Keystone]Christian Beutler - Keystone
Pourquoi certains seniors peinent à se conformer au confinement? / Le 12h30 / 1 min. / le 16 mars 2020

14h45

Plusieurs dossiers importants à l'arrêt au Parlement

L'annulation de la troisième semaine de la session des Chambres fédérales à cause du coronavirus ralentit le processus démocratique. Une série de dossiers importants sont bloqués faute de votation finale ou de compromis et les services du Parlement sont en train d'examiner les conséquences de cet arrêt. Pour l'instant, tous les dossiers de la session de printemps sont "gelés", qu'ils aient été traités ou non.

Sont ainsi notamment en suspens le projet de rente-pont pour les chômeurs en fin de droit, le sort de l'initiative populaire sur les multinationales responsables, le débat sur la loi sur le CO2 ou encore la révision de la loi sur la protection des données.

>> Tour d'horizon complet: Reports et retards: les conséquences de l'arrêt de la session parlementaire

14h30

Appel à ne pas "piller" les magasins

Dans les cantons qui ont décidé de fermer les commerces non essentiels, les magasins alimentaires font partie de l'exception, tout comme les pharmacies, et restent ouverts. Or, la question de leur approvisionnement revient régulièrement dans les inquiétudes de la population.

Coop, Migros, Aldi, Spar, Denner, Manor et Volg prient ainsi leurs clients, dont certains ont "pillé" leurs filiales en fin de semaine dernière, de renoncer à se relancer dans la constitution de réserve de guerre.

"Il n’y a pas de raison de faire plus de réserves que d’habitude", assure Tristan Cerf, porte-parole de Migros, dans le 12h30. "L’acheminement quotidien est assuré, il y a suffisamment de nourriture pour tout le monde, pas de pénurie", ajoute-t-il.

Un dispositif exceptionnel est en place, informe également le porte-parole, pour acheminer les denrées au magasins. Aucune restriction n’est pour l’heure mise en place, même s’il est vrai que Migros ne communique pas sur les différents scénarios envisagés dans le futur.

>> Les précisions de Tristan Cerf dans le 12h30:

Tristan Cerf, porte-parole Migros. [facebook.com/tcerf]facebook.com/tcerf
"Il n'y a pas de pénurie de nourriture", interview de Tristan Cerf, porte-parole de Migros / Le 12h30 / 4 min. / le 16 mars 2020

14h15

Vaud prononce l'état de nécessité

Après une séance extraordinaire, le gouvernement vaudois a décidé de prononcer l'état de nécessité dans le canton pour protéger la population.

Dès mardi à 6h et jusqu’au 30 avril à minuit, toute manifestation et tout rassemblement public sont interdits, les rassemblements privés sont limités à 10 personnes, moyennant le respect strict des directives des autorités sanitaires et tous les commerces sont en principe fermés, à l’exception de ceux essentiels à la population. Et ce y compris dans les parcs publics.

Les services de livraison à domicile, les drive-in, les cantines des entreprises, les cantines sociales, celles des hôpitaux des maisons et des EMS resteront aussi ouverts. Les établissements de vente à l’emporter peuvent pratiquer, mais uniquement cette activité.

En revanche, les cinémas, théâtres, musées, bibliothèques, centres de loisirs, centres de jeunesse, centres sportifs, centres de fitness, piscines, centres de bien-être et autres doivent rester fermés.

Les guichets des administrations cantonales et communales sont en principe fermés. Les visites dans les établissements hospitaliers et dans les EMS, privées ou publiques ne sont pas autorisées.

Les entreprises, institutions privées et administrations communales mettent tout en oeuvre pour éviter l’accès au lieu de travail et sont exhortées à faciliter le télétravail. Elles prennent toutes les mesures nécessaires permettant le respect strict des normes d’hygiène et de distance sociale communiquées par les autorités sanitaires.

>> Lire aussi: Canton par canton, toutes les mesures pour stopper la propagation du Covid-19

14h10

Genève a voulu un "signal clair"

"Les mesures mises en place à Genève sont extrêmement lourdes de conséquences, aussi pour l’économie", a admis le conseiller d'Etat Mauro Poggia dans le 12h30 de la RTS.

Mais aux grands maux, les grands remèdes, préconise le ministre de la Santé. A ses yeux, "si nous ne prenons pas rapidement les bonnes décisions, nous allons compter les victimes dans quelques semaines".

Ainsi, interdire les rassemblements de plus de cinq personnes se veut "un signal clair" adressé aux personnes qui ne mesurent pas la gravité de la situation.

"Nous avons une responsabilité individuelle et collective par rapport à l’ensemble de la population", souligne Mauro Poggia. "Même si nous sommes nous-mêmes épargnés, nous pouvons être les vecteurs de la contamination. Dire cinq personnes, c’est un message clair, même si on ne va pas mettre des policiers derrière chaque personne."

Car, en fin de compte, estime le ministre, il en va de la responsabilité de chacun. Le cas échéant, les personnes contrevenant à ces directives sont amendables.

>> Les précisions de Mauro Poggia dans le 12h30:

Mauro Poggia. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Genève décrète l'état de nécessité: interview de Mauro Poggia, ministre genevois de la Santé / Le 12h30 / 5 min. / le 16 mars 2020

14h05

Les restaurants sous le choc

Dans le Jura et à Neuchâtel, les restaurants doivent désormais garder porte close. Cette mesure annoncée dimanche a surpris les tenanciers par sa rapidité. Il a fallu s'organiser pour sauver les denrées qui pouvaient l'être, soit en congelant soit en les donnant aux employés.

>> Le reportage du 12h45:

Commerces et restaurants sous le choc des fermetures imposées. [RTS]
Commerces et restaurants sous le choc des fermetures imposées. / 12h45 / 2 min. / le 16 mars 2020

>> Les précisions du conseiller d'Etat neuchâtelois dans le 12h45:

La réaction du conseiller d'État neuchâtelois Laurent Kurth. [RTS]
Fermeture des commerces, la réaction du conseiller d'État neuchâtelois Laurent Kurth. / 12h45 / 2 min. / le 16 mars 2020

14h00

TUI Suisse à l'arrêt

Le voyagiste TUI Suisse a suspendu son programme mondial de voyages jusqu'au 27 mars, donnant ainsi suite aux recommandations du Conseil fédéral d'éviter tout déplacement à l'étranger, a annoncé lundi la filiale helvétique du groupe allemand.

Face à une "situation inédite", TUI Suisse travaille au rapatriement des voyageurs dans la Confédération. La plupart d'entre eux peuvent rentrer sur des vols réguliers alors que les autres seront "activement informés" et une solution proposée.

Un peu plus tôt, le groupe de Hanovre avait déjà annoncé la suspension de "la plus grande partie" de ses activités de voyagiste.

13h45

Sous pression, le Conseil fédéral va communiquer

Appelé à prendre des mesures plus strictes et à mener une action centralisée, le Conseil fédéral va à nouveau s'exprimer devant la presse lundi. "Pas avant 15h", selon son porte-parole André Simonazzi.

>> La conférence de presse sera à suivre sur cette page

Le gouvernement va sans doute annoncer de nouvelles mesures après une réunion de crise durant plus de deux heures dimanche.

Le Conseil fédéral doit notamment annoncer s'il suit la même ligne que les sept cantons qui ont déjà décidé jusqu'ici d'appliquer l'état d'urgence et fermer tous les commerces et établissements publics qui ne fournissent pas de services essentiels.

>> Les précisions du 12h30:

La conférence de presse du Conseil fédéral pour annoncer des mesures exceptionnelles de prévention contre le coronavirus. [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
Les appels à des mesures plus strictes du Conseil fédéral se multiplient / Le 12h30 / 1 min. / le 16 mars 2020

La pression est de plus en plus forte, dans le monde politique et au sein de la population, sur les sept Sages pour qu'ils aillent dans ce sens. A ce stade, le Conseil fédéral doit aussi encore consulter les cantons avant de prendre une décision. Et puis, il l'a expliqué à plusieurs reprises, pour qu'une mesure soit efficace, il faut qu'elle soit acceptée par la population et qu'elle arrive aussi au bon moment.

>> Les explications de Rouven Gueissaz dans le 12h45:

Réunion de crise du Conseil fédéral, le décryptage de Rouven Gueissaz. [RTS]
Réunion de crise du Conseil fédéral, le décryptage de Rouven Gueissaz. / 12h45 / 2 min. / le 16 mars 2020

13h25

Cinq cantons ont demandé l'aide de l'armée

Cinq cantons ont jusqu'ici demandé le soutien de l'armée pour lutter contre le coronavirus, à savoir le Tessin, les Grisons, les deux Bâles et Thurgovie, a indiqué le porte-parole de l'armée. Ces requêtes sont en cours d'examen.

Quelque 300 membres du bataillon hôpital 5 de l'armée étaient lundi à disposition des cantons pour lutter contre le coronavirus. Ils seront déployés en fonction des besoins.

Selon le porte-parole, quelque 10% des membres de ce bataillon travaillent au civil dans des établissements médicaux. La direction de l'armée a décidé de les mettre à contribution pour des raisons de formation. Ils peuvent cependant rentrer chez eux si leur employeur a besoin d'eux.

L'armée suisse dispose au total de quatre bataillons hôpital. On ignore encore si d'autres devront être mis à contribution en plus du bataillon 5. Deux douzaines de militaires sont d'ores et déjà engagés au Tessin en raison de la pandémie.

13h05

Les parcs publics fermés à Lugano

La ville de Lugano ferme lundi tous ses parcs publics et places de jeu. La ville de Bellinzone s'y prépare également. Ces mesures visent à réduire les contacts entre les gens.

La police contrôlera si les mesures sont respectées.

Les divers guichets de l'administration de la ville sont également fermés. Les services sont atteignables par mail ou par téléphone.

12h45

Un enseignement difficile à organiser

La fermeture des écoles est un casse-tête pour les parents qui doivent trouver des solutions pour les garder ou, pour ceux qui restent à la maison, pour les occuper.

>> Le reportage du 12h45:

Avec la fermeture des écoles, le casse-tête pour les parents et enseignants. [RTS]
Avec la fermeture des écoles, le casse-tête pour les parents et enseignants. / 12h45 / 2 min. / le 16 mars 2020

Mais comment s'organisent les écoles et les enseignants dans cette situation inédite? Ce matin, une dizaine de maîtres et maîtresses se sont réunis à l'école du Platy de Villars-sur-Glâne (FR).

>> Le 12h30 a assisté à cette séance de crise:

Une classe vide à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Comment s'organisent les enseignants face à la fermeture des classes? Exemple à Villars-sur-Glâne / Le 12h30 / 3 min. / le 16 mars 2020

12h35

Premier décès dans le canton de Zurich

Le canton de Zurich enregistre son premier décès à cause du coronavirus. La victime est un homme de 88 ans. Il souffrait d'autres maladies et était en soins palliatifs.

L'octogénaire est mort dans un home pour personnes âgées de la ville de Zurich, a indiqué lundi le département de la santé du canton de Zurich.

Selon les derniers chiffres, 270 personnes sont infectées par le coronavirus dans le canton.

Ce décès est le quinzième enregistré en Suisse.

12h25

L'hôtellerie romande demande des mesures pour l'emploi

L'hôtellerie romande subit de plein fouet les conséquences économiques liées au coronavirus. Elle demande des mesures pour maintenir les emplois et éviter les faillites et que les services clés de l'Etat passent en mode urgence.

Depuis février, la quasi-totalité des hôtels romands font face à des annulations quotidiennes, a expliqué lundi devant la presse Philippe Thuner, président de l'Association romande des hôteliers (ARH) qui regroupe les cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Jura. Celle-ci représente 220 hôtels et environ 5000 collaborateurs.

12h20

Second tour des municipales genevoises maintenu

Dans le canton de Genève, le second tour des élections municipales aura bien lieu le 5 avril, malgré la mise en place de mesures de lutte contre l'épidémie de coronavirus. Après le premier tour de l'élection aux exécutifs de dimanche, 26 communes sur 45 sont concernées par un deuxième tour.

Pour le Conseil d'Etat, il s'agit de garantir les droits politiques. Un report du second tour engendrerait un travail administratif énorme et retarderait l'entrée en fonction, le 1er juin, des élus, alors que certains exécutifs sont déjà au complet, a expliqué lundi devant les médias le président du gouvernement genevois Antonio Hodgers.

Et de constater que la fin de la campagne a été calme en raison de l'épidémie de coronavirus. En raison des mesures sanitaires, les partis ne tiendront pas de stands. Les débats politiques se poursuivront sur les réseaux sociaux et dans les médias.

>> Lire aussi: La vague verte s'est confirmée lors des élections municipales genevoises

12h10

Pas de session du Grand Conseil fribourgeois en mars

Le Grand Conseil fribourgeois ne tiendra pas sa session de mars, risque de propagation du coronavirus oblige. La décision repousse l'examen de l'assainissement de la Caisse de prévoyance du personnel de l'Etat de Fribourg (CPPEF).

Le contexte est particulier à Fribourg. Le report, annoncé lundi par le Bureau du Grand Conseil et motivé par la nécessité de réduire la propagation de la pandémie, permet au Syndicat des services publics (SSP) d'obtenir le renvoi réclamé ces dernières semaines encore du débat sur la modification de la loi sur la CPPEF, qui occupe le devant de la scène politique cantonale depuis deux ans.

Le SSP, qui n'est plus sur la même longueur d'onde que la Fédération du personnel de l'Etat de Fribourg (FEDE), a encore organisé une journée d'actions et de grève le 4 mars, qui a réuni selon lui plus de 2000 employés de la fonction publique. Il en prévoyait une autre le 18 mars, mais a dû l'annuler dimanche dans le contexte de la crise sanitaire du coronavirus.

11h55

Etat de situation extraordinaire en Valais

Le Conseil d'Etat valaisan décrète l'état de situation extraordinaire pour l'ensemble du territoire cantonal jusqu'à nouvel ordre, a-t-il communiqué lundi en fin de matinée. Il renforce les mesures déjà en vigueur depuis vendredi.

Tous les établissements de restauration seront fermés au public dès ce lundi 16 mars 2020 à 18h30, de même que les commerces, magasins et marchés, à l'exception de ceux qui vendent des produits alimentaires ou de première nécessité.

Les manifestations et rassemblements publics et privés sont interdits. Les services de culte et tous les cours publics et privés aussi bien en groupe qu'individuels sont suspendus, de même que les activités liées aux services personnels. Les hôtels seront quant à eux fermés dès mardi soir.

>> Les explications de Cédric Jordan dans le 12h45:

Nouvelles mesures en Valais contre le coronavirus, les explications de Cédric Jordan. [RTS]
Nouvelles mesures en Valais contre le coronavirus, les explications de Cédric Jordan. / 12h45 / 1 min. / le 16 mars 2020

11h54

Gastro Vaud prône la fermeture des restaurants

GastroVaud souhaite la fermeture de tous les restaurants du canton en raison du coronavirus. L'association affirme qu'elle saluera cette mesure si le Conseil d'Etat ou la Confédération devait la prendre.

"Très pénible à formuler", cette position s'explique d'abord pour des raisons sanitaires, explique GastroVaud sur sa page Facebook, dans un message signé par son président Gilles Meystre.

Raisons pratiques et économiques avancées

GastroVaud cite également des raisons pratiques - avec des employés ne souhaitant pas se rendre au travail - et économiques - restaurants ouverts mais désertés par les clients - pour justifier sa position.

GastroVaud demande des solutions pour "alléger, jusqu'au retour de jours meilleurs, les charges fiscales et bancaires des entreprises." L'association souhaite aussi une solidarité de certains milieux, notamment immobilier, pour retarder ou réduire les loyers des établissements fermés.

11h15

Genève ferme les commerces et restreint les réunions

Le canton de Genève proclame à son tour lundi l'état de nécessité pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Tous les commerces et établissements publics ne fournissant pas des services essentiels seront fermés dès 18h00.

"Le Conseil d'Etat a pris ce matin des mesures fortes de restriction pour gagner en vitesse. Genève sera en semi-confinement", a déclaré devant les médias le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers. Ces mesures sont prises en suivant l'avis des autorités sanitaires et, dans la mesure du possible, en respectant la coordination nationale, afin de ne pas brouiller le message, a-t-il précisé.

Concrètement, les commerces fermeront lundi dès 18h00. Resteront ouverts les commerces alimentaires, les pharmacies, les drogueries, les stations-service et les kiosques. Les marchés alimentaires seront autorisés.

>> Les précisions du 12h30:

Une terrasse vide à Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Genève interdit les rassemblements de plus de cinq personnes / Le 12h30 / 1 min. / le 16 mars 2020

Liberté de réunion restreinte

Les restaurants et bars seront fermés dès 18h00, jusqu'au 29 mars. Ils pourront offrir un service à l'emporter ou à domicile, dans le respect des distances sociales. Les hôtels resteront ouverts, tout comme les lieux d'hébergement d'urgence. En revanche, les cinémas, théâtres, centres sportifs et tout autre lieu de loisirs seront fermés. La prostitution est interdite.

Premier canton à le faire, Genève va aussi restreindre la liberté de réunion. Les manifestations et rassemblements publics ou privés, à l'intérieur ou en extérieur de plus de cinq personnes sont interdits, a fait savoir le conseiller d'Etat Mauro Poggia, en charge du Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES). Les réunions professionnelles sont admises.

>> Les explications de Joël Boissard dans le 12h45:

10h59

La Croix-Rouge propose une app d'aide

Dans la situation actuelle, une aide entre voisins est particulièrement nécessaire. La Croix-Rouge suisse (CRS) propose une application pour se coordonner les uns les autres.

Les enfants dont les parents travaillent ont besoin de soins, rappelle la Croix-Rouge dans un communiqué lundi. Les personnes âgées et vulnérables qui devraient rester à la maison ont besoin de nourriture et de médicaments ou d'une visite chez le médecin.

Coordination du travail des bénévoles

L'application "Five up", qui a été développée pour coordonner le travail des bénévoles, peut donc être utile pour la période actuelle d'épidémie. Il est soutenu par la CRS et la Société suisse d'utilité publique (SSUP).

Sur la plate-forme "Five up", tout le monde peut s'inscrire gratuitement et créer des groupes fermés pour faciliter la coordination de l'aide dans la région. Contrairement aux groupes sur WhatsApp et Facebook, "Five up" permet de voir directement où l'aide est encore nécessaire et où les gens sont déjà engagés comme bénévoles. Cela évite de nombreuses communications inutiles.

L'application "Five up" peut être téléchargée sur l'App Store ou sur Google Play.

10h53

Flou sur l'ouverture des crèches vaudoises

Un certain flou règne dans le canton de Vaud au sujet des garderies. Le Conseil d'Etat a annoncé vendredi que les crèches restaient ouvertes, mais des communes et des réseaux ont préféré les fermer en raison du coronavirus.

C'est le cas notamment à Yverdon, où les cinq garderies de la ville ne sont ouvertes que pour les enfants dont les parents sont réquisitionnés au travail, notamment dans le domaine de la santé.

Plusieurs réseaux de crèches du canton ont aussi décidé de garder uniquement les enfants prioritaires. Pour les autres, les parents sont priés de trouver des solutions alternatives, tout en renonçant à confier leurs bambins aux grands-parents.

D'autres crèches et réseaux s'en tiennent à la décision du Conseil d'Etat et gardent leurs portes ouvertes à tous les enfants. Ceux-ci sont pris en charge "selon leurs horaires usuels et leurs contrats respectifs", explique par exemple le réseau AJOVAL de la région d'Orbe.

Pétition

A l'instar du canton de Berne, Vaud a annoncé vendredi maintenir les crèches ouvertes pour éviter que la garde n'incombe aux grands-parents. Cette option, qui va à l'encontre des décisions prises dans tous les autres cantons romands, a suscité des critiques en terre vaudoise.

Une pétition en ligne a par exemple été lancée pour demander aux autorités vaudoises de fermer toutes les crèches, comme c'est le cas avec les écoles. Près de 5000 personnes l'avaient signée lundi vers 11h00.

10h44

L'Hôpital du Jura demande à ses travailleurs frontaliers de rester dans le canton

L'Hôpital du Jura (H-JU) appelle son personnel frontalier à résider provisoirement dans le canton du Jura ou en Suisse. Il s'agit pour les ressortissants français d'éviter de perdre du temps lors des contrôles douaniers. L'institution emploie près de 30% de frontaliers.

"Pour le moment, nous n'avons pas dû faire face à des défections", a souligné lundi le porte-parole de l'hôpital, Olivier Guerdat. Mais l'H-JU a voulu anticiper ce scénario en demandant sur une base volontaire aux frontaliers qui le peuvent à être hébergés en Suisse, l'institution prenant à sa charge les frais.

Pas destiné à éviter l'éventuelle mesure de l'Etat français

L'H-JU souhaite que le personnel français soit le plus proche possible de son lieu de travail. "Nous ne voulons pas contourner d'éventuelles mesures décidées par l'Etat français", a expliqué le porte-parole. Le danger pour le canton du Jura résiderait dans le fait que la France décide de réquisitionner tout son personnel frontalier.

Pour le moment, l'H-JU dispose de la capacité d'accueillir toutes les personnes atteintes du coronavirus qui exigent des soins. Tous les patients sont soignés sur le site de Delémont.

10h22

Fribourg ne craint pas le chaos de la fermeture des écoles

Le canton de Fribourg ne craint pas le chaos en lien avec la mise en oeuvre unifiée de la fermeture des écoles pour réduire la propagation du coronavirus. Des réponses doivent être apportées à de nombreuses questions.

"Nous avons créé deux groupes de travail. Le premier est chargé de cette première phase d'urgence, le second va définir une stratégie pour le plus long terme", explique Patrice Borcard, préfet de la Gruyère et chargé du domaine des écoles au sein de l'organe cantonal de conduite, dans une interview parue lundi dans La Liberté.

Stabilisation en vue ces prochains jours

"La situation va se stabiliser ces prochains jours", avance le magistrat. "Les instructions, notamment sur le contenu pédagogique pour ces prochaines semaines, sont de la compétence de la Direction de l'instruction publique et vont suivre. Et je crois en notre capacité d'adaptation."

"On voit déjà que des étudiants se mettent à disposition, qu'il y a un mouvement d'entraide dans les villages, les quartiers", ajoute Patrice Borcard. "Je pense que tous ensemble, nous saurons faire preuve de pragmatisme, de créativité et de solidarité, des notions auxquelles la crise actuelle nous permet d'offrir une nouvelle réalité."

10h17

Centres sportifs de la Migros fermés

Les coopératives Migros de l'Aar, de Lucerne et de Zurich ferment leurs centres sportifs en raison du risque de coronavirus. La mesure est valable au moins jusqu'au 30 avril, a indiqué Migros sur son compte Twitter lundi.

Les centres sportifs des cantons des Grisons, du Tessin, de Vaud, de Bâle et du Valais ont déjà été fermés, de même que Bernaqua et le Säntispark de St-Gall.

9h54

Les appels se multiplient pour un état d'urgence décrété au niveau national

Désormais, cinq cantons dont le Jura et Neuchâtel - avec le Tessin, Bâle-Campagne et les Grisons - ont décidé d'appliquer l'Etat d'urgence, en fermant tous les lieux publics. De nouvelles mesures fédérales vont-elles être annoncées aujourd'hui? Le Conseil fédéral a en tout cas tenu dimanche soir une réunion de crise, qui a duré plus de deux heures.

Selon son son porte-parole André Simonazzi, "le Conseil fédéral a analysé les effets des mesures décidées vendredi, celles prises ce week-end par les cantons".

Aucune décision donc, malgré la pression et les attentes sur les épaules du gouvernement.

Plus de 800 personnes ont été testées positives entre samedi et dimanche. L'Allemagne et l'Autriche ferment leurs frontières. Pour l'UDC et son conseiller national Michaël Buffat, le Conseil fédéral doit agir immédiatement.

"On attend des mesures très concrètes de la part du Conseil fédéral pour garantir la sécurité de la population, c'est-à-dire la fermeture des frontières et de limiter l'ouverture des commerces non-alimentaires", expose le Vaudois.

Demande de tous les partis

Et l'UDC n'est de loin pas la seule à demander des mesures rapides. De très nombreux citoyens le demandent aussi sur les réseaux sociaux. Côté politique, des appels dans ce sens proviennent de tous les partis, notamment de conseillers d'Etat et de parlementaires romands: selon eux,  la Confédération peut et doit en faire plus.

On peut s'attendre à de nouvelles mesures dès aujourd'hui lundi, avec un Conseil fédéral plus que jamais sous pression. La Suisse, en proportion de sa population, est en effet le deuxième pays le plus touché par la pandémie au niveau des personnes infectées.

Si le Conseil fédéral donne l'impression d'avoir à chaque fois un coup de retard, cela peut être le fait de divisions au sein du collège, ou à la consultation systématique des cantons? En tout cas, des milliers de Suisse souhaitent la mise en place d'un véritable confinement, donc une fermeture dès aujourd'hui de tous les lieux publics, dans tout le pays.

9h33

Les élèves à la maison jusqu'à l'été? "Rien n'est à exclure"

La situation en lien avec le coronavirus est "très sérieuse. Plus rien n'est à exclure", a déclaré la conseillère d'Etat neuchâteloise Monika Maire-Hefti. Y compris que les élèves restent à la maison jusqu'aux vacances d'été.

"Il faut y aller étape par étape. La première court jusqu'au 30 avril. Si elle se prolonge, on informera assez tôt les parents et les communes", a ajouté la cheffe du Département de l'éducation et de la famille du canton de Neuchâtel, dans une interview accordée lundi à Arcinfo.

"Pour le moment, on garde le calendrier pour les examens mais la situation peut évoluer. La décision sera fédérale. Pour les vacances d'été, ce n'est pas une option de les retarder", a conclu Monika Maire-Hefti.

9h00

Pour Francesco Panese, "le principal problème, c’est l’invisibilité du danger"

Terrasses bondées, magasins grouillant de monde: certaines personnes peinent à se sentir concernées par les mesures mises en place pour protéger la population contre la pandémie de coronavirus.

"Le principal problème, c'est l'invisibilité du danger", souligne Francesco Panese, professeur de sociologie des sciences à l'UNIL, dans La Matinale lundi.

Une affiche de prévention pour le coronavirus à un poste de frontière. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
"Le principal problème, c'est l'invisibilité du danger" / La Matinale / 4 min. / le 16 mars 2020

"Lorsque le politique prend des mesures, il a des évidences épidémiologiques, scientifiques. Le citoyen lambda sur la place publique est confronté à l'invisibilité du danger."Une des manières de pallier ce problème est de donner une évidence au virus, par exemple en marquant le sol pour aider les gens à intégrer la contrainte invisible de la distance sociale, explique le sociologue.

Autre grande menace, le changement climatique est tout aussi invisible pour le citoyen moyen, compare Franceso Panese. "Et on voit qu'en matière de changement climatique aussi, les gens ont de la peine à adapter leur comportement."

Un message politique plus radical nécessaire

La prise de conscience passe-t-elle par un message politique plus radical? "On paie le prix du fédéralisme: on aurait besoin aujourd'hui d'un message national – qui ne devrait pas tarder d'ailleurs – mais qu'on aurait aimé avoir déjà un peu plus tôt", estime le syndic de Lausanne Grégoire Junod.

Une directive nationale pour la fermeture de tous les établissements qui ne sont pas de première nécessité aurait le mérite d'être claire, "et ça permettrait d'ouvrir les dispositifs pour les réductions de temps de travail, de chômage partiel, etc., ce qui n'est pas encore tout à fait le cas", abonde Blaise Matthey, directeur de la Fédération des entreprises romandes.

8h28

Le Tribunal cantonal vaudois annule ses audiences

Toutes les audiences pénales sans détenu programmées devant le Tribunal cantonal vaudois sont annulées en raison du coronavirus. La mesure entre en vigueur immédiatement et court jusqu'au 27 mars, indique lundi le Tribunal.

7h45

Francesco Panese, sociologue de la médecine: "La mobilisation pour autrui est un peu difficile"

La lutte contre la pandémie de Covid-19 est un combat collectif, mais il relève avant tout de la responsabilité individuelle vis-à-vis des autres. Est-ce plus difficile à faire comprendre en 2020?

"Je ne crois pas que ce soit plus difficile à entendre, parce que je pense que la génération des jeunes d'aujourd'hui est très altruiste", réagit le sociologue de la médecine Francesco Panese.

"Mais je vois que la mobilisation pour autrui est un peu difficile dans ce cas de figure: on voit que des jeunes qui se réunissent, qui sont sans doute de très bonne foi, n'ont pas la notion selon laquelle entre jeunes ils constituent un biotope qui va amplifier le risque de transmission à autrui. Et c'est vrai qu'il y a un petit décalage entre la posture morale des jeunes qui ne veulent pas du tout faire le mal mais qui manquent des compétences de compréhension de comment se diffusent réellement les virus."

7h40

"On n'est pas complètement démunis mais il faut s'adapter"

Les entreprises s'organisent pour faire face au mieux aux nécessités professionnelles et à celles de la prévention.  "Il faut que des mesures soient prises sur les lieux de travail, et cela s'est fait depuis la semaine dernière de manière très concrète", souligne le directeur de la Fédération des Entreprises Romandes (FER) dans La Matinale.

 Et "la première des mesures, c'est distanciation spatiale", poursuit Blaise Matthey qui souligne cependant: "Vous ne pouvez pas dire que vous ne viendrez pas travailler simplement parce que vous êtes inquiet. Par contre, vous pouvez prendre en compte les desideratas dans la mesure où vous disposez de solutions de rechange. (…) Dans le secteur des services, il faut se poser la question de savoir si on peut fonctionner avec du télétravail, si cela permet d'accomplir les tâches essentielles. C'est le but de ce qu'on appelle les Plans de continuité d'activité (PCA). Cela se met en place secteur par secteur. Donc on n'est pas complètement démunis, mais évidemment il faut s'adapter."

7h35

Grégoire Junod, syndic de Lausanne: "Il y aura peut-être des inégalités numériques"

Les écoliers sont cantonnés à leur domicile depuis ce lundi, mais devront étudier à distance. Et cette première nécessite une organisation compliquée de la part des milieux scolaires.

"Les choses doivent se mettre en place dans le courant de la semaine, mais c'est aussi nouveau pour le Département de la formation du canton de Vaud, comme de tous les cantons, de devoir mettre en place ce type d'enseignement", souligne le syndic de Lausanne Grégoire Junod.

"Il y aura peut-être aussi quelques inégalités numériques qui vont se faire jour, tout le monde n'a pas les même accès, les mêmes qualités d'accès", souligne le socialiste. "C'est évidemment un enjeu important parce que l'on voit bien que le confinement va être compliqué, qu'il est évidemment encore plus compliqué pour des jeunes, pour des enfants. De ce point de vue, c'est une bonne chose que l'on puisse quand même maintenir un lien avec l'enseignement, ne serait-ce que pour occuper les enfants."

"Il faut que les règles soient claires"

Sur le plan général, Grégoire Junod s'attend à de nouvelles décisions en chaîne, dans la journée de lundi ou dans les prochains jours, au niveau cantonal ou fédéral, en matière de restrictions et fermetures. "C'est normal", dit-il, puisque les autorités sanitaires - qui sont cantonales et fédérales - prennent des décisions face à une situation qui évolue."

A propos du message qui semble parfois difficile à faire passer auprès des jeunes, le syndic pense que le message passe, mais avec certains bémols: "Les Suisses sont globalement plutôt respectueux des règles, mais il faut que les règles soient claires", souligne-t-il. "Et il faut reconnaître que les règles ont évolué ces derniers jours. Or il est plus facile de gérer des restrictions claires, fortes."

>> Ecouter les interviews de Grégoire Junod, syndic de Lausanne; Blaise Matthey, directeur de la Fédération des entreprises romandes, et Francesco Panese, sociologue de la médecine:

Grégoire Junod, Blaise Matthey et Francesco Panese. [Cyril Zingaro, Jessica Nusslé - Keystone, RTS]Cyril Zingaro, Jessica Nusslé - Keystone, RTS
Spécial coronavirus (2/2): interviews de Grégoire Junod, Blaise Matthey et Francesco Panese / La Matinale / 14 min. / le 16 mars 2020

7h25

De la "souplesse", mais pour l'instant "il faut que les parents s'occupent de leurs enfants"

De la "souplesse" est demandée aux employeurs, en cette période de mesures exceptionnelle pour endiguer la pandémie de coronavirus… Mais quand les solutions n’existent pas pour faire garder l’enfant, que faire? "Il faut que les parents s’occupent de leurs enfants", répond Blaise Matthey, directeur de la Fédération des Entreprises Romandes, au micro de La Matinale lundi. Le responsable renvoie également les employeurs sur le site du SECO pour leurs droits et leurs obligations en cette période chahutée.

"Nous considérons, à la Fédération, que la priorité est à la garde des enfants. Bien sûr, dans la mesure du possible. Il faut trouver des solutions, mais si cela n’est pas possible, il faut se montrer extrêmement souple. En effet, le travailleur est empêché de travailler, sans que cela soit sa faute", affirme le responsable.

Le bât blesse toutefois quant à la durée de cette flexibilité. "Ce qui est certain, c’est que les salaires seront payés pendant un temps limité, dépendant du contrat de travail. Du côté des employeurs également, on risque de se retrouver dans une situation de chômage partiel, et des mesures doivent être prises."

7h15

Un ordre de priorité établi pour l'accueil pré- et parascolaire

Interrogé dans La Matinale sur les mesures spéciales anti-coronavirus mises en place notamment dans sa ville, le syndic de Lausanne Grégoire Junod (PS) indique que pour l'accueil pré-scolaire et parascolaire – à la charge des communes – un ordre de priorité a été établi.

Conformément aux recommandations de l'Etat de Vaud, les accueils lausannois donnent ainsi la priorité aux enfants du personnel travaillant dans les domaines de la santé, sécurité, du social et de l'éducation, ainsi qu'à ceux qui n'ont pas d'autre solution de garde. "Nous incitons tous les autres à trouver des solutions alternatives. Et s'il n'y a vraiment pas de solutions, nous mettrons en place un système pour garder quand même les enfants", affirme l'élu.

"Nous comptons également sur la souplesse des employeurs, qui doivent comprendre qu'ils ont des employés dans une situation extrêmement compliquée", souligne encore le socialiste. "On devra tous être solidaires et se donner quelques jours pour trouver des solutions durables."

>> Les interviews de Grégoire Junod, syndic de Lausanne; Blaise Matthey, directeur de la Fédération des entreprises romandes, et Francesco Panese, sociologue de la médecine:

Grégoire Junod, Blaise Matthey et Francesco Panese. [Cyril Zingaro, Jessica Nusslé - Keystone, RTS]Cyril Zingaro, Jessica Nusslé - Keystone, RTS
Spécial coronavirus (1/2): interviews de Grégoire Junod, Blaise Matthey et Francesco Panese / La Matinale / 15 min. / le 16 mars 2020

Lundi 16 mars - 6h50

"Il est important d'éviter de mélanger les groupes pour contenir la propagation"

Pour Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection à l'Office fédéral de la santé publique, interrogée lundi dans La Matinale de la RTS, il est important d'éviter que toute personne soit en contact avec trop d'autres personnes.

Ainsi, les systèmes de garde proposés pour les enfants peuvent être utilisés "pour autant que les groupes soient de taille limitée, d'une dizaine d'enfants au maximum", et il est nécessaire d'éviter que les groupes d'enfants ne soient mélangés, afin d'éviter des mises en contact supplémentaires.

L'activité physique en extérieur n'est pas proscrite, pour autant que les contacts physiques et la proximité des individus restent les plus limités possible.

>> Ecouter l'interview complète de Virginie Masserery:

Virginie Masserey, cheffe du service des vaccinations à l'OFSP. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Invitée spéciale - Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l’infection à l’OFSP / La Matinale / 7 min. / le 16 mars 2020

22h36

"La population attend des mesures à l'échelle du territoire"

Interviewée dans le 19h30, Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat vaudois, appelle la Confédération à prendre des mesures coordonnées pour l'ensemble du territoire: "Je crois qu'aujourd'hui les cantons sont unanimes pour demander que la Confédération active les articles prévus dans la loi fédérale sur les épidémies qui donnent les pleins pouvoirs au Conseil fédéral pour décider d'actions particulières."

Et d'ajouter: "Nous sommes dans une situation extraordinairement inédite. Les cantons ont pris leurs responsabilités mais je crois que maintenant la population attend des mesures cohérentes à l'échelle du territoire."

Nuria Gorrite: "Les cantons sont unanimes pour demander que la Confédération active les articles prévus dans la loi sur les épidémies" [RTS]
Nuria Gorrite: "Les cantons sont unanimes pour demander que la Confédération active les articles prévus dans la loi sur les épidémies" / 19h30 / 2 min. / le 15 mars 2020

22h10

"Nous ne sommes pas surchargés"

Interrogé dans le 19h30, Jérôme Pugin, médecin chef des soins intensifs aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG), assure que le système médical suisse n'est pas surchargé.

"C’est absolument faux, nous n’en sommes pas du tout là. Nous sommes très occupés à nous préparer, à monter en puissance, mais nous ne sommes pas surchargés pour l’instant", indique-t-il.

Jérôme Pugin: "Aux HUG, nous nous préparons à monter en puissance, mais nous ne sommes pas surchargés" [RTS]
Jérôme Pugin: "Aux HUG, nous nous préparons à monter en puissance, mais nous ne sommes pas surchargés" / 19h30 / 2 min. / le 15 mars 2020

>> Lire aussi: Les services de soins intensifs seront bientôt mis à rude épreuve

Jérôme Pugin: "Aux HUG, nous nous préparons à monter en puissance, mais nous ne sommes pas surchargés" [RTS]
Jérôme Pugin: "Aux HUG, nous nous préparons à monter en puissance, mais nous ne sommes pas surchargés" / 19h30 / 2 min. / le 15 mars 2020

22h00

Faut-il fermer les crèches ?

Si les écoles du pays ont fermé, la situation est plus contrastée concernant les crèches. Faut-il également les fermer?

Les cantons de Vaud et Berne ont pour l'instant décidé de les laisser ouvertes et provoquent un débat qui suscite déjà beaucoup de réactions.

>> Revoir le sujet du 19h30 sur cette problématique

Dans certains cantons, les crèches resteront ouvertes demain, une décision parfois incomprise [RTS]
Dans certains cantons, les crèches resteront ouvertes demain, une décision parfois incomprise / 19h30 / 2 min. / le 15 mars 2020

21h30

Les Grisons ferment les commerces à leur tour

Le canton des Grisons prend à son tour des mesures d'urgence contre la pandémie de coronavirus. A partir de lundi midi, les commerces, les bars et les restaurants devront rester fermés. Cette mesure restera en vigueur jusqu'au 30 avril.

Les magasins d'alimentation, les pharmacies, les drogueries, les kiosques, les banques et les bureaux de poste ne sont pas concernés par cette mesures, a indiqué dimanche soir le gouvernement grison.

Le gouvernement appelle la population à réduire ses déplacements au minimum. Les rassemblements religieux seront par ailleurs interdits et les obsèques devront se dérouler dans l'intimité du cercle familial.

21h20

Nouvelle organisation, élan de solidarité, ce que le coronavirus change

L'épidémie de coronavirus qui frappe la Suisse et les mesures décidées par les autorités pour enrayer sa progression bouleversent le quotidien du tout un chacun.

La fermeture des écoles a par exemple un impact fort sur des milliers de parents et d'élèves. Beaucoup d'entre eux doivent désormais apprendre à s'organiser différemment pour répondre à cette situation inédite.

>> Exemple ici dans une famille du canton de Vaud:

Une solidarité citoyenne se met en place face au défi de la garde des enfants, à la suite de la fermeture des écoles. [RTS]
Une solidarité citoyenne se met en place face au défi de la garde des enfants, à la suite de la fermeture des écoles. / 19h30 / 2 min. / le 15 mars 2020

Pour les enfants, les conditions sont aussi bien particulières. Ne plus aller à l'école ne veut pas dire avoir des vacances. Certains écoliers doivent rejoindre des accueils de secours car ils ne peuvent pas être gardés à la maison, et l'enseignement doit continuer, même s'il se fait à distance.

Une organisation qui s'apparente à un véritable défi à l'échelle nationale et qui repose aussi en grande partie sur la solidarité.

>> Revoir le reportage du 19h30 qui revient sur les défis techniques qu'engendre la fermeture des écoles à travers le pays:

Avec la fermeture des écoles, les établissements doivent mettre sur pied un système d'enseignement inédit [RTS]
Avec la fermeture des écoles, les établissements doivent mettre sur pied un système d'enseignement inédit / 19h30 / 2 min. / le 15 mars 2020

"Les fermetures pourraient aller au-delà des vacances de Pâques"

Pour Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat du canton de Genève et chargée du Département de l'instruction publique, de la culture et du sport, il s'agit avant tout "d'organiser la suite" car il est impossible de savoir à l'heure actuelle combien de temps cette situation va durer:

"On sait qu'au minimum cela ira jusqu'aux vacances de Pâques mais ça pourrait aller au-delà", estime-t-elle.

Et de rappeler le défi majeur des écoles: "Pour nous, l'enjeu principal c'est les certifications, les fins d'apprentissage, les maturités, c'est la fin du cycle d'orientation (...) Il nous faut anticiper pour que les examens puissent se passer normalement."

>> Revoir l'interview d'Anne Emery-Torracinta dans le 19h30:

Anne Emery-Torracinta: "Les écoles sont fermées à Genève jusqu'aux vacances de Pâques mais ça pourrait aller au-delà" [RTS]
Anne Emery-Torracinta: "Les écoles sont fermées à Genève jusqu'aux vacances de Pâques mais ça pourrait aller au-delà" / 19h30 / 1 min. / le 15 mars 2020

21h00

Les Genevois applaudissent le personnel soignant

Les Genevois ont applaudi durant une minute, depuis leurs balcons ou fenêtres, le personnel médical mobilisé pour faire face au coronavirus.

L'appel avait été lancé sur les réseaux sociaux.

19h30

Séance extraordinaire du Conseil fédéral

Les conseillers fédéraux se sont réunis dans le cadre d'une séance extraordinaire pour déterminer si Berne s'alignera sur les mesures drastiques prises par les cantons. Aucune communication de la Confédération n'est prévue ce soir.

>> Les images des conseillers fédéraux sortant de la séance extraordinaire:

CoLes images des conseillers fédéraux sortant de la séance extraordinaire [RTS]
Les images des conseillers fédéraux sortant de la séance extraordinaire / L'actu en vidéo / 41 sec. / le 15 mars 2020

Le porte-parole du Conseil fédéral André Simonazzi a donné des précisions sur Twitter.

>> Les précisions dans le 19h30:

Rouven Gueissaz: "Il ne serait pas étonnant que la Suisse s'aligne sur ses voisins en matière de lutte contre le coronavirus" [RTS]
Rouven Gueissaz: "Il ne serait pas étonnant que la Suisse s'aligne sur ses voisins en matière de lutte contre le coronavirus" / 19h30 / 1 min. / le 15 mars 2020

19h20

Avec la fermeture des écoles, la SSR adapte ses programmes

Au regard de la fermeture des écoles dans toute la Suisse, la SSR adapte progressivement son offre de programme radio, TV et digital à partir du lundi 16 mars jusqu'à nouvel ordre dans chacune des régions.

Les programmes pour les enfants et les jeunes seront renforcés.

La SSR propose une offre complète d'informations sur la situation actuelle de la pandémie de Covid-19. En raison de cette situation particulière, elle adaptera ses programmes dans toutes les régions linguistiques.

19h18

Neuchâtel en état d'urgence

Neuchâtel passe lui aussi en état d'urgence, annonce-t-il dimanche soir. Après le Tessin samedi, puis le Jura et Bâle-Campagne dimanche, il est le 4e canton à choisir l'option de la fermeture des commerces dès dimanche à minuit pour tenter d'enrayer l'épidémie de coronavirus qui s'emballe.

Dès minuit, tous les commerces seront fermés, à l’exception des commerces alimentaires, des marchés de fruits et légumes, des pharmacies, des commerces d’alimentation pour les animaux, des kiosques, des stations-services et des banques, relève le canton dans un communiqué.

Hormis les restaurants, qui pourront demeurer ouverts jusqu’à lundi 14h00, tous les établissements publics sont fermés dès minuit, de même que tous les établissements de divertissement et de loisirs.

>> Lire également: Le canton de Neuchâtel ordonne aussi la fermeture des commerces

18h20

Le débat dans Forum

Quelles sont les prochaines étapes pour ralentir la propagation du coronavirus? Forum a posé la question à deux conseillers nationaux, Olivier Feller (PLR/VD) et Michel Matter (VL/GE).

La Suisse prend des mesures exceptionnelles pour contrer le virus: débat entre Michel Matter et Olivier Feller [RTS]
La Suisse prend des mesures exceptionnelles pour contrer le virus: débat entre Michel Matter et Olivier Feller / Forum (vidéo) / 7 min. / le 15 mars 2020

18h12

L'Union européenne limite ses exportations de masques et d'équipements de protection

L'Union européenne a annoncé dimanche qu'elle limitait les exportations de masques et d'autres équipements médicaux de protection afin de garantir son propre approvisionnement face à la pandémie du nouveau coronavirus.

"Nous avons adopté aujourd'hui un système d'autorisation d'exportation pour ces équipements. Cela veut dire que leur exportation hors de l'Union européenne devra être autorisée par les gouvernements de l'Union européenne", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans une vidéo postée sur Twitter.

Risque de blocage avec le contrôle aux frontières

Elle a également averti sur le danger que représentaient les contrôles aux frontières, notamment en ce qui concerne le blocages des chaînes de distribution et les risques de pénurie.

Sa déclaration survient peu après l'annonce par les autorités allemandes de la fermeture à partir de lundi matin des frontières avec la France, la Suisse et l'Autriche.

18h10

L'inquiétude des généralistes

Les médecins généralistes se retrouvent, eux aussi, en première ligne face à l’épidémie. Pierre-Yves Rodondi, médecin de famille et professeur à l'Université de Fribourg, en parle dans l’émission Forum.

L'inquiétude des généralistes face au virus: interview de Pierre-Yves Rodondi [RTS]
L'inquiétude des généralistes face au virus: interview de Pierre-Yves Rodondi / Forum (vidéo) / 4 min. / le 15 mars 2020

17h40

La session du Parlement annulée

Les Chambres fédérales vont interrompre la session de printemps en raison de l'épidémie de coronavirus. Les bureaux des Conseils ont décidé d'interrompre leurs travaux à la demande de la délégation administrative, a annoncé dimanche sur Twitter le Parlement.

Les présidents des groupes parlementaires ont discuté de la situation ce dimanche lors d'une conférence téléphonique, a précisé à Keystone-ATS le président du Conseil des Etats Hans Stöckli (PS/BE). Il confirmait une information parue sur le site du Tages-Anzeiger.

La session de printemps a débuté le 2 mars. Elle aurait dû se poursuivre encore cette semaine.

>> Ecouter le sujet de Forum:

Le Palais fédéral photographié en décembre 2018. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
La session parlementaire est annulée suite à la progression de l’épidémie / Forum / 1 min. / le 15 mars 2020

17h40

Le patron des CFF déconseille le train

Le patron des CFF Andreas Meyer en personne déconseille dans un tweet de prendre les transports publics, indiquant n'avoir jamais imaginé devoir donner un jour un tel conseil.

17h35

Le Léman Express perturbé dès lundi

La circulation du Léman Express sera perturbée dès lundi. Au vu du nombre important d'arrêts maladie et de la fermeture des établissements scolaires, une partie du personnel ne pourra assurer sa prise de poste.

Le trafic est maintenu pour autant que cela reste possible, ont indiqué Lémanis, les CFF et la SNCF dans un communiqué dimanche. Sur le territoire suisse, tous les trains Léman Express circulent "en principe", selon l'horaire entre Coppet et Chêne-Bourg.

La gare d'Annemasse sera desservie entre 06h00 et 22h00. En dehors de ces horaires, tous les trains sont limités à Chêne-Bourg. Les trains circuleront, toujours en principe, selon l'horaire entre Genève et La Plaine. Certaines annulations de dernière minute ne peuvent être exclues.

France: davantage de perturbation

Sur le territoire français, les lignes sont perturbées. Une offre routière complémentaire est mise en place entre Annemasse, Annecy et St-Gervais-les-Bains-Le Fayet. Les relations entre Genève et Bellegarde devraient être maintenues.

Des concepts sont en cours d'élaboration, des adaptations sont possibles dans la soirée dimanche déjà. Les voyageurs sont invités à se renseigner sur le site lemanexpress.com, celui des CFF ou de la SNCF ou les différentes applications.

17h37

Activités de l'administration vaudoise réduites au strict minimum

Le canton de Vaud réduit les activités de son administration au minimum prévu, coronavirus oblige. Le système informatique sera opérationnel pour le télétravail dès lundi midi.

Des plans de continuité entreront en vigueur dès lundi, et déployeront leurs pleins effets à partir de mardi, annonce dimanche le chancelier Vincent Grandjean, sur le site internet du canton. L'objectif est de garantir les prestations prioritaires pour la population, en particulier celles liées à la santé et à la sécurité et celles permettant à l’État de fonctionner (informatique, finances, paiement des salaires, notamment).

Les directions de tous les services ont été prévenues. Au plus tard lundi matin, un message sera adressé aux collaborateurs qui ne sont pas indispensables sur les lieux de travail afin qu’ils ne rendent pas à leur poste. Ceux qui ont déjà obtenu une dispense (car ils doivent garder un enfant par exemple) doivent rester attentifs aux informations émanant de leur service, ajoute le chancelier.

17h20

Le canton du Jura ordonne à son tour la fermeture des magasins non-alimentaires

Face à la propagation exponentielle du coronavirus, le gouvernement jurassien a décidé de prendre des nouvelles mesures pour protéger sa population. La décision principale concerne la fermeture de tous les magasins à l'exception des commerces d'alimentation.

>> En lire plus:

Jacques Gerber: "Nous avons estimé qu'il fallait prendre des mesures plus restrictives dans le canton du Jura". [RTS]
Jacques Gerber: "Nous avons estimé qu'il fallait prendre des mesures plus restrictives dans le canton du Jura". / 19h30 / 1 min. / le 15 mars 2020

17h30

La Confédération sans vue précise de la situation dans les hôpitaux suisses

Selon les informations de la RTS, la Confédération ne dispose toujours pas d'une vue d'ensemble précise et complète du taux d'occupation des soins intensifs dans les hôpitaux suisses. L'OFSP assure que "la récolte de données suit son cours".

Les hôpitaux, en particulier les unités de soins intensifs, se trouvent en première ligne face à l'épidémie du coronavirus. Le risque est de voir les établissements débordés face à l'afflux de malades, situation que connaît déjà en partie le système de santé italien.

>> Lire: Les services de soins intensifs seront bientôt mis à rude épreuve

Face à cette crainte, la Confédération dispose-t-elle vraiment d'une vision d’ensemble de la situation qui prévaut dans les établissements et cantons du pays alors que des décisions sans précédent sont prises?

Nous avons tenté de le savoir depuis le début de la semaine en sollicitant de l'OFSP des chiffres sur l'évolution des taux d’occupation des unités de soins intensifs et d'utilisation des respirateurs artificiels, machines indispensables au maintien en vie des personnes les plus gravement touchées. Sans succès.

>> En lire plus: La Confédération sans vue précise de la situation dans les hôpitaux suisses

16h30

Quelque 2200 cas de coronavirus recensés en Suisse et 14 morts

Le Tessin a enregistré un nouveau décès lié au coronavirus au cours des dernières 24 heures. Dimanche à 13h15, 2200 cas étaient recensés en Suisse, soit 800 de plus en une journée, alors que le gouvernement du canton de Bâle-Campagne a proclamé l'état d'urgence.

>> En lire plus: Environ 2200 cas de coronavirus recensés en Suisse et 14 morts

16h00

Frontière entre l'Allemagne et la Suisse restreinte

Les autorités allemandes ont décidé de fermer partiellement à partir de lundi matin les frontières du pays avec la Suisse, la France et l'Autriche pour tenter de freiner la propagation de l'épidémie de coronavirus, a indiqué une source proche du dossier.

>> En lire plus: L'Allemagne va fermer partiellement ses frontières avec la Suisse

Samedi

Au Tessin, fermeture des cafés et des commerces non-alimentaires

Le Conseil d'Etat tessinois a annoncé samedi en fin d'après-midi la fermeture des cafés et des commerces, à l'exception de l'alimentation et des pharmacies. But affiché, endiguer l'épidémie de coronavirus. Dans le canton de Vaud, les bars et les restaurants devront désormais fermer à 22h00.

>> En lire plus: Le Tessin annonce la fermeture des cafés et des commerces non-alimentaires