Modifié le 19 juin 2018

L'addiction au jeu vidéo classifiée officiellement comme une maladie

Les experts de l'OMS ont sondé des professionnels de la santé confrontés à des patients souffrant d'addiction aux jeux vidéo.
L'OMS classe l'addiction au jeu vidéo dans la catégorie des maladies mentales La Matinale / 1 min. / le 18 juin 2018
L'addiction aux jeux vidéo est considérée officiellement comme une maladie depuis lundi. L'Organisation mondiale de la santé a intégré ce trouble dans sa 11e révision de la Classification internationale des maladies.

Un certain nombre de critères ont dû être définis pour parvenir à cette décision. Les experts de l'OMS ont procédé à des analyses de cas concrets dans de nombreuses régions du monde. Ils ont également sondé des professionnels de la santé confrontés à des patients souffrant d'addiction aux jeux vidéo ou numériques.

Perte de contrôle sur le jeu

La frontière entre un joueur assidu et un joueur maladif a dû être définie de manière stricte et consensuelle: elle se situe au moment où l'on perd le contrôle sur le jeu à un point tel qu'il altère durablement des activités familiales, sociales, éducatives ou professionnelles.

"C'est lorsqu'on joue de manière persistante ou permanente et qu'on ne peut plus contrôler la fréquence, l'intensité ou la durée du jeu" explique Robert Jacob, médecin au Département de classification internationale des maladies à l'OMS. Et quand le jeu prend à ce point le dessus sur les activités quotidiennes, "il faut aider la personne à s'en sortir."

La classification des maladies est la norme internationale utilisée par les médecins du monde entier pour diagnostiquer des affections. Les chercheurs de l'OMS classent les maladies par catégories. Les troubles du jeu vidéo font donc désormais partie de l'une d'entre elles.

>> Ecouter l'interview de Joël Billieux, assistant professeur en psychologie clinique à l’Université de Luxembourg, dans l'émission On en parle:

L’addiction aux jeux vidéo est reconnu comme une maladie.
Voyagerix - Fotolia
CQFD - Publié le 19 juin 2018

Pierre-Etienne Joye/oang

Publié le 18 juin 2018 - Modifié le 19 juin 2018