Modifié le 23 février 2016 à 20:54

Les "morningophiles", ceux qui avancent le réveil en quête de bonheur

Le livre de développement personnel « The Miracle Morning » est un bestseller aux Etats-Unis
Le livre de développement personnel "The Miracle Morning" est un bestseller aux Etats-Unis 19h30 / 2 min. / le 23 février 2016
L'auteur du livre "The Miracle Morning" ("le miracle du matin"), dont la version française sort en mars, promet à tous les lève-tôt bonheur, bien-être et réussite. Cette technique de développement personnel fait fureur en ce moment aux Etats-Unis.

"Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt": la devise bien connue est au cœur du livre de l’Américain Hal Elrod, "the Miracle Morning". Après avoir frôlé la mort dans un accident de la route, ce trentenaire a décidé de changer de vie, pour celle dont il avait toujours rêvé.

La plupart des gens auraient abandonné cette idée, selon lui. "On pense souvent qu’on ne peut pas tout avoir : bonheur, santé, argent, liberté, succès, amour. Par petites étapes, vous pourrez atteindre un niveau 10 dans chacun de ces domaines", écrit Hal Elrod. "Et tout commence avec la façon dont vous vous réveillez le matin".

Une routine matinale d'une heure

Hal Elrod propose une routine matinale faite de méditation, d’affirmations – ce qui consiste à écrire ce que vous souhaitez dans la vie -, de visualisation, de lecture, de sport et d’écriture. Le tout sur une durée idéale d’une heure, au saut du lit bien sûr.

Une démarche qui a du sens selon la psychologue et Life Coach ("coach de vie"), Jasmine Gage. "C’est le démarrage de la journée. Si on se lève trop tard – on a tous connu ça – on est stressés et on a vite l’impression que tout va de travers. Mettre en place un rituel, c’est se donner les moyens de bien démarrer la journée."

Préserver son capital sommeil

Nous ne sommes toutefois pas tous égaux face aux levers précoces (voir encadré). Il est aussi capital de préserver notre capital sommeil, sous peine de voir diminuer notre capacité d’apprentissage, nos compétences pendant la journée et notre bien-être général, prévient Raphael Heinzer, médecin responsable du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil du CHUV.

"Dans l’hypothèse où on se lève une heure plus tôt, il faut aussi se coucher une heure plus tôt. Ce qui peut avoir un impact sur les activités sociales et personnelles. Il y a un prix à payer pour appliquer cette technique", explique le médecin.

"J’ai souvent des patients qui me disent qu’ils ont adoré tel ou tel livre de développement personnel, mais qu’ils n’arrivent pas à l’appliquer", raconte Jasmine Gage. "Chaque être humain est unique, avec des besoins uniques. Il faut pouvoir adapter ces techniques à soi. Imaginer un autre rituel à un autre moment".

>> Sujet traité au 19h30 sur RTS Un

Viviane Gabriel

Publié le 23 février 2016 à 17:39 - Modifié le 23 février 2016 à 20:54

Lève-tôt ou couche-tard?

Selon Raphael Heinzer, médecin responsable au Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil au CHUV, nos gènes décident pour nous. Entre 20 et 30% de la population est clairement du soir alors qu'une proportion similaire est du matin. Les autres sont un peu au milieu.

Quant à l’heure moyenne à laquelle se réveillent les Suisses, cela dépend bien sûr des obligations liées au travail et des habitudes. Une étude menée à Lausanne a révélé que les habitants de la capitale vaudoise dorment en moyenne un peu moins de 7 heures par nuit.