Modifié le 23 avril 2015 à 12:31

La méditation serait une alternative efficace aux antidépresseurs

La méditation suscite un intérêt grandissant en Occident.
Méditation VS antidépresseurs, qui remporte le match? Corpus / 4 min. / le 23 avril 2015
Les traitements reposant sur la méditation en pleine conscience seraient tout aussi efficaces que la prise d'antidépresseurs prévenant des rechutes de dépression, selon une étude publiée mardi.

Relayée par la revue médicale The Lancet, la recherche révèle qu'antidépresseurs et méditation se valent et réduisent le risque de rechute d'environ 50%.

"Les antidépresseurs ne conviennent pas à certaines personnes, car ils peuvent entraîner des effets secondaires", explique jeudi le psychiatre Guido Bondolfi dans la chronique Corpus de la RTS.

Dans leur étude, les chercheurs de l'Université d'Oxford, en Angleterre, ont observé que la méditation en pleine conscience pouvait même s'avérer plus efficace chez les personnes à très haut risque de rechute de dépression, notamment celles ayant subi un traumatisme dans l'enfance.

Peu développé en Suisse

La méditation implique un certain effort de la part des patients, note Guido Bondolfi. "Les patients sont sensés effectuer des exercices de méditation de 45 minutes par jours, six jours sur sept", précise le psychiatre.

Contrairement à certains pays tels que la Grande-Bretagne, où le système de santé public reconnaît le traitement par la méditation, ce dernier n'est pas encore généralisé en Suisse.

"Aux Hôpitaux universitaires de Genève, cela fait une quinzaine d'années que nous proposons ce type d'intervention (...) mais il n'y a pas beaucoup d'institutions publiques qui offrent de manière régulière ce type d'approche", conclut Guido Bondolfi.

Virginie Matter/hend

Publié le 23 avril 2015 à 10:47 - Modifié le 23 avril 2015 à 12:31

Rester connecté au présent

L'efficacité de la méditation réside notamment dans le fait qu'elle pousse le patient à rester connecté au présent et lui évite d'entretenir des pensées négatives.

"Lorsqu'une personne a déjà souffert de dépression (...), il lui suffit d'avoir une légère baisse d'humeur pour entrer dans une sorte de spirale qui la tire vers le bas", rappelle le psychiatre Guido Bondolfi .