Modifié

Quel plan adopter si un astéroïde fonçait sur la planète Terre?

Une simulation du passage de l'astéroïde 2012 DA14 passant à près de 27'000 kilomètres de la Terre, le 15 février 2013. [NASA/JPL-Caltech - AP]
Quel plan adopter si un astéroïde fonçait sur la planète Terre? / Le Journal horaire / 42 sec. / le 1 mai 2019
Un télescope vient de détecter un astéroïde de 100 à 300 mètres de diamètre filant à 14 km/s, à 57 millions de kilomètres de la Terre. C'est le scénario – imaginaire – sur lequel près de 300 astronomes, scientifiques, ingénieurs et experts planchent à Washington.

"Ce n'est pas Hollywood", a dit Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, l'agence spatiale américaine, en ouvrant les travaux de la sixième conférence internationale de défense planétaire, sur le campus de l'université du Maryland à College Park, qui s'y tient du 29 avril au 3 mai. La "Planetary Defense Conference" a scénarisé un exercice fictionnel, mais réaliste.

Fini le "facteur gloussement"

L'idée que la Terre doit se défendre contre un astéroïde se heurtait autrefois à ce que les experts appellent le "facteur gloussement"; mais le 15 février 2013, un météore a contribué à mettre fin aux ricanements. Ce jour-là, un astéroïde de 20 mètres est apparu de nulle part et a explosé en entrant dans l'atmosphère, 23 kilomètres au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk.

>> Regarder: "En Russie, une pluie de météorites s'est abattue sur une région de l'Oural blessant 1000 personnes"

Russie: une pluie de météorites s'est abattue sur une région de l'Oural blessant 1'000 personnes
Russie: une pluie de météorites s'est abattue sur une région de l'Oural blessant 1'000 personnes / 19h30 / 2 min. / le 15 février 2013

Les habitants avaient ressenti la chaleur de l'explosion à 60 kilomètres à la ronde. Les vitres de milliers de bâtiments avaient explosé. Un millier de personnes avaient été blessées par des éclats.

Dévier ou évacuer

Seuls les astéroïdes dont l'orbite les rapprochera à moins de 50 millions de kilomètres de la Terre nous intéressent. Les astronomes en découvrent tous les jours: plus de 700 déjà cette année, avec un total catalogué de 20'001, a annoncé Lindley Johnson, du bureau de coordination de la défense planétaire à la NASA, créé en 2016.

Parmi les plus risqués, on trouve par exemple un rocher baptisé 2000 SG344: 50 mètres environ de diamètre, avec une chance sur 2096 qu'il s'écrase sur Terre d'ici cent ans, selon l'ESA, l'agence spatiale européenne.

>> A propos d'un programme de l'ESA: Un système de détection des astéroïdes est en projet

La plupart de ces corps célestes sont plus petits, mais 942 font plus d'un kilomètre, estime l'astronome Alan Harris, qui a informé l'auditoire que quelques gros astéroïdes se cachaient encore probablement dans le ciel: "La plupart sont garés derrière le Soleil", a-t-il affirmé.

>> Une animation représentant tous les astéroïdes connus du Système Solaire repérés entre 1999 et 2018 (NASA/JPL). En bleu, les objets les plus proches de la Terre:

L'exercice de cette semaine vise à simuler comment le monde répondrait à la menace. Il faudrait d'abord pointer des télescopes vers l'objet pour calculer précisément sa vitesse et sa trajectoire, les observations initiales étant grossières.

Ensuite, le choix est binaire: dévier l'objet ou évacuer. S'il fait moins de 50 mètres, le consensus international est d'évacuer la région susceptible d'être frappée. Pour les plus gros objets, l'idée consisterait à lancer un appareil vers l'astéroïde pour le dévier comme une auto-tamponneuse cosmique.

La mission DART

La NASA testera l'idée sur un vrai astéroïde de 150 mètres, en 2022, avec la mission DART, pour "Double Asteroid Redirection Test".

Illustration de l'impact de l'engin spatial DART sur l'orbite de Didymos B par rapport à Didymos A: orbite originale en blanc, nouvelle orbite en bleu. [The Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory - NASA]Illustration de l'impact de l'engin spatial DART sur l'orbite de Didymos B par rapport à Didymos A: orbite originale en blanc, nouvelle orbite en bleu. [The Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory - NASA]

Sa cible sera un système binaire d'astéroïdes nommés Didymos – ce qui signifie "jumeaux" en grec. Les deux corps célestes ne représentent pas de menace pour la Terre: ils se trouvent à environ onze millions de kilomètres de notre planète.

Didymos A et B sont les candidats idéaux pour tester la première expérience défensive planétaire du genre humain: la sonde DART entrera en collision presque frontale avec Didymos B, afin de raccourcir le temps de son orbite autour de Didymos A. Une opération qui ne devrait prendre que quelques minutes.

Le résultat de l'opération pourra être observé depuis la Terre grâce à des télescopes.

Stéphanie Jaquet et les agences

Publié Modifié