Modifié

Le smartphone, objet fétiche en passe de devenir notre "troisième cerveau"

Le smartphone: la moitié des Suisses sont accros. Il est en train de devenir une sorte de cerveau de substitution. [RTS]
Le smartphone: la moitié des Suisses sont accros. Il est en train de devenir une sorte de cerveau de substitution. / 19h30 / 2 min. / le 16 janvier 2019
Après celui qui est dans notre tête et le réseau de neurones de notre système digestif, le smartphone serait-il notre troisième cerveau? Indispensable et addictif, le téléphone portable nous apprendrait à désapprendre.

Un appareil de communication devenu prothèse de l'être humain. Dans son essai intitulé "Le troisième cerveau" paru à l'automne dernier, le chercheur français Pierre-Marc de Biasi cherche à comprendre comment le smartphone a modifié nos habitudes et notre vision du monde.

Jusqu'à faire partie intégrante de son utilisateur. On lui confie les détails de sa vie, les numéros de ses proches et ses souvenirs sous forme de photos. "Si vous interrogez des jeunes, cela ne les étonnerait pas du tout que dans les vingt années qui viennent, le smartphone soit greffé et introduit dans le corps", raconte dans le 12h45 celui qui est également spécialiste de littérature.

>> Le rendez-vous société du 12h45 avec Pierre-Marc de Biasi:

Rendez-vous société avec Pierre-Marc de Biasi, médiologue, sur l'usage du smartphone. [RTS]
Rendez-vous société avec Pierre-Marc de Biasi, médiologue, sur l'usage du smartphone. / 12h45 / 12 min. / le 16 janvier 2019

Aujourd'hui déjà, nombreux sont ceux qui ont du mal à se passer du précieux appareil. Un Suisse sur deux estime être trop souvent sur son téléphone portable, selon une enquête de la société d'audit Deloitte. Et 23% affirment avoir constamment besoin de consulter leur téléphone.

>> Lire:  Un Suisse sur deux estime être trop souvent sur son téléphone portable

"Une pulvérisation de l'attention"

Dans son ouvrage, Pierre-Marc de Biasi alerte notamment contre l'illusion de pouvoir faire plusieurs activités simultanément grâce au téléphone portable. A l'image de l'ordinateur, le cerveau humain deviendrait multitâche. Une illusion entretenue par l'appareil lui-même.

"C'est le smartphone qui incite à cela en sollicitant son utilisateur de toutes parts sur des sujets différents", rappelle le chercheur du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). En moyenne, un usager consulte son téléphone 84 fois par jour, selon une étude universitaire autrichienne.

Des pratiques qui favorisent le déficit d'attention. "Le temps de concentration sur un sujet a diminué jusqu'à 15-20 secondes", précise Pierre-Marc de Biasi. "Dès la 20e seconde, l'usager est sollicité par une autre notification. Et au bout du compte, on se retrouve avec une pulvérisation de l'attention."

>> Ecouter aussi l'interview du chercheur dans Versus-penser:

Le smartphone, histoire courte dʹune forte dépendance. [thayra83 - Fotolia]thayra83 - Fotolia
Le Smartphone, histoire courte dʹune forte dépendance / Versus / 37 min. / le 12 octobre 2018

Vers une "amnésie numérique"

Autre concept développé par le médiologue, spécialiste de la transmission entre technique et culture, l'amnésie numérique. A force de déléguer son vécu à l'appareil, on perd l'habitude de mémoriser les informations.

"L'archive d'une photo se substitue ainsi à l'événement lui-même. Une fois que l'utilisateur a cadré et cliqué, c'est cela qu'il a vécu", souligne Pierre-Marc de Biasi.

Plutôt que cerveau de substitution, le chercheur appelle à considérer le smartphone comme un enfant numérique. "Actuellement, nous sommes les enfants de cet objet, il nous conduit par le bout du nez." Alors qu'il faudrait plutôt le traiter comme un gamin à éduquer.

Reportage et interview: Fanny Moille

Adaptation web: Tamara Muncanovic

Publié Modifié

Des efforts moindres pour consolider notre mémoire

Avec l'apparition du smartphone, "nous faisons moins d'efforts pour consolider notre mémoire", constate Virginie Sterpenich, chercheuse en neurosciences, interrogée dans le 19h30.

"Ce qu'il faut faire, c'est s'habituer à trouver les chemins pour mémoriser, être attentif à une chose à la fois", relève-t-elle, précisant que "la clé, c'est de varier ce que l'on fait, nous n'avons pas un seul type de mémoire, il y a la mémoire déclarative, la mémoire procédurale, la mémoire motrice, la mémoire spatiale. Ce qui est important est de varier, par exemple faire des mots croisés, se promener dans la rue... sans oublier faire du sport et dormir suffisamment".

Virginie Sterpenich, chercheuse en neurosciences, analyse les changements avec l'apparition du smartphone dans nos vies. [RTS]
Virginie Sterpenich, chercheuse en neurosciences, analyse les changements avec l'apparition du smartphone dans nos vies. / 19h30 / 2 min. / le 16 janvier 2019