Modifié le 10 janvier 2019 à 16:27

L'intelligence artificielle détecte des maladies rares grâce à une photo

DeepGestalt analyse une image selon certains points précis, la compare avec une base de données, et donne des similarités avec des syndromes connus.
Des maladies rares diagnostiquées grâce à l’intelligence artificielle La Matinale / 1 min. / le 10 janvier 2019
Une équipe internationale de chercheurs a mis au point une intelligence artificielle capable d'identifier des maladies génétiques en utilisant la reconnaissance faciale. Les algorithmes se basent uniquement sur une photographie.

Une étude parue dans Nature le 7 janvier présente comment l'intelligence artificielle DeepGestalt identifie des phénotypes faciaux de maladies génétiques en utilisant le deep learning.

Plus fort que les professionnels

Plus de 17'000 images ont servi de base d'apprentissage au programme pour diagnostiquer quelque deux cents maladies. Dans plus de 90% des cas, DeepGestalt a été capable d'identifier la maladie concernée, sur la base de la simple photographie d'un visage. Des résultats supérieurs à ceux atteints par des professionnels.

Caractéristiques physiques spécifiques

De nombreuses maladies génétiques s'accompagnent de caractéristiques physiques, comme un nez plus court et un front plus grand pour la maladie de Williams par exemple, ou les yeux en amande pour la trisomie 21.

DeepGestalt analyse les images par couches. DeepGestalt analyse les images par couches. [DeepGestalt - arxiv.org]

Pour les chercheurs, DeepGestalt est un outil de diagnostic très prometteur, s'il est utilisé à bon escient. Ces mêmes chercheurs s'alarment des risques associés à ce système d'identification de la pathologie sur simple portrait. A l'heure où les images sont partout, des conclusions hâtives pourraient être tirées; des employeurs pourraient vouloir écarter des candidats jugés à risque ...sur simple photo.

Katja Schaer/sjaq

Publié le 10 janvier 2019 à 16:25 - Modifié le 10 janvier 2019 à 16:27