Modifié le 15 août 2018 à 11:39

Un homéopathe exerçant en Romandie propose de "soigner" l'homosexualité

Homosexualité et homéopathie: un médecin basé à Genève et Lausanne propose un traitement controversé.
Homosexualité et homéopathie: un médecin basé à Genève et Lausanne propose un traitement controversé. 19h30 / 2 min. / le 14 août 2018
Un médecin français, exerçant à Lausanne (VD) et à Genève (GE), propose un traitement homéopathique pour "soigner" l'homosexualité, considérée comme étant un "symptôme particulier de patients 'border-line'".

Sur le site internet du médecin en question, il est précisé que "la matière médicale homéopathique comporte des remèdes agissant sur des patients présentant ce symptôme… parmi d’autres." L'homéopathe propose des granules différentes pour hommes et femmes.

Côté "garçons", l'Argentum nitricum serait prescrit en cas de "Don Juanisme, ou multiplication des expériences amoureuses", tandis que le Platina aiderait contre la "séduction et domination", avec un "aspect hystérique surajouté" pour les travestis.

Côté filles, Sepia permettrait de mieux "accepter sa féminité" alors que les femmes à tendance "dominatrice et jalouse" devraient prendre des granules de Lachesis.

La page web propose des granules homéopathiques pour les hommes et les femmes homosexuels.
La page web propose des granules homéopathiques pour les hommes et les femmes homosexuels. [Médecine Intégrée (Capture d'écran)]

Si la publication date de 2009, son contenu a été récemment relayée sur les réseaux sociaux par des internautes choqués, avant d'être repris par FranceInfo.

"Je ne comprends pas le problème"

Le médecin généraliste et homéopathe, qui a reçu une autorisation de pratiquer en Suisse du canton de Genève, y exerce depuis 2004, ainsi que dans un cabinet de naturopathes à Lausanne (VD). Contacté par la RTS, l'homme se défend de toute homophobie.

"L'homosexualité est un symptôme comme un autre, comme peut l'être le mal à la tête ou le rhume des foins, se défend-il dans le 19h30. Je ne comprends pas bien où est le problème."

Les associations gays, elles, envisagent de saisir la justice. "C'est particulièrement surréaliste en 2018 d'avoir ce genre de pratiques, en tout cas en Suisse", réagit Mehdi Künzle, président de VoGay.

Enquête ouverte

L’Association des médecins genevois s’indigne également des propos tenus par le praticien. Son président Michel Matter s'offusque: "Je crois que là, on est vraiment dans le charlatanisme. La question du droit de pratique doit être remis en doute, mais ce n'est que le magistrat qui peut en décider."

Le Département de la santé du canton a fait savoir qu'il allait ouvrir une enquête contre le médecin.

Reportage: Jérôme Galichet/Rouven Gueissaz

Adaptation web: Mouna Hussain

Publié le 14 août 2018 à 21:00 - Modifié le 15 août 2018 à 11:39