Modifié

Le Conseil d'Etat vaudois ne veut pas d’enquête parlementaire sur le Service pénitentiaire

Le service a su mettre en oeuvre "les réformes qui s'imposent", estime l'exécutif vaudois. [Laurent Gilliéron - Keystone]
Le service a su mettre en oeuvre "les réformes qui s'imposent", estime l'exécutif vaudois. [Laurent Gilliéron - Keystone]
Le Conseil d'Etat vaudois ne veut pas d'une commission d'enquête parlementaire (CEP) sur la gestion du Service pénitentiaire. Pour le gouvernement, ce service a su faire "les réformes qui s'imposaient".

L'exécutif vaudois appelle ainsi le Grand Conseil à refuser l'idée prônée par l'UDC. Le vote du Parlement aura lieu en janvier.

Début septembre, une soixantaine de détenus de la prison de Bochuz à Orbe avaient dénoncé leurs conditions de détention, critiquant notamment le directeur. Ce dernier a été libéré de ses occupations professionnelles dès aujourd'hui et une enquête administrative a été ouverte à son égard.

>> Lire: Les détenus de Bochuz (VD) demandent la démission du directeur

"Disproportionnée"

"Une commission d'enquête parlementaire est disproportionnée par rapport à toutes les actions menées par le Service pénitentiaire. Celui-ci est efficace et fait preuve d'anticipation", a déclaré la conseillère d'Etat Béatrice Métraux dans le 12h30 de jeudi.

La conseillère d'Etat vaudoise Béatrice Métraux. [Cyril Zingaro - Keystone]Cyril Zingaro - Keystone
L’exécutif vaudois ne veut pas d’enquête parlementaire sur le Service pénitentiaire / Le 12h30 / 2 min. / le 30 novembre 2017

Michel Eymann/lan

Publié Modifié