Modifié

Les détenus de Bochuz (VD) demandent la démission du directeur

La prison de Bochuz. [Christian Brun - Keystone]
Les détenus de la prison de Bochuz dénoncent leurs conditions de détention / Le 12h30 / 2 min. / le 9 septembre 2017
Des détenus de la prison de Bochuz à Orbe (VD) dénoncent leurs conditions de détention. Dans une lettre adressée aux autorités politiques, 63 d'entre eux demandent la démission du directeur.

Confirmant une information de 24 heures, le Service pénitentiaire vaudois (SPEN) a indiqué samedi qu'il vérifiait les plaintes de certains détenus et qu'il était en train d'examiner les affirmations contenues dans ce courrier adressé à la présidente du Grand conseil et à la ministre en charge des prisons Béatrice Métraux.

"S'il s'avère que certaines accusations sont fondées, nous prendrons toutes les mesures qui s'imposeront", affirme Sylvie Bula, cheffe du SPEN, citée dans le quotidien.

Sanctions arbitraires, anarchie et vidéosurveillance

Selon le journal, les 63 détenus, sur 145 que compte la prison, dénoncent un problème global de gestion de l'établissement, avec des sanctions arbitraires, un manque d'organisation et une situation anarchique.

Ce climat de tension serait renforcé par des décisions jugées incompréhensibles par les détenus, comme le fait de réduire les séances de football de cinq à trois par semaine ou encore l'impossibilité d'être entendu lors de sanctions disciplinaires.

La question de la vidéosurveillance fait aussi débat. Le Matin Dimanche révélait la semaine dernière qu'une caméra avait été installée dans un parloir pour raison de sécurité. Détenus et avocats ont dénoncé le procédé.

Pas une première

Ces critiques ont retenu l'attention de la commission des visiteurs de prison, l'organe chargé de lever le voile sur les dysfonctionnements dans le milieu pénitentiaire vaudois. Elle se réunira mercredi pour décider d'une marche à suivre et fixer une visite de la prison.

Ce n'est pas la première fois que la plus grande prison du canton est sous le feu des critiques. Les conditions de détention ont plusieurs fois été dénoncées ces dernières années.

boi avec ats

Publié Modifié