Modifié

Trois gouvernements romands s'opposent à l'initiative No Billag

Les cantons suisses romands s'engagent contre l'initiative No Billag
Les cantons suisses romands s'engagent contre l'initiative No Billag / 19h30 / 1 min. / le 29 novembre 2017
Les Conseils d'Etat vaudois, genevois et neuchâtelois recommandent de rejeter l'initiative No Billag, soumise au vote le 4 mars prochain. Aux yeux des trois gouvernements, l'initiative menace la pluralité des médias et la cohésion du pays.

A l'heure où la presse vit une profonde mutation, il est dangereux de menacer la diversité médiatique suisse et de déstabiliser un service public qui a fait ses preuves, a indiqué le gouvernement vaudois mercredi.

"Si demain seules les information soumises à la concurrence financière, à la rentabilité financière doivent exister, il y a un vrai risque d'appauvrissement du reflet des démocraties locales", a déclaré la présidente du Conseil d'Etat Nuria Gorrite à la RTS.

"On aura toujours des grands groupes qui diffuseront ce qui se passe en Syrie. En revanche, ce sera plus difficile d'avoir les reflets du Grand Conseil ou du Conseil communal de Renens ou de Payerne", note encore l'élue vaudoise.

"Nous avons besoin de journalistes qui font un travail de fond et de qualité", indique de son côté le président du Conseil d'Etat neuchâtelois Laurent Favre.

Coût économique important

Le coût économique d'un oui serait aussi très important, comme le souligne François Longchamp dans la Tribune de Genève mercredi. Le président du Conseil d'Etat genevois rappelle que la RTS fournit, rien qu'à Genève, l'équivalent de 1029 emplois à plein temps et que le média romand fournit du travail à 660 entreprises externes.

Or, pour l'élu PLR, "il est illusoire de penser que des opérateurs privés compenseraient le manque à gagner si la redevance disparaissait".

François Longchamp rappelle aussi que la plupart des médias locaux qui profitent également de la redevance (Léman Bleu, La Télé, Canal Alpha, Canal 9, Radio Fribourg, RTN...)  seraient également menacés.

La conférence des gouvernements de Suisse occidentale a inscrit la question de l'initiative No Billag à son ordre du jour vendredi et la conférence des cantons suisses va traiter de la question le 22 décembre.

cab avec Carole Pantet

Publié Modifié