Modifié

La construction des deux nouveaux bateaux de la CGN bat son plein à Ouchy

La CGN développe deux nouvelles navettes moins polluantes. [RTS]
La CGN développe deux nouvelles navettes moins polluantes. / 19h30 / 2 min. / le 13 décembre 2021
Prochains fleurons de la flotte CGN, les Naviexpress, deux navettes modernes et moins polluantes, sont actuellement en construction sur le chantier naval d'Ouchy à Lausanne. Attendues pour 2023, elles permettront de développer l'offre de transports publics sur le Léman.

Un petit air de Saint-Nazaire flotte sur les bords du Léman, et plus particulièrement dans le chantier naval de la CGN à Ouchy. C'est là qu'est actuellement en construction la nouvelle génération de navettes lacustres qui assureront prochainement les liaisons transfrontalières entre la Suisse et la France.

L'événement est de taille puisque cela faisait trente ans que la cale sèche d'Ouchy n'avait pas été le théâtre d'un assemblage de bateau.

"La CGN est obligée de construire tout bateau de plus de trente mètres ici, sur son chantier naval à Ouchy", indique dans le 19h30 Irwin Gafner, directeur technique de la CGN. "Et ce pour deux raisons. Le lac n'est pas connecté aux mers et donc aux autres chantiers navals européens. Et en plus de cela, il y a un avantage, c'est que le personnel de la CGN peut suivre cette construction."

Une entreprise lucernoise en charge de la construction

C’est une entreprise lucernoise, Shiptec, qui est responsable du chantier. La coque a été préconstruite en Pologne, puis transportée en Suisse. Les éléments sont assemblés par des ouvriers polonais qui travaillent d’habitude sur les chantiers navals de Gdansk.

"Pour des projets grands comme ça, on n'a simplement pas assez de travailleurs, de serruriers en Suisse qui peuvent livrer la qualité", souligne Pius Barmet, directeur marketing et ventes chez Shiptec. "On en a quelques-uns chez Shiptec mais ça ne suffit pas pour construire un projet comme ça."

Dès 2023

Depuis cet été, ces ouvriers vivent à Lausanne et y travailleront jusqu’à ce que les deux Naviexpress commandés soient terminés.

Le Naviexpress reliera les rives suisse et française dès 2023. Avec 700 places assises et une durée de trajet raccourcie, la CGN compte concurrencer la route et ne plus laisser de frontaliers à quai.

Léandre Duggan/fgn

Publié Modifié