Modifié

La population vaudoise reste croyante, mais les pratiques se diversifient

Les fidèles lors d'un culte réformé à Vevey (VD). [Jean-Christophe Bott - Keystone]
La population vaudoise reste croyante, mais les pratiques se diversifient / La Matinale / 1 min. / le 8 décembre 2021
Plus d'un tiers de la population du canton de Vaud se déclare sans confession, mais pas sans croyances ni références spirituelles, selon des statistiques cantonales de 2019. L'âge est en outre un facteur-clé dans la manière de vivre sa religion ou sa spiritualité.

Selon ces chiffres de 2019, catholiques (28%) et protestants (21%) représentent la moitié de la population, tandis qu'une petite minorité (5%) est musulmane. Deux personnes sur cinq déclarent croire en un dieu unique, tandis que le reste de la population se partage entre la croyance en une puissance supérieure indéfinie (22%), l'agnosticisme (19%) et l'athéisme (18%).

On retrouve le plus de personnes sans appartenance confessionnelle parmi les jeunes générations. Ainsi, les 15-34 ans représentent 40% des personnes sans confession, contre 9% pour les personnes âgée de 65 ans et plus. Ces dernières sont majoritaires chez les protestants.

Exode des lieux de culte traditionnels

"La structure par âge et par genre des orientations religieuses est le reflet de l’histoire migratoire du canton", estime ce dernier dans un communiqué.

En outre, les églises et autres lieux de culte n'attirent plus autant les fidèles que dans le passé. En 2019, seule une personne sur cinq s’est rendue environ une fois par mois à un service religieux collectif. Une part semblable a déclaré prier tous les jours ou presque.

En termes de pratique collective, plus d'une personne sur deux a participé au moins une fois dans l'année 2019 à un service religieux, en général pour des raisons sociales, dans le cadre d'un mariage, d'un baptême ou d'un enterrement.

Ésotérisme et développement personnel

Mais si plus d'une personne sur trois se dit sans confession, cela ne les empêche pas d'avoir des croyances. En se mélangeant et en s'inspirant de différentes cultures, les croyances religieuses et spirituelles se diversifient et les pratiques s'individualisent.

Ainsi, les dons de guérison, de voyance (55% de la population) ou encore les anges ou autres êtres surnaturels (43%) sont les croyances ésotériques les plus partagées. Par ailleurs, le développement personnel ou la pratique, de manière spirituelle, de disciplines telles que le yoga ou la méditation sont particulièrement populaires auprès des personnes sans confession, et en particulier des femmes.

La religion et la spiritualité prennent particulièrement d'importance dans la vie de la population vaudoise dans les moments difficiles, comme en cas de maladie par exemple, souligne encore le communiqué vaudois.

jop avec mbl

Publié Modifié