Modifié

Un giron vaudois à la recherche de bénévoles

Le Covid complique l'organisation de certaines grandes manifestations, notamment celles qui comptent sur la participations des bénévoles. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Le Rallye de Palézieux (VD) manque cruellement de bénévoles / La Matinale / 1 min. / le 13 août 2021
Si les grandes manifestations sont désormais autorisées, les organisateurs du Rallye de Palézieux (VD) font face à des difficultés. La majorité des bénévoles manque à l'appel.

Alors que la fête débute le 25 août, trois quart des personnes nécessaires font défaut pour cette grande manifestation populaire des Jeunesses. L'événement qui pourrait rassembler 20 à 30'000 personnes a besoin de 2000 bénévoles, mais pour l'instant seulement 500 personnes sont inscrites. Le Rallye 2020 avait dû être repoussé à cause du Covid-19.

La responsabilité "d'être au top le jour J"

Le président de l'organisation, Alain Chamot, est préoccupé. "On met beaucoup d'efforts en temps et en argent à créer des solutions" pour trouver de nouveaux bénévoles, explique Alain Chamot. Un centre de test a, par exemple, été mis en place pour que les bénévoles puissent se faire tester et accèdent à l'événement plus facilement.

Le président du Rallye de Palézieux sait qu'il a la responsabilité "d'être au top le jour J". Certains organisateurs ont même pris un congé sabbatique pour ne pas devoir annuler la manifestation car l'engagement financier est trop important.

"Un test suffit pour les bénévoles"

Cédric Destraz, président de la Fédération vaudoise des Jeunesses campagnardes, explique que le déficit de bénévoles résulte du coronavirus et aussi d'un "manque de compréhension". Selon lui, "les gens comprennent que les bénévoles doivent absolument être vaccinés alors que ce n'est pas le cas, ils peuvent juste faire un test".

A Rance, un des rares Girons à avoir eu lieu cet été, des bénévoles manquaient également mais des renforts de dernière minute ont répondu à l'appel. A Palézieux, les organisateurs du Rallye ne perdent pas espoir.

Julie Liardet/aps

Publié Modifié