Modifié le 20 septembre 2019 à 16:30

Un 19e siège vaudois au National au centre de toutes les convoitises

La répartition des sièges vaudois au Conseil national et au Conseil des Etats.
La répartition des sièges vaudois au Conseil national et au Conseil des Etats. [RTS]
Croissance démographique oblige, les députés vaudois gagneront un 19e siège au Conseil national en octobre. Les Vert-e-s sont en pôle position pour s'y installer, à l'heure où la question climatique n'a jamais autant alimenté les débats.

LA COMPOSITION ACTUELLE DE LA DEPUTATION

Figure clé du PS, l’ancienne vice-présidente du parti Géraldine Savary avait été réélue en première position au Conseil des Etats en 2015. Mais elle va quitter Berne après trois législatures au Conseil des Etats (2007-2019) et une au National (2003-2007).

Mais après deux législatures avec Géraldine Savary à la Chambre haute, l'écologiste Luc Recordon avait été évincé par le municipal lausannois PLR Olivier Français. Une aubaine pour le parti qui est actuellement la première formation vaudoise aux Chambres, à égalité avec le PS.

Au National, les dernières élections avaient aussi été marquées par une union manquée entre l'UDC et le PLR. Une stratégie qui avait pourtant réussi aux libéraux-radicaux puisqu'ils avaient décroché un cinquième siège. Cette année encore, ils ont décidé de faire cavaliers seuls.

Le 20 octobre prochain, ils seront "seulement" trois à quitter l'Assemblée fédérale: Fathi Derder (PLR) et Alice Glauser-Zufferey (UDC) au National, Géraldine Savary au Conseil des Etats.

>> Retour sur ce qu'il s'est passé en 2015: Le PLR s'empare d'un siège du Parti socialiste au Conseil national

________________________________________________________________________________________

LE PRINCIPAL POINT D'INTERET POUR 2019

L'urgence climatique a profité aux Verts et aux Vert'libéraux lors des dernières élections cantonales à Zurich, Lucerne ou encore Bâle. Le canton de Vaud devrait suivre la même voie: les Vert-e-s vaudois occupent donc la pôle position pour décrocher le 19e siège tant convoité au Conseil national et obtenir ce qui serait le troisième siège du parti. Et il n'est pas exclu de voir les écologistes revenir aux Etats avec Adèle Thorens.

Reste à voir si les jeunes défenseurs de l'environnement se rendront massivement aux urnes. En 2015, la participation des 18-25 ans s'élevait à un petit 30%.

Ce scrutin soulève un intérêt inédit dans le canton, puisque ce sont un record de 379 candidats issus de 24 listes qui se disputeront les 19 sièges au Conseil national cet automne. Pour le Conseil des Etats, quinze candidats sont en lice sur onze listes.

>> Lire aussi: Près de 380 candidats vaudois en lice pour le Conseil national

__________________________________________________________________________________________

CONSEIL DES ETATS: LES ENJEUX

Pour remplacer la démissionnaire Géraldine Savary, un ticket féminin rose-vert a priori solide engage les conseillères nationales Ada Marra (PS) et Adèle Thorens (Verts) dans la course. La première a pour l'instant le statut de favorite, tout comme l'autre sortant, le PLR Olivier Français.

Les conseillers nationaux UDC Jacques Nicolet et Michaël Buffat tenteront aussi leur chance. La section vaudoise du parti a essuyé une défaite lors des élections au Conseil d'Etat en mars: alors qu'un second tour était annoncé pour départager son candidat Pascal Dessauges et la socialiste Rebecca Ruiz, ce dernier avait préféré se retirer de la course.

Le PDC Vaud fera ticket commun avec le Parti évangélique vaudois (PEV) pour l'élection au Conseil des Etats. Le conseiller national sortant Claude Béglé (PDC) et le président du PEV François Bachmann sont en lice.

Le Parti ouvrier et populaire (POP) a désigné le pédiatre Bernard Borel, ancien député au Grand conseil vaudois et conseiller communal à Aigle ainsi qu'Anaïs Timofte, politologue, vice-présidente de la section vaudoise du parti. Ensemble à gauche, pour sa part, privilégie le militantisme aux têtes d'affiche et lance deux inconnus du grand public dans la course, Franziska Meinherz et Yvan Luccarini.

_______________________________________________________________________________

CONSEIL NATIONAL: LES ENJEUX

La députation vaudoise est la plus forte de Suisse romande avec 18 élus aujourd'hui et 19 dès le mois d'octobre, à savoir 5 PLR, 5 PS, 4 UDC, 2 Verts, 1 PDC et 1 Vert'libéral (voir encadré).

L'enjeu principal pour les socialistes est surtout de récupérer un sixième siège, perdu en 2015. Quant à l’ancien membre du gouvernement vaudois et nouveau président de l’Union syndicale suisse Pierre-Yves Maillard, il devrait retrouver sans trop de problème la Chambre du peuple, quittée en 2004. Il prendrait la place d'Ada Marra si celle-ci concrétise sa transition à la Chambre haute. La présidente du PS Vaud Jessica Jaccoud est elle aussi en lice.

Le PLR, qui a désigné 57 candidats pour trois listes, connaît une situation similaire aux socialistes en visant un sixième siège. La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro est en course. Son arrivée permettrait au parti d'envoyer une deuxième femme à Berne, en plus d’Isabelle Moret. Elle reprendrait la place de son camarade de parti Fathi Derder. Le parti n'est pas allié à l'UDC pour ce scrutin.

Pour espérer envoyer trois candidats sous la Coupole, les écologistes comptent tout d'abord sur leurs deux sortants, Adèle Thorens et Daniel Brélaz, lequel devrait démissionner en cours de législature s'il est élu. Et pour les épauler, le parti mise sur des personnalités connues dans le canton, comme son président Alberto Mocchi ou Léonore Porchet, députée au Grand Conseil particulièrement engagée pour les droits des femmes. Tous deux maîtrisent l’allemand et bénéficient d’une bonne présence médiatique. Raphaël Mahaim et Sophie Michaud Gigon complètent le panel des têtes de liste.

L'UDC espère conserver ses quatre mandats

Avec 19 candidats, l’UDC espère conserver ses quatre sièges nationaux, voire en gagner un cinquième. Avec le départ d’Alice Glauser-Zufferey, le parti pourrait perdre sa seule représentante féminine.

Le PDC lancera deux listes dans la course au Conseil national, où il vise la réélection de son sortant Claude Béglé, sorti fragilisé par son voyage controversé en Corée du Nord. La liste principale comprend également le député Axel Marion et les deux coprésidents Isabelle Tasset Vacheyrout et Gérald Cretegny mais aussi l'ancien conseiller national Jacques Neirynck, entre autres. Le parti part en campagne avec l’Alliance du Centre, le PBD Vaud, le PEV Vaud, l’UDF Vaud, ainsi qu’avec le soutien de Vaud Libre, mais chaque groupe aura sa propre liste.

Les Vert'libéraux ont décidé de s'apparenter au Parti pirate vaudois. Ils tenteront de maintenir leur unique siège actuel, celui d'Isabelle Chevalley, et d'en conquérir un deuxième. Le président vaudois du parti François Pointet a posé sa candidature, de même que Mathias Paquier, secrétaire de la section Grand Lausanne.

Candidats aux Etats, Bernard Borel et Anaïs Timofte mèneront la liste paritaire des 19 postulants du POP au National. Le parti y vise un ou deux sièges. Franziska Meinherz, militante pour le climat, et le député Yvan Luccarini mèneront pour leur part la liste d'Ensemble à gauche. Les deux formations se sont apparentés.

Alexia Nichele

Publié le 05 septembre 2019 à 15:49 - Modifié le 20 septembre 2019 à 16:30

Députation actuelle aux Chambres fédérales

Conseil national:

1. Jacques Nicolet (UDC)
2. Jean-Pierre Grin (UDC)
3. Alice Glauser-Zufferey (UDC) - ne se représente pas
4. Michaël Buffat (UDC)
5. Ada Marra (PS)
6. Nicolas Rochat Fernandez (PS)
7. Roger Nordmann (PS)
8. Brigitte Crottaz (PS)
9. Samuel Bendahan (PS)
10. Adèle Thorens (Verts)
11. Daniel Brélaz (Verts)
12. Isabelle Chevalley (Vert'libéraux)
13. Isabelle Moret (PLR)
14. Laurent Wehrli (PLR)
15. Olivier Feller (PLR)
16. Fathi Derder (PLR) - ne se représente pas
17. Frédéric Borloz (PLR)
18. Claude Béglé (PDC)

Conseil des Etats:

1. Olivier Français (PLR)
2. Géraldine Savary (PS) - ne se représente pas