Modifié le 13 juin 2014 à 17:19

L'affaire Giroud éclabousse le Service de renseignement de la Confédération

Affaire Giroud: trois autres protagonistes ont été interpellés
Affaire Giroud: trois autres protagonistes ont été interpellés 19h30 / 2 min. / le 12 juin 2014
L'agent du Service de renseignement de la Confédération (SRC) arrêté en même temps que Dominique Giroud est un proche de l'encaveur valaisan, révèle jeudi la RTS. Le SRC enquêtait sur son employé depuis un mois.

Le collaborateur du Service de renseignement de la Confédération (SRC) entendu par le Parquet de Genève est un ami de longue date de Dominique Giroud, arrêté jeudi en raison de soupçons de piratage informatique. Selon une source connue de la RTS, le fonctionnaire partage une même sensibilité religieuse. Pour mémoire, Dominique Giroud s'affiche comme un pratiquant fervent de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, à Ecône.

Lire aussi: Dominique Giroud a été arrêté pour piratage informatique

Longues années au renseignement

Aujourd'hui mis à pied, l'agent du SRC officiait depuis de longues années dans le monde du renseignement. Entre autres affectations, il a été en charge de la protection de la place financière suisse jusqu'à il y a peu. Par le passé, il aurait été même en contact avec Claude Covassi, un prétendu informateur des renseignements suisses qui a tenté, en 2006, d’infiltrer le Centre islamique de Genève.

Depuis un mois environ, le SRC, dirigé par Markus Seiler, avait entrepris des "auditions serrées" de son employé pour connaître l'étendue de ses activités à l'extérieur du service. Il aurait violé "son devoir de diligence et de prudence à l’égard de son employeur", laisse filtrer une source à Berne.

Liaisons dangereuses

Concrètement, le SRC s'interroge sur les liens de son agent avec un enquêteur privé genevois, un homme arrêté mercredi par le Parquet genevois en même temps que Dominique Giroud et le hacker. Ce détective privé fait, lui, l'objet d'une deuxième instruction pénale pour des soupçons de corruption d'huissiers à l’Office des poursuites à Genève. La justice genevoise a ainsi établi des liens entre les deux dossiers.

Selon une source policière, le nom de l’agent du SRC est en effet ressorti dans cette autre procédure menée depuis des mois par le Procureur général Olivier Jornot. "L'agent du SRC avait comme source le détective privé formellement prévenu dans l'affaire de corruption de l'Office des poursuites. C'est Genève qui a averti la direction du SRC qui, elle, n'avait aucune idée des activités de son collaborateur avec ce détective", explique encore ce même interlocuteur.

fxl

Publié le 12 juin 2014 à 18:12 - Modifié le 13 juin 2014 à 17:19

La réaction du SRC

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) affirme n'être mêlé "en aucune manière" à l'affaire Giroud, même si un de ses agents a été arrêté mercredi à Genève.

Ce dernier a été libéré de ses fonctions.

Le SRC "n'a jamais mandaté quiconque dans l’affaire qui fait l’objet d’une procédure pénale à Genève", a-t-il indiqué jeudi.