Modifié le 13 juin 2014 à 17:20

Dominique Giroud a été arrêté pour piratage informatique

La cave Giroud à Sion.
Dominique Giroud arrêté pour soupçons de piratage informatique Le 12h30 / 4 min. / le 12 juin 2014
L'encaveur valaisan Dominique Giroud ainsi que trois autres personnes ont été arrêtés, a indiqué jeudi le Ministère public genevois. Ils sont soupçonnés dans une affaire de piratage informatique.

Le Ministère public genevois a fait procéder à l'arrestation de l'encaveur valaisan Dominique Giroud, d'un hacker professionnel, d'un détective privé et d'un quatrième suspect, apprend-on jeudi dans un communiqué.

Depuis plusieurs semaines, le Ministère public conduit une enquête fondée sur le soupçon que Dominique Giroud, de concert avec un détective privé et un agent du service de renseignements de la Confédération, aurait mandaté un hacker professionnel pour pirater au moins deux ordinateurs.

Lire aussi: L'affaire Giroud éclabousse le Service de renseignement de la Confédération

Les suspects entendus jeudi

Le but de l'opération était apparemment d'identifier la source de fuites dans les médias concernant les procédures en cours. Les médias employeurs des journalistes en question, dont la RTS, avaient déposé plainte en cours d'enquête, accréditant les soupçons du Ministère public.

Les quatre suspects ont été arrêtés mercredi. Ils doivent être entendus jeudi dans le cadre de la procédure conduite par le procureur général de Genève Olivier Jornot et la procureure Josepha Wohnrau.

fisf

Publié le 12 juin 2014 à 10:17 - Modifié le 13 juin 2014 à 17:20

Plaintes de la RTS et du Temps

La RTS et le quotidien Le Temps ont confirmé jeudi avoir déposé plainte contre X dans l'affaire Giroud après une tentative de piratage de matériel appartenant à leurs journalistes. Ils jugent extrêmement grave que des rédacteurs puissent être espionnés.

Le rédacteur en chef de l'actualité à la RTS, Bernard Rappaz, a confirmé la tentative de piratage, mais n'est pas en mesure de faire le lien entre cette dernière et l'affaire Giroud. Il souligne qu'une tentative aussi sophistiquée est inédite à la RTS.

Le rédacteur en chef du Temps s'est également dit stupéfait de cette tentative d'espionnage qu'il qualifie d'"extrêmement grave".

La réaction du SRC

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) affirme n'être mêlé "en aucune manière" à l'affaire Giroud, même si un de ses agents a été arrêté mercredi à Genève.

Ce dernier a été libéré de ses fonctions.

Le SRC "n'a jamais mandaté quiconque dans l’affaire qui fait l’objet d’une procédure pénale à Genève", a-t-il indiqué jeudi.