Modifié

Mission périlleuse pour déneiger le col du Grand-Saint-Bernard

L’enneigement exceptionnel de cet hiver complique le déneigement des cols alpins. Reportage au Grand-Saint-Bernard
L’enneigement exceptionnel de cet hiver complique le déneigement des cols alpins. Reportage au Grand-Saint-Bernard / 19h30 / 2 min. / jeudi à 19:30
A quelques semaines du début de l'été, les déneigeurs s'activent pour tenter de chasser la neige sur les pentes du col du Grand-Saint-Bernard, où elle atteint encore à certains endroits les huit mètres de haut. A près de 2400 mètres d'altitude, il s'agit d'un véritable travail d'équilibriste.

L'enneigement des cols alpins est exceptionnel pour la saison, comme en témoigne Frédéric Moulin, voyer du secteur: "La neige est bien restée en place, nous avons vraiment des conditions que nous n'avions plus vues depuis en tout cas six ans. Le travail va être conséquent par rapport à l’année passée." 

A près de 2400 mètres d'altitude, la tâche s'avère très dangereuse, comme l'explique Claude Lattion, déneigeur: "A certains endroits, nous n'avons vraiment pas droit à l’erreur." Le risque d'avalanche est en effet permanent.

Il faut toujours réfléchir à ce qu'il peut se passer, mais aussi à la direction du vent et à la température

Eric Berclaz, guide de montagne

Pour assurer la sécurité des travailleurs, deux guides observent en permanence le terrain: "Il faut toujours réfléchir à ce qu'il peut se passer, mais aussi à la direction du vent et à la température. De la neige de névé comme ici, cela pèse 800 ou 900 kilos par mètre cube. Une machine peut facilement se faire renverser", en atteste le guide de montagne Eric Berclaz.

En raison des avalanches et des précipitations du printemps, les géomètres se calent sur l’avancement des machines. [RTS]
En raison des avalanches et des précipitations du printemps, les géomètres se calent sur l’avancement des machines. [RTS]

Et pour aider les machines à retrouver le bitume, des géomètres passent en éclaireurs pour baliser le tracé à l’aide d’outils GPS. 

“On pourrait tout faire en un jour", assure le géomètre Christian Hagin. Cela dit, en raison des avalanches et des précipitations qui sont de saison, les géomètres se calent sur l’avancement des machines.

Le déneigement durera encore plusieurs semaines, avec l’espoir de rouvrir le col à la mi-juin. 

Sujet TV: Romain Boisset

Adaptation web: mayju/doe

Publié Modifié

Le Gothard fermé jusqu'à fin mai

Le col du Gothard, à cheval entre le canton d’Uri et du Tessin, restera quant à lui fermé pendant le week-end de Pentecôte. Ce passage panoramique est habituellement déblayé et ouvert à la mi-mai, mais la neige, les risques d’avalanche et l’arrivée tardive des températures plus clémentes en ont décidé autrement. L’ouverture du col est repoussée à la fin du mois.