Modifié le 26 août 2019 à 16:43

Nombre record de candidats valaisans au Conseil national

Le nombre de listes et le de candidats pour le National explose, tout comme les candidatures féminines.
Nombre record de candidats vaudois et valaisans pour le National La Matinale / 1 min. / le 13 août 2019
Les partis politiques valaisans ont déposé 40 listes pour l'élection au Conseil national du 20 octobre. C'est sept de plus qu'en 2015 en lien, notamment, avec l’émergence de nouveaux mouvements dans le canton. Huit candidats visent le Conseil des Etats.

Les partis avaient jusqu'à lundi midi pour annoncer le nom de leurs poulains. Et avec un total de 236 candidats, jamais le Valais n’avait enregistré un tel intérêt pour l’élection à la Chambre du peuple, particulièrement à gauche. L’ancien record datait de 2015, avec 173 intéressés issus de 33 listes. Une multiplication des listes notamment due à l'émergence des Verts libéraux et à la présence du Rassemblement Citoyen Valais, qui présente 5 candidat-e-s.

La hausse est nette chez les femmes. Leur présence sur les listes a doublé en quatre ans, passant de 45 à 90 candidates. L’augmentation est moins importante chez les hommes, qui passent de 128 à 146 candidats. Parmi les 40 listes déposées, 18 sont intitulées "jeunes".

PDC fragilisé

La députation valaisanne au Conseil national, actuellement composée de 4 PDC, 2 UDC, 1 PLR et 1 PS, aura de nouveau droit à huit sièges pour la prochaine législature. Elue en 2015, la présidente de Grimisuat Géraldine Marchand-Balet (PDC) a choisi de ne pas se représenter après seulement un seul mandat. Ses collègues de parti Thomas Egger, Benjamin Roduit et Philipp Matthias Bregy ne siègent sous la Coupole fédérale que depuis respectivement 26, 18 et cinq mois.

Tous viennent-ensuite en octobre 2015, ils ont été élus en cours de législature, en remplacement de Roberto Schmid, devenu conseiller d’Etat en 2017, du démissionnaire Yannick Buttet (fin 2017) et de Viola Amherd, élue au Conseil fédéral en décembre dernier.

Une situation qui aiguise les appétits au sein des autres groupes politiques, bien décidés à rompre l’hégémonie démocrate-chrétienne au niveau de la représentation valaisanne à Berne.

Le président du Conseil des Etats laisse sa place

Du côté du Conseil des Etats, la réélection du sortant Beat Rieder semble actée au sein de la famille démocrate-chrétienne, alors que son collègue de parti Jean-René Fournier et actuel président de la Chambre haute libère son siège après douze ans à Berne. Marianne Maret, députée au Grand Conseil, cherchera à reprendre cette place et assurer ainsi l'hégémonie du PDC.

Comme pour l’élection au Conseil national, la gauche (PS-PCS-Les Verts) part unie en présentant sa locomotive Mathias Reynard (PS) et la Verte haut-valaisanne Brigitte Wolf.

A l’instar du PS, le PLR a également choisi d’aligner son ténor dans cette élection, soit le conseiller national sortant Philippe Nantermod, lui aussi de Troistorrents comme Marianne Maret. A contrario de ses principaux adversaires, le Chablaisien n’aura pas de colistier. Tout comme Mathias Reynard, Philippe Nantermod est également candidat à sa réélection au National.

A l’UDC, le choix des candidats s’est porté sur le président du parti Cyrille Fauchère, également municipal à Sion et député, et sur le municipal de Viège, Michael Kreuzer.

Comme en 2015, l’indépendante Jacqueline Lavanchy complète la liste des papables sous la bannière "Graine de Futur". L’an dernier, la quinquagénaire s’était présentée sur la liste des Verts du district de Martigny pour l’élection à la Constituante, sans être élue.

>> Nicole Baur, cheffe de l'Office neuchâtelois de la politique familiale et de l'égalité, revient sur l'augmentation des candidatures féminines pour les fédérales dans La Matinale:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Nicole Baur, délégué neuchâteloise à l'égalité et à la famille
L'invité-e de La Matinale - Publié le 13 août 2019

ats/ani

Publié le 13 août 2019 à 07:49 - Modifié le 26 août 2019 à 16:43